Statistiques des groupes :
Ticket
Show :
Magican
hat :
Umbrella
of Funambule :
Meat
of Animals :
Candy
Clown :
1 10
7 4 4
!!! Groupe Magican Hat : fermé (momentanément).
Merci de privilégier les groupes en infériorité numérique ! ♥️
Statistiques des genres :
17 mâles / 11 femelles
Merci de privilégier les personnages féminins ♥️

Partagez | 
 

 Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♦ Outsider ♦
avatar
AVATAR : Dylan O'Brien
PSEUDO : JemmaStyle
CREDITS : LittleJuice | Cosmic Light
TICKETS : 42
MEMBRE : 22/04/2018


MessageSujet: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Lun 23 Avr - 23:44


Týr & Fenrir
Everything you can imagine is real

Un douloureux soupire sortit de ses lèvres pour probablement la centième fois depuis qu’il était arrivé dans ce cirque. Il n’avait pas envie d’être là et même si il appréciait Esra, ça ne voulait pas dire qu’il avait envie de le suivre ici, il ne savait même pas comment il l’avait convaincu. Enfin, oui et non. Ce qui l’avait convaincu c’était ses cheveux blond qui ressemblaient étrangement à ceux de son amoureux, et bizarre ça l’avait fait cédé, mais maintenant qu’il était là, il ne se sentait pas à sa place, il se sentait coupable même d’être ici, dans un endroit si joyeux alors que lui ... Il pouvait être n’importe où, dans une profonde détresse, bordel il se haïssait pour être ici sans savoir où était son petit ami. Alors il ne disait rien, se contentant de suivre son ami qui parlait encore et encore, sans s’arrêter un instant. D’ailleurs ce dernier dû remarquer qu’il ne l’écoutait plus puisqu’il finit par s’arrêter de marcher, le main sur ses hanches, lui donnant un air beaucoup trop gay pour que Fenrir se sente à l’aise. Ce dernier fronça les sourcils avant de rouler des yeux en entendant son sermon.

« Tu es beaucoup trop dans la lune, profite de ce que tu vois, c’est tellement rare d’avoir un cirque ici ! » Son accent plus que prononcé le fit de nouveau soupirer, il n’avait pas envie d’être là.

D’ailleurs, Esra, au delà d’être un gars un peu chiant et épuisant à force de trop parler avait finalement décidé qu’il ne laisserait pas l’un de ses plus grand amis sombrait dans la douleur et la dépression. Donc bien évidemment il voulait faire retrouver le sourire à Fenrir, le voir s’amuser, voir ses yeux brillaient, voir ... de l’insouciance. Mais il voyait juste un immense gouffre lorsqu’il plongeait son regard dans le sien, et ça lui faisait mal de le voir ainsi.

« Je n’ai vraiment pas envie de rester, je vais rentrer je crois.  
- Hors de question ! »

Son éclat de voix le fit ouvrir un peu plus les yeux, toujours dans un air plus que lasser de la vie, mais le bras de son ami qui attrapa le sien le tendu brusquement alors qu’il se sentait plus que mal à l’aise d’être ainsi maintenant, mais apparemment il n’avait pas le choix. Et il savait que ça n’avait rien de bizarre, c’est juste que ce mec était tactile avec tout et n’importe quoi. Si il le pouvait il serait même tactile avec un putain de cactus.

« Laisse moi rentrer Esra.
- Je nous ai pris deux places pour le grand show et je t’interdis formellement de me faire faux bon, ça fait trop longtemps qu’on a pas passer du temps ensemble, s’il te plait ? » Sa voix de petit garçon finit par le convaincre à contre coeur, hochant doucement la tête. Son ami lâcha un cri de joie en le fixant, relâchant son emprise sur son bras alors qu’il se tournait vers lui pour finalement lui faire un grand sourire qui, il faut l’avouer, eut le mérite de lui donner envie de faire de même, mais il ne le fit pas. « Tu vas voir, la chanteuse, Joker, elle a une voix qui t’envoûte et qui t’emmène dans la galaxie ! Je suis sûr que tu vas aimer ! »

Et il ne lui laissa pas le temps de refuser qu’il l’entraînait déjà vers une grande tente un peu plus loin. Enfin tente, un énorme chapiteau plutôt et pendant qu’il attendait que le spectacle commence, Esra leur trouva des place tandis qu’il attendait le début du show qui ne devrait pas tarder. Et comme toujours, dès qu’il n’entendait plus personne lui parlait, il finissait par rapidement se perdre dans ses pensées et si lorsqu’il était jeune c’était des pensées remplis de monde imaginaire et de toute sorte de créature qui sorte de compte de fée, désormais c’était des pensées plus triste qui petit à petit devenait même plus sombre. Au début il avait peur de le savoir dehors, ou dans la mer et il avait été triste et inquiet les trois quart du temps mais plus les mois passaient et plus ses espoirs s’amenuisaient. Sa mère n’arrêtait pas de lui dire qu’elle priait pour eux, qu’il le retrouve, qu’il soit en bonne santé et bien entouré et qu’elle avait la foi mais Fenrir était athée donc de ce côté là c’était plutôt mort. Et son père, qui était de base plus terre à terre et qui lui non plus ne croyait pas en dieu lui avait simplement dit que si après autant de mois il ne l’avait pas retrouvé, c’était tout simplement parce qu’il ne voulait pas être retrouver. Et cette idée prenait place dans son esprit un peu plus chaque jour. Si il était en vie, Gabriel n’était probablement pas revenu auprès de lui pour la simple raison qu’il ne voulait plus avoir des chaînes autour de la gorge, quitte à se débarrasser de lui et il savait, dans peu de temps, ses espoirs allaient mourir et il n’aurait plus la force de parcourir les quatre coin de ce monde pour le retrouver. Il n’aurait de toute façon bientôt plus d’argent pour ça, son livre avait peut-être eut du succès mais ça ne l’avait pas rendu riche, loin de là. Alors bien sûr, il songeait au fait que bientôt, il n’aurait plus d’argent et qu’il ne retournerait jamais aux états unis sans lui, il allait devoir .. arrêter la location de l’appartement, revendre tout leurs meubles, leur vie ensemble et ça lui faisait un mal de chien putain. Son regard se fit plus brillant pendant un instant et il ne su pas combien de temps il se réfugia dans son propre esprit pour se protéger du reste du monde lorsque les lumières se concentrèrent sur la scène, voyant que le spectacle allait commencé, peut-être que finalement ça allait le distraire pendant un moment.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Thomas Brodie Sangster
CREDITS : killer from a gang
TICKETS : 138
MEMBRE : 10/12/2017


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Mar 24 Avr - 17:10

Everything you can imagine is real
Fenrir & Týr


Je tourne en rond dans les coulisses, attendant de monter sur scène. Je ne suis pas nerveux, disons plutôt impatient à l'idée d'y aller. Je mentirais si je disais que je n'aimais pas ça. Je me sens bien sur scène, ou plutôt devant mon piano. A ce moment là je me laisse complètement aller, j'oublie tout. Il n'y a plus que moi et la musique qui comptent. Alors je brûle d'impatience, mes doigts me démangeant déjà. Je n'ai plus que Joker a accompagné aujourd'hui. J'ai déjà accompagné plusieurs artistes aujourd'hui, personne n'a besoin de moi ce soir au freak show. Après ce spectacle je pourrais rentrer me reposer dans ma caravane et décompresser de cette journée où je n'ai pas arrêté une minute. En fait pratiquement toutes mes journées sont comme ça. Je cours de répétition entre répétition pour mettre au point mes numéros avec les artistes, pour répéter moi aussi. Puis j'enchaine avec les spectacles. Je n'arrête pas mais j'aime ça. Ca me permet d'éviter de penser, de trop cogiter, d'essayer de retrouver des bribes de souvenirs qui me fuient comme la peste.

Je soupire. Il reste encore un numéro avant que ça ne soit notre tour. Elle passe vers le milieu du spectacle mais nous resterons tous les deux non loin jusqu'à la fin, pour venir saluer à la fin du spectacle avec toutes les autres étoiles. C'est une chance pour moi d'être là ce soir je le sais. Je ne suis pas une étoile mais le fait de les accompagner me permet d'être sur scène avec elles, de me rapprocher petit à petit de mon rêve d'en devenir une à mon tour. Avoir mon propre numéro de chant tous les soirs au même titre que les autres artistes c'est un rêve et j'espère bien réussir à l'atteindre un jour.

"Týr?"

Je sursaute et sors brutalement de mes pensées en entendant mon nom. Je me retourne face à un membre du staff, un de ceux chargé de s'occuper du bon déroulement des spectacles. Il est en panique et ce n'est jamais bon signe quand l'un d'entre eux est dans cet état. Je fronce les sourcils alors qu'i s'approche à pas rapide de moi.

- Oui? Qu'est ce qui se passe?

Je stresse moi aussi, me demandant quelle mauvaise il est venu m'annoncer, priant pour que le spectacle ne soit pas annulé. Mais la mauvaise nouvelle est uniquement pour lui. Une des étoiles est tombé malade. Elle est dans la toilette depuis tout à l'heure à vomir tout ce qu'elle peut, impossible pour elle d'assurer le spectacle ce soir.

"... je me retrouve donc avec un trou dans le spectacle et pas grand monde de dispo pour la remplacer à la dernière minute. Tu me sauverais la vie si tu pouvais faire quelque chose. Dis moi que t'as une chanson en stock, un petit truc que tu pourrais jouer pour combler le trou. Tu peux jouer ce que tu veux, même la danse des canards si ça te fait plaisir mais tu me sauverais la vie si tu pouvais le faire.

Comment est ce qu'il pourrait croire que je puisse refuser une telle chance? Monter sur scène seul pendant le big show c'est un rêve, pour rien au monde je ne refuserais ça, même si je devais jouer la danse des canards pour meubler. Mais j'ai un répertoire suffisament vaste pour pouvoir improviser quelque chose. Et puis j'ai cette chanson, celle qui me trotte tout le temps dans la tête, celle que je joue sans cesse... je me dis qu'elle sera parfaite pour créer une ambiance plus intime entre deux numéros.

- Oui oui je vais le faire. J'ai une chanson de prête pour ça il n'y a pas de soucis.

Il me remercie chaleureusement puis m'explique rapidement que je vais passer deux numéros après Joker. Après moi il ne restera plus que deux grands numéros pour cloturer la soirée. Je pars alors voir l'éclairgiste, met au point quelques détails avec lui, rien de trop compliqué on a pas le temps de faire du grand art. Et puis c'est mon tour avec Joker.

Je monte sur scène discrétement. Dans le noir personne ne me voit m'installer à mon piano. Je commence à jouer puis la jeune femme me rejoint et entame son numéro. Je la regarde en souriant légèrement, mon attention focalisé sur elle pour que ma musique épouse au mieux son numéro, qu'elle la sublime comme elle le mérite. On termine le show et elle revient pour saluer. Je la laisse faire, la laissant savourer cet instant avant que l'attention ne dérive sur moi et que je salue à nouveau la foule. Je souris, je me sens bien en cet instant même si je pense à celui qui m'attend plus tard.

Le temps passe beaucoup trop vite et cette fois c'est le stress qui me fait tourner en rond. Je n'ai pas le droit de me rater. Il n'y a que moi sur scène et je dois faire bonne impression si je veux pouvoir avoir une chance de devenir un jour une étoile.

Puis mon tour vient. Je monte seul cette fois sur scène, cele ci toujours plongée dans le noir. Je m'installe et commence à jouer quelques notes. La lumière s'allume alors sur moi. La scène est dans le noir, il n'y a que moi et mon piano d'éclairés.


Ma voix s'élève au bout d'un instant, se joignant à la musique.

-Loving can hurt, loving can hurt sometimes but it's the only thing that I know.

Je ferme les yeux, me concentrant uniquement sur ce que je fais. Le public a disparu, il n'y a plus que moi et cette musique venue de je ne sais où. Pourquoi celle là? Pourquoi juste cette chanson alors que tout le reste a disparu? Ca n'a plus d'importance, parce que je me sens bien et apaisé quand je la joue, plus que quand je joue n'importe quoi d'autre. Pourtant elle me laisse toujours bizarre après, avec comme un pincement au coeur que je n'arrive pas à comprendre.

- We keep this love in a photograph we made these memories for ourselves.

J'aime la chanter et pourtant mon coeur se serre en arrivant à certains passages, en me demandant si je suis sur les photos et dans les souvenirs de quelqu'un. Mais ça ne s'entend pas dans ma voix. Je continue de chanter, ma voix s'emportant par moment avant de redescendre, suivant la musique et m'abandonnant complètement à elle.

- And I won’t ever let you go wait for me to come home..

Les dernières notes viennent mourir sur le piano alors que ma voix vient doucement s'éteindre avec elles. La musique se rallume et je me relève sous les applaudissements. Je sors de ma bulle et souris à la foule qui m'acclame. Je l'ai fait!

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Outsider ♦
avatar
AVATAR : Dylan O'Brien
PSEUDO : JemmaStyle
CREDITS : LittleJuice | Cosmic Light
TICKETS : 42
MEMBRE : 22/04/2018


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Mer 25 Avr - 0:54


Týr & Fenrir
Everything you can imagine is real

Le spectacle était intéressant un minimum et c’était probablement la seule chose qui l’empêcher de se lever et de quitter le chapiteau, tout ce qu’il voyait était impressionnant et il était assez éblouis par ce qu’il voyait, suffisamment en tout cas pour arriver à distraire son esprit un minimum, ne serait-ce que pour un temps. Il était sûr que si Gabriel avait été là, il aurait regardé le show avec des étoiles dans les yeux et rien que pour lui faire plaisir, ils seraient revenu sûrement plus de trois fois revoir la même chose mais juste pour le plaisir de voir ses yeux brillaient. Dans son cas, il savait qu’il ne reviendrait plus ici après ce qu’il allait voir durant les prochaines minutes, parce que ce cirque arrivait un peu trop à lui remonter le moral et même si en soit c’était une bonne chose, ça ne lui plaisait pas du tout et ça faisait gonfler sa culpabilité au fond de son esprit, serrant douloureusement son coeur dans son torse. Alors silencieusement et les sourcils fronçaient, il avait regardé des personnes jouer avec du feu, avec des animaux dangereux et avait vu des pirouettes à lui en donner des cauchemars tellement elle en était dangereuse et pourtant, vers le milieu du spectacle, ils avaient eut le droit à quelque chose de plus doux, de plus calme aussi et avant même qu’il n’ait eut le temps de dire quoi que ce soit, son ami avait tiré sa manche, le regardant avec un grand sourire aux lèvres.

« Regarde, c’est elle Joker, regarde la et laisse là t’emporter dans les étoiles. »

Fenrir avait haussé un sourcil à sa phrase mais avait effectivement tourné le regard pour voir une femme avec des cheveux de feu sur la scène et elle attirait le regard, sachant parfaitement comment faire, et l’espace d’une micro-seconde, il sourit, amusé de voir une personne si heureuse sur scène. Et les premières notes de piano retentirent dans la pièce, le faisant aussitôt tourner le regard vers le piano. De là où il était, il voyait un homme, assit sur son banc à commencé à taper sur les touches avec passion et son coeur cessa tout simplement de battre alors qu’il le fixait longuement. Il ne voyait pas son visage bien entendu, mais il voyait ses cheveux, blond et terriblement familier mais c’était plutôt la façon dont ses épaules bougeaient au gré des notes de musique qui était en train de lui faire perdre son souffle. C’était si similaire, cette même façon de jouer, d’être plonger dans la musique et pendant un instant, un court instant il eut l’espoir que ce soit lui, son amour, son ange, mais c’était beaucoup trop idyllique. Pourquoi est-ce que Gabriel serait derrière un piano, dans un putain de cirque ? C’était impossible, et la douleur causait par temps de familiarité finit par le pousser à se lever, incapable de voir ça plus longtemps mais Esra le bloqua subitement en lui attrapant le bras avant de le rasseoir de force sur son siège. Heureusement ils étaient au dernier rang donc ils ne dérangeaient personne.

« Relâche moi tout de suite.
- Et toi reste là ! Tu ne l’écoutes donc pas ? S’il te plait, juste encore un peu, le show est presque finit Fen’, ne part pas tous de suite, s’il te plait ? » Le souffle de Fenrir se bloqua une nouvelle fois et il tira sur son bras pour lui faire relâcher sa prise sauf que ce petit con avait plus de force qu’il ne l’aurait cru. « S’il te plait, je te promet que je ne t’embêterais plus à l’avenir, reste encore un peu avec moi. Si tu ne veux plus me parler après ça très bien, mais regarde la suite du show, tu sais que ça te fais du bien de te changer les idées mais ta peur de ça ! »

Sa mâchoire se serra fortement alors qu’il détournait le regard, oui et non, ce n’était pas seulement pour ça qu’il refusait de rester, c’était surtout parce que ce pianiste ressemblait beaucoup trop à son petit ami et que le voir de si loin était douloureux, sachant que ce n’était pas lui. Mais il avait raison dans un sens, avant cette partie du spectacle, il était effectivement amusé par ce qu’il voyait, impressionné aussi ! Bordel, il arrêta de se débattre avant de croiser les bras, lâchant un “très bien” avant de recommencer à regarder la jeune femme chantait, tournant automatiquement son regard vers le pianiste sans s’en rendre compte. Et puis finalement, au bout d’un moment la musique s’arrêta, elle salua la foule, ravis et le pianiste fit à son tour une révérence à la foule. Il voyait tellement mal de là où était, incapable de voir correctement le visage de ce gars et c’était terriblement frustrant.

Peut-être qu’il irait voir ce gars après la fin, pour .. Le voir et juste s’assurait que ce n’était pas Gabriel, oui, pour briser ses espoirs mais c’était nécessaire, il ne voulait plus nourrir de fausse piste pour être encore plus déçu après. Alors l’esprit un peu plus morose suite à cette musique qui était loin de l’être, il regarda la suite, voyant encore d’autre numéro qui dépasse même sa pensée, lui qui pourtant à toujours l’esprit ailleurs, il n’ait pas sûr qu’il aurait pu imaginé une telle chose de lui même. Pourtant il regarde et se gorge de l’admiration que le public peut avoir pour ces personnes qui n’ont pas peur de frôler la mort pour éblouir le public. D’un côté, il les admire, car lui même ne se verrait jamais tenter une telle chose pour de la gloire et de la reconnaissance, il écrit, ça lui suffit. Du moins, il écrivait. La fatigue commence à se faire sentir et lors d’un des derniers show, alors que Fenrir à finalement pencher la tête sûr le côté, l’envie de se laisser emporter de nouveau dans la noirceur de son esprit, il voit le pianiste de tout à l’heure revenir sur scène et instinctivement il se redresse pour être assit confortablement, se penchant en avant pour voir de plus près. Et il le voit s’installer à son piano, la lumière en plein sur lui et de nouveau, il a du mal à discerner son visage. Mais dès que les premières notes de musique commence à se faire entendre, un violent frisson traverse son dos alors que son coeur rate un battement avant de se mettre à battre la chamade, entendant la voix d’un ange dans la salle qui était devenu brusquement silencieuse. Et pour l’avoir entendu des centaines de fois, Fenrir sait à qui appartient cette voix, et cette musique ce n’est pas n’importe laquelle, c’est leur musique. Ce pianiste, c’est pas n’importe qui, c’est Gabriel, son Gabriel. Et comme envoûté, il l’écoute et le regarde, se sentant aussitôt visé par les paroles de cette musique et sa lèvre se met à trembler, autant que ses mains qui sont poser sur ses jambes. Fenrir ne réalise pas qu’il est sous ses yeux, qu’il l’a enfin retrouvé après tant de mois de recherche, il avait l’irrépressible envie de descendre les marches pour le rejoindre et le serrer dans ses bras jusqu’à ce qu’ils fusionnent pour ne plus jamais le perdre.

Fenrir ne s’était pas rendu compte qu’il pleurait jusqu’à ce qu’il sente une main sur son épaule alors que tous le monde commençaient à applaudir dans la salle, une fois la dernière note de musique et les dernières parole dites. Son regard n’arrivait tout simplement plus à se détacher de lui alors qu’il le voyait se lever de nouveau et saluer la foule. Et lui, il était incapable de bouger, parce que son corps entier ne lui répondait plus, il tremblait, il pleurait et il ne savait pas quel sentiment avait le dessus sur le reste. Probablement le soulagement de le savoir en vie. Cela dit Fenrir reprit tout simplement vie lorsqu’il quitta la scène et un brusque besoin urgent de le savoir en vie lui tirailla les entrailles, le faisant brusquement respirait plus rapidement et difficilement alors qu’il se redressait mais il n’eut de nouveau pas le temps de le rejoindre que la main de son ami se resserra sur son épaule.

« On va y aller, mais respire d’abord pour ne pas tomber dans les escaliers. » Un sourire compatissant sur les lèvres, il se rendu compte que ce petit connard savait que Gabriel était là, et que c’était pour ça qu’il refusait qu’il parte. Mais pourtant il l’écouta, et respira calmement, prenant quand même rapidement le chemin de l’escalier pour arriver en bas.

Il ne savait pas vraiment où allait mais Esra prit le devant et discuta avec il ne savait qui, probablement quelqu’un de l’équipe ou de la sécurité il n’en savait rien, quoi qu’il en soit, il vu cet homme partir vers l’intérieur d’une tente probablement pour informer de leur présence alors que Fenrir reniflait comme un enfant, essuyant ses joues mais ses yeux ne voulaient tout simplement pas s’arrêter de pleurer, comme une fontaine finalement. Son coeur battait toujours à un rythme effrénée et il se demandait si à tout hasard il allait frôlé l’arrêt cardiaque dans peu de temps, très probablement.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Thomas Brodie Sangster
CREDITS : killer from a gang
TICKETS : 138
MEMBRE : 10/12/2017


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Ven 27 Avr - 16:25

Everything you can imagine is real
Fenrir & Týr


Je descend de scène et rejoins les coulisses. Je suis dans ma bulle, encore un peu euphorisé par ma prestation. Ça s'est bien passé. Je n'aurais pas pu rêver mieux je crois pour une première fois sur scène. Je suis désolé pour l'artiste qui est tombé malade mais je mentirais si je ne disais pas que j'étais ravi d'avoir eu cette chance.

Je rejoins les autres pour saluer sur scène et puis on se réprouve dans les coulisses, fêtant cette soirée. Je sais que je ne suis pas prêt de pouvoir remonter comme ça sur scène. Je ne suis pas une étoile, pas encore, mais ça viendra. Je suis plus motivé que jamais désormais à atteindre ce but.

Je suis là, entrain de boire un verre quand un membre du staff vient me voir. Je le regarde curieusement, me demandant ce qui se passe.

"Y'a du monde qui demande à te voir..."

- Ils me veulent quoi ?

"J'en sais rien... Matt est avec eux. Va voir."

Je soupire en repossant mon verre. Je me demande bien ce qu'on peut me vouloir. Je ne connais pas grand monde ici. En fait je ne connais pas grand monde tout court, le problème quand on a une mémoire qui ressemble à une grande page blanche. La plupart des personnes que je connais sont ici dans le cirque. Il y a bien Eph' mais il a mon numéro il ne demanderait pas à me voir comme ça. Personne que je connais en fait ne demanderait à me voir comme ça. Je m'approche et je vois plus loin deux gars attendant avec Matt. Mon sourire s'agrandit alors que la seule option possible me vient à l'esprit.

- Hey Matt! Il paraît que j'ai des fans qui veulent me voir.

C'est la seule explication logique que je trouve. C'est déjà arrivé qu'on me demande mais rarement. Ce sont plutôt les artistes qu'on veut voir, les têtes d'affiche. Moi c'est plus rare. Je ne suis que le petit pianiste qui les accompagne. Ça m'est arrivé déjà mais pas souvent. Mais peut être que là c'est différent. Peut être que comme j'ai eu mon numéro j'ai eu du succès, m'élévant presque au rang d'étoile. Mais je vois que Matt ne sourit pas et qu'il me regarde d'un air ennuyé.

"Non... Celui là prétends qu'ils sont des amisites d'enfance à toi.."

Et mon sourire disparaît aussitôt. Mon regard dérive vers eux alors que ce que je craignais tant se produit. Je les regarde. Je fouille ma mémoire mais il n'y a rien. Ils ne sont que deux inconnus pour moi. Peut être qu'on a été plus à une époque mais je ne m'en souviens pas.

- Désolé mais je ne les connais pas...

Et c'est là stricte vérité. Je n'ai aucune idée de qui ils sont. J'essaie de chercher, de me forcer à retrouver un semblant de mémoire ou de sentiment vis à vis d'eux mais il n'y à rien. Et ça me fait mal... Pas pour moi mais pour eux. J'essaie de me mettre à leur place, de voir ce que ça ferait si une personne à qui je tenais ne me reconnaissait plus. Mais je n'y arrive pas. Je n'arrive même pas à savoir ce que je ressens la face à eux. Il n'y a que le vide. Un grand blanc et rien du tout à côté. Je me demande même si je n'aurais pas préféré qu'ils ne viennent pas. Mais je me fais sûrement des films. Ce sont peut être des menteurs qui veulent juste pouvoir approcher des tentes. Après tout il a demandé mon nom de scène mais mon vrai prénom. Si vraiment ils me connaissaient si bien ils auraient utilisé mon vrai prénom. Celui que je ne connais pas.

Mon regard s'attarde sur l'un des deux gars, celui qui est plus en retrait. Il a l'air franchement mal. C'est à se démaner comment il tient encore debout. Ses cheveux sont un peu trop long et mériteraient une bonne coupe. Ses joues ne sont pas rasés mais je reconnais que ce début de barbe est plutôt sexy. Mais il a une sale tête, le visage ravagé par les larmes et d'une pâleur à faire peur.

Je me tourne vers le second mec, celui qui s'était présenté à Matt.

- Je crois que votre copain ne va pas bien...

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Outsider ♦
avatar
AVATAR : Dylan O'Brien
PSEUDO : JemmaStyle
CREDITS : LittleJuice | Cosmic Light
TICKETS : 42
MEMBRE : 22/04/2018


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Ven 27 Avr - 21:56


Týr & Fenrir
Everything you can imagine is real

Ses mains tremblaient terriblement en attendant de voir Gabriel arrivait. Parce qu’il était plus sûr que jamais que ce soit lui, sa voix ne pouvait pas être celle d’une autre personne, c’était tout bonnement impossible, alors il s’attendait à le voir, mais il était terrifié. Comment est-ce qu’il allait réagir ? Après tout si il n’était pas revenu auprès de lui c’était sûrement parce qu’il ne voulait plus le voir, qu’il ne l’aimait plus, qu’il ne lui avait pas pardonné sa chute dans l’océan ? Tout était possible, et il s’attendait à tout. Il préfèrerait se faire sauter au cou et avoir le baiser le plus beau de sa vie, pouvoir enfin le serrer contre lui et nicher son visage au creux de son cou pour se gorgée de son odeur que lui même avait oublié depuis un moment déjà. C’était la meilleure réunion qu’il voulait, mais il s’attendait aussi à se prendre un coup de poing en plein dans le nez, des insultes et de la colère parce qu’il n’aurait pas réussis à le protéger, ou même encore de l’indifférence suite à de la rancoeur contenu au fond de son coeur envers lui, vraiment, Fenrir s’attendait à tout.

Lorsqu’il le vu arriver, son coeur cessa de battre une milliseconde avant qu’il ne reparte battre à une vitesse extrême dans son torse. Parce qu’il n’avait plus aucun doute, c’était exactement le même visage, le même sourire, les mêmes yeux, les mêmes cheveux, c’était l’amour de sa vie qu’il avait sous les yeux et il eut un semblant de sourire, voulant approcher sa main de lui pour le toucher, le prendre contre lui, mais il se figea brusquement en l’entendant parler. Son sourire disparu directement alors qu’il ne comprenait pas ce qu’il venait de dire, enfin, oui, il avait compris, mais il ne comprenait pas pourquoi il avait dit ça. Il n’était pas .. un inconnu à ses yeux, pourquoi disait-il cela ? Ce n’était pas possible ? C’était pire que tout de faire croire qu’ils ne se connaissaient pas, parce qu’il aurait préféré qu’il le frappe, qu’il lui crache qu’il ne voulait plus le revoir, qu’il lui lance un regard noir ... Mais à la place de ça, il avait un regard plein d’indifférence, un regard curieux, un regard inconnu. Parce que Gabriel ne le connaissait pas, ou ne le reconnaissait pas. Fenrir n’avait pas pu se tromper, il pourrait reconnaître son petit ami entre un milliard de personne. Il n’avait aucun doute, mais pourtant ...

« Gabriel .. ? » Sa voix était ressortit terriblement brisé et il avait blanchit, parce qu’il avait comprit, l’évidence lui avait frappé le visage comme une tempête en plein désert.

Il ne se souvenait pas de lui, il l’avait totalement oublié, c’était la seule possibilité. Il se mordu la lèvre alors qu’il n’arrivait pas à dire autre chose que son prénom, le reste était bloqué dans sa gorge, son regard n’avait pas un seul instant relâcher le blond des yeux et il n’entendit tout simplement pas Esra lorsqu’il reprit la parole, totalement subjuguer par le regard si vide de sentiment qui l’avait fixé.

« Ce n’est pas .. Enfin, c’est un ami, on ne se connait pas à la base toi et moi. Mais lui il te connait, très, très bien. N’est-ce pas Fen’ ? » Le jeune homme tourna son regard vers son ami mais perdu son léger sourire en voyant que le brun semblait sur le point de défaillir, il n’avait plus aucune couleur sur son visage et c’était étrangement terrifiant de voir ça. Il l’avait vu dans un sale état oui, mais jamais aussi mal en point qu’actuellement. « Fenrir ? »

Fenrir sentit son coeur ralentir brusquement tandis que sa respiration s’accélérer, il ne se souvenait pas de lui, il n’avait aucun souvenir de lui ! Ils étaient des inconnus, tout ce qu’ils avaient vécu venait d’être balayé comme ci ça n’avait jamais exister ! Il se sentit perdre l’équilibre, reculant sur sa jambe droite alors qu’il sentait ses mains devenir moite sous une brusque bouffé de chaleur, une sensation imminente de mort le traversa et il ne vu plus rien l’espace d’un moment, son souffle à moitié coupée. « Gabriel .. » Et Fenrir perdu tout contrôle sur son corps, sombrant brusquement dans un profond malaise. Esra eut tout juste le temps d’anticipé pour le rattraper alors qu’il sentit son ami tout simplement perdre connaissance contre lui, devenant un poids mort dans ses bras. Il écarquilla les yeux avant de lever le regard vers les personnes présentes, encore sous le choc. Il ne s’attendait pas à ce qu’il perdre connaissance ainsi bordel. « Est-ce que vous auriez une infirmerie ou est-ce que je dois contacter les urgences ? » Demande t-il avec un léger rire nerveux mais teinter d’inquiétude.  

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Thomas Brodie Sangster
CREDITS : killer from a gang
TICKETS : 138
MEMBRE : 10/12/2017


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Sam 28 Avr - 17:20

Everything you can imagine is real
Fenrir & Týr


Je reste le regard fixé sur le second mec, celui qui ne cesse de me regarder bizarrement depuis que je suis arrivé, celui qui n'a rien dit et qui a l'air d'être sur le point de se trouver mal. Je me sens mal à l'aise face à son regard. Il me transperce, me regarde sous toutes les coutures et je me sens comme mis à nu. Je ne sais pas ce qu'il veut ni ce qu'il attend de moi mais il me fixe comme s'il attendait une autre réaction de ma part. Je l'ai vu. J'ai vu les émotions se succéder sur son visage, la joie s'évanouir rapidement avant de laisser place à cette pâleur inquiétante et puis finalement cette façon qu'il avait de murmurer le prénom de son ami. Et je me sens mal... parce que quel que soit ce qu'il attend de moi je suis pratiquement certain de ne pas pouvoir le lui donner.

Je sors de mes pensées alors que son ami, le fameux Gabriel, se remet à me parler. Un ami qui me connaît très très bien... Ça se comprend en voyant sa réaction. Si je n'avais pas été proche de lui il n'aurait pas réagi comme ça. Mais je n'aime pas ça. J'ai fait ma petite vie. Ça fait des mois que je tente d'avancer malgré ma perte de mémoire. Et ce type arrive, seulement maintenant, faisant naître avec lui beaucoup trop de questions qui me donnent mal à la tête. Qui était il pour moi? Qu'est ce qui s'est passé pour que je disparaisse de sa vie pendant autant de temps et qu'il ne s'en inquiéte pas? Pourquoi est il aussi choqué en me voyant? Sans compter toutes les questions sur mon passé auxquels il pourrait répondre, des questions dont je ne suis pas sur de vouloir connaître les réponses.

Je suis perdu. Je ne sais pas comment réagir à tout ça. Mais de toute façon je n'ai pas le temps de me décider que le type, Fenrir si j'ai bien compris, s'effondre au sol. Je ne réfléchis pas et je me précipite sur lui. Son ami la déjà rattrapé mais je m'installe quand même à côté de lui inquiet.

Je me secoue en l'entendant parler, essayant de faire taire mon inquiétude pour cette inconnu le temps de réfléchir.

- Euh oui.. On a une infirmerie. Je vais vous aider à le porter.

On le prend chacun d'un côté et on le soulève pour l'amener. Je ne parle pas, me contentant de donner des indications de direction à Gabriel. Je suis encore trop perdu dans mes pensées. Sa réaction me perturbe. Est ce qu'il s'est vraiment évanoui à cause de moi? Non.. Je m'accorde beaucoup trop d'importance. Il doit y avoir une autre raison. Il avait l'air mal quand il est venu me voir. Il doit être malade et c'est pour ça qu'il est tombé. On ne s'évanouit pas parce qu'on vient de revoir un vieil ami.

On entre dans l'infirmerie et on l'installe sur la table. Je laisse son ami parler, expliquant au médecin qu'il ne va pas bien dépuisé un moment et qu'il mange peu, se négligeant. Il détourne le regard de moi avant de dire au médecin qu'il vient d'avoir un choc émotionnel et qu'il ait peur qu'ilne lait pas supporté. Et la c'est moi qui me sens mal. Je me recule contre le mur et me retiens à celui ci pour ne pas tomber. C'est moi le choc émotionnel je le sais. Je ne sais pas qui je suis pour lui mais j'ai été assez important pour qu'il tombe. Et ça m'effraie. Ça fait trop, trop de pression alors que je m'étais fait à l'idée que je ne comptais pour personne dans mon passé. Les questions reviennent de plus belle et la personne qui pouvait y répondre est allongée inconsciente.

Je capte à peine quand le Gabriel sort pour aller rapprocher leur voiture. Le médecin termine de l'ausculter puis il s'en va, me demandant de le surveiller.

Je m'approche timidement et minstale a coté de lui. Il est plus serein comme ça. Les soucis qui semblaient l'accabler ont l'air d'être partis. Il reste détendu et paisible. Il est plus beau ainsi même si il garde son apparence négligé. Ma.main passe doucement sur front, descendant dans ses cheveux. Qui est il? Et surtout qui est il pour moi? Un ami? Un frère ? Un amant? Je n'ai pas l'impression d'être gay mais après tout c'est possible. Je n'ai pas détesté ça la fois où je l'ai fait. Mais ça n'expliquerait pas tout. S'il était si proche, pourquoi ne m'a-t-il pas trouvé plus tôt?

Je soupire et laisse retomber ma main. Je ne peux qu'attendre qu'il se réveille. Il ouvre finalement un oeil et je souris en le voyant. Mon regard se perd dans le sien, le regardant gentiment alors que je vois dans le sien qu'il est encore confus.

- Salut bel endormi... Tu nous as fait une belle peur tu sais à t'evanouir comme ça.

Pourquoi le cacher? J'étais réellement inquiet. Et maintenant je vais juste attendre, voir ce qu'il a à me dire. Est ce qu'il répondra à mes questions? Est ce que les réponses ne me feront pas plus de mal? Je crois que j'ai peur de le savoir.


made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Outsider ♦
avatar
AVATAR : Dylan O'Brien
PSEUDO : JemmaStyle
CREDITS : LittleJuice | Cosmic Light
TICKETS : 42
MEMBRE : 22/04/2018


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Sam 28 Avr - 19:34


Týr & Fenrir
Everything you can imagine is real

Une fois qu’il fut installé dans l’infirmerie, il fallait être idiot pour comprendre qu’il n’avait plus sa place ici, alors il prétexta devoir déplacer sa voiture, sortant en même temps que le médecin pour lui poser quelques questions par rapport à Fenrir. Il savait qu’il n’avait pas bien, ce n’était pas une nouveauté et de ce qu’il avait apprit, son ami était loin d’être à son premier malaise, son corps ne tenait tout simplement plus le rythme et il savait qu’il allait finir par ne plus être capable de se lever un beau jour. Alors le médecin lui affirma qu’il ferait le nécessaire pour qu’il se remette, en commençant par ne pas le laisser sortir de se lit avant d’être sûr qu’il ne finirait pas par s’effondrer cinq mètres plus loin. Esra en fut rassurer et sourit au médecin, décidant de partir pour informer les parents de son ami de la situation sans réellement mentionner le fait qu’il avait retrouvé Gabriel là bas.

Quand au brun de son côté, il avait tout simplement perdu tout ses repères en s’effondrant, il ne sentit même pas qu’ils l’avaient déplacés et finalement ce qui l’avait réveillé ensuite avait été une douce caresse sur son visage et ses cheveux. Il avait préféré garder les yeux clos, au cas où, et finalement il n’avait pas pu s’empêcher de les ouvrir ensuite, tombant aussitôt sur le doux visage de son petit ami et il fut confus, l’espace d’un instant alors qu’il le voyait. Actuellement, dans son état avancé de fatigue il ne se rendu pas compte de la situation et finalement un doux sourire venu se loger sur son visage suite à la réflexion du blond, riant légèrement en l’entendant parler. Tiens donc, il lui faisait des petites phrases de ce genre maintenant ? Cela dit la dernière partie le fit légèrement tilter alors qu’il commençait à rire plus nerveusement.

« J’ai pas fais de malaise .. » Si il en avait fait un, il s’en souviendrait. Il y avait bien cet horrible rêve qu’il venait de faire, où Gabriel était tombé à l’eau et qu’il l’avait cherché pendant des mois, le voir l’avait effectivement fait faire un malaise car il ne se souvenait pas de lui, mais c’était ridicule, il était devant lui. Il ne l’avait pas oublié. « J’ai fais un horrible rêve où tu ne savais pas qui j’étais. Idiot n’est-ce pas, comment tu pourrais m’oublier ? » N’est-ce pas ? Il ne pouvait pas l’avoir oublié hein ? Sauf que Gabriel ne rigolait pas et semblait avoir .. de la compassion pour lui. Fenrir approcha sa main de son visage doucement avant de la caresser du bout des doigts, sentant de nouveau ses yeux se remplirent de larme à la réalisation que tout ça n’était pas un rêve et que son Gabriel ne se souvenait pas de lui. « Mais tu m’as oublié .. » Sa main retomba lourdement sur le lit alors qu’il était incapable de le quitter du regard.

C’était incroyable de le voir devant lui, respirant et vivant. Il avait eut tellement peur de l’avoir perdu à jamais qu’il n’avait pas songé la possibilité qu’il aurait pu le perdre ainsi. Gabriel avait vécu pendant six mois sans lui, sans avoir de souvenir de leur relation et encore aujourd’hui, il ne savait pas qui il était, alors qu’ils se regardaient dans les yeux. Il n’y avait plus la touche d’amour dans laquelle il aimait se noyer lorsqu’ils se regardaient ainsi. Il n’y avait ... que de la .. sympathie. C’était étouffant de voir ce regard en face de lui. Il déglutit légèrement avant de détourner les yeux et de s’essuyait les joues où deux larmes solitaires venaient de glisser sur ses joues. Ce n’était pas en pleurant qu’il allait se souvenir de lui ! Donc il renifla légèrement avant de finalement le regarder de nouveau, essayant de faire un semblant de sourire pour ne pas l’inquiétait alors qu’il sentait son âme mourir de l’intérieur.

« Donc, tu as perdu la mémoire alors ? C’est la seule possibilité la plus plausible, à moins que Gabriel ait eu un frère jumeau sans me le dire, ça ne peut être que toi. » Mais de toute façon, pourquoi ce gars le croirait ? Il débarquait comme ça dans son monde, sans plus d’information et lui disait qu’ils se connaissaient, peut-être qu’à sa place il aurait été méfiant. « Comment .. tu t’appelles maintenant ? Esra n’a pas eu le temps de le dire. » Et peut-être même qu’il ne savait pas qui était Esra, c’était logique puisque de toute façon même avant tout ça il ne le connaissait pas. « Esra c’était le blond qui était avec moi. Hm .. il t’avait reconnu donc il m’a un peu forcé à venir ici, pour que je te vois. » Et il faudrait qu’il l’en remercie dans un sens, parce que sans lui il ne serait jamais venu dans un cirque, Fenrir n’aime pas les cirques.

code by bat'phanie


broken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Thomas Brodie Sangster
CREDITS : killer from a gang
TICKETS : 138
MEMBRE : 10/12/2017


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Dim 29 Avr - 15:29

Everything you can imagine is real
Fenrir & Týr


Il me regarde et je sens dans son regard qu'il ne se souvient plus de ce qui s'est passé. Il me regarde comme... Je ne sais pas vraiment en fait. Je ne sais pas ce qu'il a pu y avoir entre nous autrefois et donc ce qu'il croit avoir retrouvé. Mais il me regarde d'une façon qui me met mal à l'aise. Il parle et ses mots ne font que confirmer ce que j'ai cru lire dans ses yeux. Un mauvais rêve... Si seulement ça pouvait en être un. Je l'ai espéré moi aussi plus d'une fois, me couchant le soir en espérant que le lendemain je serais dans mon vrai lit avec ma mémoire intact. Je n'ai pas le courage de lui dire la vérité alors qu'il a l'air si soulagé de se dire que tout ça n'était qu'un mauvais rêve.

Je me raidis alors que je sens sa main venir caresser ma joue. Je ne sais pas quoi faire. Je n'ose pas le repousser et lui faire encore plus de mal. Mais je me sens mal. Je n'aime pas ce contact trop intime avec un inconnu. Un inconnu pour moi mais pour lui ce geste semble naturel. Je reste figé dans ma position, terriblement mal, et il doit le sentir car sa main retombe alors qu'il annonce cette terrible vérité. Je ne me souviens pas de lui.

Je me contente de hocher la tête en réponse. Ma gorge est nouée et je suis incapable de parler. J'ai mal... Je ne sais pas qui est ce type ni même ce qu'il a été pour moi mais j'ai mal de le voir comme ça. Il détourne la tête et je peux voir les quelques larmes qu'il tente de me cacher. J'aimerais pouvoir lui dire quelque chose, n'importe quoi qui allégerait sa peine mais je sais que je ne peux pas. Il faudrait que j'ai toute ma mémoire, que j'ai la réaction qu'il espérait pour qu'il aille bien. C'est la chose que j'aimerais le plus moi aussi mais que je ne pourrais jamais faire.

Je hoche à nouveau la tête quand il se remet à parler. Mais bien vite mes sourcils se froncent. Je ne comprends rien à ce qu'il raconte. Il me parle d'un Gabriel et d'un frère jumeau et je ne comprends pas ce que le type de tout à l'heure vient faire dans l'histoire. Et encore moins ce que son frère jumeau viendrait faire dans l'histoire.

Puis il change à nouveau, me demandant mon prénom et me parlant d'un certain Esra, avant de m'expliquer que Esra c'est le mec qui est parti. Je suis embrouillé. Ça fait à peine quelques minutes qu'il est réveillé et je suis déjà perdu dans son discours. Je me recule et m'éloigne de lui, essayant de mettre un peu d'ordre dans mes idées. C'est le bordel le plus complet et son discours ne m'aide vraiment pas.

- Je... Je m'appelle Tyr et...

Je soupire et me prend la tête entre les mains. J'ai mal au crâne... La tout de suite j'aurais bien besoin d'un verre. Manque de chance on est dans une infirmerie et je ne pense pas qu'il planque de l'alcool dans un coin. Cette conversation aurait été moins dure pour nous autour d'un verre mais il n'a pas vraiment l'air en état de boire. Je ne sais même pas s'il serait en état de se lever.

Je relève finalement les yeux pour le regarder, prenant mon courage pour parler.

- Écoute... euh... Tu me connais ok mais moi je te connais pas. Je me suis réveillé y'a six mois sur une plage sans aucun souvenir, dans meme savoir comment je mappelais. J'étais perdu et effrayé... J'ai passé tout ce temps à tenter d'avancer comme je pouvais.

En essayant de ne pas penser au fait que personne ne me cherchait. Mais c'est pas le moment de lui faire des reproches. Il ne le supporterait pas vu son état.

- Et puis la tu arrives et tu me parles et... Je sais même pas qui c'est ton Gabriel! Je croyais que c'était ton pote qui vient de partir mais c'est pas le cas. Alors reprenons du début s'il te plaît.

Parce que ça serait quand même le plus simple pour avancer si j'avais une réponse à cette question la au moins. Même si je sais avant de la poser qu'elle va le faire souffrir.

- Qui es tu?

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Outsider ♦
avatar
AVATAR : Dylan O'Brien
PSEUDO : JemmaStyle
CREDITS : LittleJuice | Cosmic Light
TICKETS : 42
MEMBRE : 22/04/2018


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Dim 29 Avr - 21:09


Týr & Fenrir
Everything you can imagine is real

Fenrir avait bien remarqué qu’il s’était crispé lorsqu’il l’avait touché, probablement parce qu’il n’aimait pas le contact qu’il venait de lui donner. Ou alors c’était tout simplement parce qu’il ne le reconnaissait plus, donc pour lui c’était un peu comme un étranger venait de lui toucher la joue. Un douloureux soupire sortit de sa gorge et son coeur lui fit de nouveau mal lorsqu’il le vit se reculer, s’éloignant de lui par la même occasion. Il devait garder la tête haute, c’était normal qu’il se recule et qu’il évite les contact, il ne se souvenait pas de lui. Mais un jour, il se souviendrait, et il ferait tout pour qu’il se souvienne de lui, qu’il accepte de nouveau son amour et qu’il ne soit plus aussi réticent à l’idée qu’il ne le touche. Pour l’instant, Fenrir se devait d’être patient, parce que si il ne l’était pas, alors il allait finir par dire des choses qu’il regretterait très probablement ensuite. Il l’écouta donc parler, ne le lâchant pas du regard un instant et profita d’ailleurs de se moment pour se redresser, grimaçant légèrement en sentant son corps si crisper et endoloris. Ce n’était pas son premier malaise depuis les six derniers mois et ce ne serait probablement pas le dernier vu la situation.

Une fois que son dos fut contre la tête du lit, il attendu que ce soit à lui de parler, mais il ne s’attendait définitivement pas à ce qu’il lui demande qui il était. Ouais, c’était vraiment douloureux d’entendre ça, parce que la dernière fois qu’il avait entendu une phrase similaire, c’était le jour de leur rencontre et Gabriel l’avait dit avec un magnifique sourire charmeur dont il était quasiment aussitôt tombé amoureux. C’était désormais des contextes drastiquement différent.

« Je m’appelle Fenrir Ægirsson. Et .. je suis ton petit ami depuis plus de deux ans. » Et il baissa le regard, parce qu’il se doutait qu’il allait voir de la confusion, de la peur, du déni. Il se doutait qu’il ne verrait pas du soulagement, ou de la joie d’apprendre cette nouvelle. Cela dit il leva quand même le regard vers lui, prenant son courage à deux mains pour lui faire face. « Et tu es Gabriel Sörensson. » Parce qu’il n’avait pas l’air d’avoir comprit que Gabriel c’était lui. Il lui fit un léger sourire un peu triste, il avait peur qu’il ne le croit pas.

Finalement il se mordu légèrement la lèvre, n’arrivant pas à en dire plus, parce qu’il savait qu’il ne s’en souvenait pas, bordel, c’était horrible d’être le seul à se souvenir de leur vie ensemble, de se souvenir de l’identité de son petit ami quand lui même ne le sait pas.

« On était partit se faire des vacances en mer, tout les deux, sur un voilier. Et on était sur le chemin du retour mais il y a eut une tempête et tu es tombé par dessus bord. Il y avait trop de vague, trop de vent et je ne t’ai pas retrouvé. Et pourtant je t’ai cherché. » Un léger rire nerveux sortit de ses lèvres, parce qu’il était incapable de trouver les mois pour décrire toute les recherches qu’il a fait. « Les autorités Islandaises t’ont cherchés. Mais les recherches ont été arrêté après un moment et tu as été déclarer mort. Mais on avaient pas retrouvés ton corps dans l’eau, alors j’étais sûr que t’étais en vie. Et ça fait six mois que je te cherche, partout. J’ai .. retourné l’Islande pour te retrouver, je suis même partis sur un autre continent pour te chercher parce que j’avais aucune piste et .. et .. » Sa voix se brisa sur la fin et il se rendu compte qu’il était de nouveau sur le point de pleurer, la lèvre tremblante. Mais il se contenu et respira calmement afin de ne pas déclencher une énième crise d’angoisse. « Et je n’aime pas les cirques. Alors je suis sûrement passer près de ce cirque plusieurs fois sans jamais venir. Putains, mes parents habite à même pas trois kilomètres d’ici. Tu étais là tout ce temps, je suis terriblement désolé d’avoir été si long, j’avais presque .. perdu tout espoir de te retrouver, et tu es là. Tu es vivant. » Ce coup ci il ne réussit pas à retenir ses larmes et il pleura de nouveau devant lui, parce que peut-être qu’il ne se souvenait pas de lui, mais il était vivant, et c’était tout ce qui importer en réalité, il pourrait l’aider à retrouver ses souvenirs ensuite, ils auraient tous le temps du monde pour le faire.

code by bat'phanie


broken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Thomas Brodie Sangster
CREDITS : killer from a gang
TICKETS : 138
MEMBRE : 10/12/2017


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Lun 30 Avr - 13:31

Everything you can imagine is real
Fenrir & Týr


Ma question lui fait mal. Je le vois à son regard. J'ai l'impression que tout ce que je fais lui fait du mal. Le simple fait que je le regarde a l'air de suffir à lui faire monter les larmes aux yeux.

Et puis la réponse tombe. Dans le fond je crois que je commençais à m'en douter. Il ne serait pas tombé dans les pommes sinon. Il ne m'aurait pas caressé la joue comme ça si... Putain de merde je ne sais pas où j'en suis encore et voilà qu'il vient m'annoncer que je suis gay et que j'étais en couple avec lui depuis deux ans.

Je commence à comprendre tout le reste. Donc Gabriel c'est moi... Ça me fait bizarre. Je n'ai pas l'impression que ça soit mon prénom, celui que je portais de puis toujours. J'ai l'impression que c'est celui de quelqu'un d'autre, d'un étranger. Ce n'est pas moi Gabriel. Je suis Tyr. C'est tout ce que j'ai toujours connu, la seule personne que j'ai toujours été. Gabriel n'existe plus.

Et puis il continue de parler. Il raconte mon accident. Je me concentre j'essaye de fouiller dans ma mémoire mais rien. Ça n'éveille pas le moindre souvenir en moi. C'est comme si il me racontait l'histoire de quelqu'un d'autre et pas la mienne. Je caresse machinalement la petit ancre sur mon doigt. Un petit mystère de résolu. J'ai du la faire en rapport avc ce fameux voilier sur lequel on est parti. J'en sais un peu plus mais je ne me sens pas mieux. Ça serait même plutôt le contraire. Maintenant je sais qu'il y a quelqu'un qui attend quelque chose de moi. Il aurait sûrement voulu qu'en le voyant je saute dans ses bras pour l'embrasser. Il aurait dû y avoir de l'amour dans mon regard. Je n'aurais pas du mal réagir en sentant sa main sur ma joue. Il aimerait que je sois son Gabriel, son petit ami mais je ne le suis plus...

J'écoute le reste de son discours, la façon dont il m'a cherchété sans succès penéant tous ces mois. Alors que j'étais à côté. Je ne peux m'empêcher d'être en colère en entendant ça. J'étais à côté et il ne m'a pas cherché, pas la ou il fallait.

- Alors je suis gay... Je... enfin j'ai bien essayé avec les deux mais je ne m'étais jamais vraiment dit si je préférais un genre plutôt que l'autre...

Je parle, le regard baissé et perdu dans mes pensées. Il m'a appris trop de choses qui m'ont beaucoup trop remué pour que j'arrive à rester serein.

- J'étais a coté putain... J'ai attendu les premiers temps. Je me disais que quelqu'un devait bien me chercher quel que part. Je suis parti voir un flic mais il s'est foutu de moi. Qu'est ce que je voulais mettre sur un avis de recherche? Je ne savais ni mon nom ni mon prénom. Je n'avais pas de papiers. Rien... alors il m'a viré. J'ai attendu. La personne qui me cherchait aller sûrement remuer ciel et terre pour me trouver. Elle allait tomber sur les gamins qui m'avaient trouvé et ils lui diraient ou j'étais. Elle allait venir déposer des avis de recherche et elle me reconnaîtrait. Et puis les semaines ont passé sans rien et... J'ai avancé en me disant que je ne devais manquer à personne. Et puis tu es là...

Je n'arrive même pas à être heureux. Je suis juste encore plus perdu que je l'étais avant. Je suis déclaré mort et ne crois que je vais le rester.

- Tu devrais te reposer je crois. Tu as vraiment une sale tête...

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Outsider ♦
avatar
AVATAR : Dylan O'Brien
PSEUDO : JemmaStyle
CREDITS : LittleJuice | Cosmic Light
TICKETS : 42
MEMBRE : 22/04/2018


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Lun 30 Avr - 21:08


Týr & Fenrir
Everything you can imagine is real

Fenrir savait que la réaction de Gabriel n’allait pas être bonne, n’importe qui se braquerait après avoir entendu tant de chose, pourtant il espérait quand même qu’il ne serait pas totalement négatif à ce qu’il lui disait, après tout ce n’était que la vérité et il .. devait l’accepter. Pourtant il voit son visage se fermer à la fin de sa phrase et son coeur se serre un peu plus. Ce regard, il est mauvais, et il sait que ce qu’il va entendre ne va pas lui plaire parce qu’il peut voir son visage trahir une partie de ses pensées, il lui en veut pour une raison qu’il ne comprend pas. Alors il s’attend à se prendre des reproches tout d’abord. Sauf qu’à la place de ça Gabriel lui dit sans aucune gêne qu’il a eut des partenaires en son absence et son regard s’écarquille alors qu’il comprend l’horrible vérité qu’il est en train de lui dire. Il l’a trompé, pendant qu’il le pleurait, qu’il se laissait mourir à l’idée de l’avoir perdu, il couchait avec d’autre personne. Un gouffre immense s’ouvre sous ses jambes alors qu’il est incapable de dire quoi que ce soit après ça, il ne pleure plus, il le regarde juste avec le plus grand choc du monde, se sentant soudainement profondément trahis. Alors il détourne le regard, incapable de le regarder plus longtemps alors qu’il tient la couverture entre ses mains, qu’il la serre fort entre ses paumes à en faire pâlir ses jointures. C’est bizarre comme il peut changer d’émotion vite, il se sent terriblement à l’étroit dans cette chambre et il ne veut tout simplement plus avoir cette discussion, il veut se rendormir et ne pas se réveiller, ou se rendre compte que c’est un rêve. A quel point les dieux sont cruels pour lui rendre l’homme de sa vie et le rendre si inaccessible de cette façon ? Il avait envie de brutalement s’éloigner de lui pour hurler jusqu’à ce qu’il n’ait plus de voix. Parce que ça fait tellement, tellement mal putain.

Il est pâle et sent que son coeur rate un battement sur deux à cause de la douleur qu’il ressent, son ventre se tord et il a l’irrépressible envie de vomir désormais. Fenrir est dans un cauchemar et il ne va probablement jamais se réveiller. Et pendant un court instant, très court mais bien présent, il aurait préféré ne pas l’avoir retrouver, parce que c’est pire de se faire rejeter de cette façon que de le croire mort. Au moins, lorsqu’il n’était pas avec lui, il avait l’idéaliste idée qu’il l’attendait quelque part, en cruel manque de lui mais incapable de le rejoindre pour il ne savait quelle raison. Mais à la place de ça il a été oublié et remplacer. Parce qu’il n’existait tout simplement plus dans son esprit. Il tourna de nouveau la tête vers lui avant de sentir une part de colère s’insinuer en lui en entendant ses paroles, il ne veut pas être méchant, mais là, Gabriel se fait passer pour la seule victime de l’histoire.

« Mais j’ai remué ciel et terre pour toi ! Ça fait six mois que tous les jours je te cherche, je continue à payer notre appartement depuis six mois en espérant te retrouver et te ramener à la maison ! Les seules jours où je ne te chercher pas c’est les fois où je finissais à l’hôpital parce que je me rendais malade de ton absence. J’ai demandé à tellement d’endroit si il t’avait vu mais c’était des refus à chaque fois, tous le monde me disait que non, il ne t’avait pas vu. Comment j’étais censé savoir que tu étais dans un cirque bon sang ? Comment je pouvais savoir que je devais demander à des gosses hein ? Si je le savais tu ne penses pas que je serais venu aussitôt pour toi ? » Sa voix s’était faite plus dur, et plus désespérer parce que bordel, il avait passé les derniers mois à mourir petit à petit à force de s’oublier, de ne penser qu’à le retrouver, il avait perdu du poids, il s’était délaissé et il avait enchaîné les crises d’angoisses et les malaises. Il savait qu’il s’était mit dans un mauvaise état pour le retrouver et .. Gabriel lui reprochait de ne pas l’avoir trouvé. C’était .. incroyable.

Fenrir passa une main sur son visage, fatigué et horriblement blessé. Il avait l’impression de faire face à un inconnu aussi beau que l’amour de sa vie. « Je vais rentrer chez moi. » Dit-il avant de repousser la couverture et de mettre ses jambes sur le sol, voyant ses chaussures un peu plus loin. Il se leva difficilement en grimaçant avant de passer près du blond et de venir mettre ses chaussures sans lui adressait un regard, parce qu’il était encore terriblement proche de la crise de larme et il ne voulait plus se montrer aussi faible, ce n’était pas son genre, enfin, pour les six dernier mois oui mais pas le reste du temps.

code by bat'phanie


broken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Thomas Brodie Sangster
CREDITS : killer from a gang
TICKETS : 138
MEMBRE : 10/12/2017


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Mar 1 Mai - 14:37

Everything you can imagine is real
Fenrir & Týr


Mes paroles l'ont blessé. Je m'en veux alors que je le vois sur son visage. Puis il se met à me parler menracontant plus en détails ce qu'il a vécu pendant ces derniers mois. Je suis désolé pour lui et je lui en veux en même temps. Désolé de ce que mon absence lui a fait subir, de la souffrance qu'elle a provoqué. Mais je lui en veux de ne pas m'avoir trouvé, d'avoir cherché tout ce temps au mauvais endroit alors que j'étais si prêt de lui. Je lui en veux mais ce n'est pas le moment de lui faire des reproches. Il en a pas mal bavé ces derniers temps. Et de m'avoir retrouvé n'a fait qu'aggraver les choses. Parce que je ne suis pas celui qu'il s'attendait à retrouver, que je n'ai pas eu la réaction qu'il espérait. Il pensait retrouver l'homme qu'il aimait et il n'a retrouvé qu'un étranger qui se méfie de lui.

Je me sens mal et encore plus perdu. C'est difficile pour lui mais ça l'est aussi pour moi. Je crois qu'il aurait mieux valu qu'il ne me retrouve jamais. Il aurait fini par se dire que son Gabriel était mort, c'est le cas même dans un sens, et puis il aurait fini par faire son deuil. Il aurait avancé dans sa vie. Il aurait peut être même pu trouver quelqu'un d'autre et vivre heureux. De mon côté je me serais fait une raison. J'aurais pu continuer ma vie en tant que Tyr, oubliant que j'avais pu avoir une autre vie à une époque. On aurait pas souffert comme c'est le cas maintenant.

Il se lève pour rentrer chez lui et je le retiens d'un geste.

- Fais pas le con... Tu n'es pas en état de bouger d'ici. Attends au moins que le docteur revienne et qu'il donne son accord.

Je le prends par le bras et le guide jusqu'au lit. Je le force à se rallonger. Une fois fait je reprends la couverture et le bordel tranquillement. Je me remets à ma place, reprenant ma chaise pour me placer à côté de lui.

Je ne sais même plus quoi dire ou faire pour apaiser sa souffrance. Je ne ressens pas ce qu'il voudrait que je ressente mais je m'inquiète quand même pour lui. Je culpabilise de le voir dans cet état à cause de moi. Sûrement que Gabriel lui serait horrifié en voyant dans quel état se trouvait son petit ami.

- Je suis désolé... Tu as fait de ton mieux je sais... Je suis en colère je crois mais ce n'est pas ta faute. J'aurais voulu que... enfin je voudrais que les choses soient différentes. Que tu m'ai retrouvé plus tôt oui mais aussi... que j'ai toujours ma mémoire, que je puisse être ton Gabriel et pas... juste moi.

Parce que le moi que je suis maintenant n'est pas celui qu'il voulait non même celui qu'il aimait.

- Raconte moi s'il te plaît.... parle de m... de Gabriel.. de vous deux...

Je lui fais peut être du mal en demandant ça mais maintenant qu'on a commencé je veux en savoir plus sur mon passé.

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Outsider ♦
avatar
AVATAR : Dylan O'Brien
PSEUDO : JemmaStyle
CREDITS : LittleJuice | Cosmic Light
TICKETS : 42
MEMBRE : 22/04/2018


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Mar 1 Mai - 22:55


Týr & Fenrir
Everything you can imagine is real

Fenrir n’avait pas envie de resté parce que c’était douloureux pour lui d’être en présence de Gabriel mais de faire face ainsi à un mur, lui reprochant des choses que lui même n’avait pas voulu, c’était même terrifiant. Il voulait être proche de lui, lui prendre la main et simplement le contempler parce que merde, il était en vie. Il se répétait probablement mais le fait de savoir Gabriel en vie était plus que merveilleux à ses yeux, pourtant maintenant qu’il le voyait, il avait peur d’affronter ce regard qui n’était pas celui de son amoureux. Mais lorsqu’il lui prit le poignet et le redirigea vers le lit, ce fut plus fort que lui et il arrêta de se débattre pour le suivre et se recoucher, il avait mal mais en même temps, ça restait assez habituel.

« Je sais déjà ce qu’il va me dire, je vais encore avoir mal pour quelques heures et après ça ira mieux. » Après tout, il était quand même assez familier avec les malaises de ce genre ses derniers mois, entre le manque de sommeil, de nourriture, la peur et le traumatisme qu’il avait vécu, bien sûr qu’il avait déjà eut des malaises et parfois il était plus violent que d’autre. Une fois son corps entier s’était relâché et heureusement qu’il ne connaissait personne à ce moment là. Il avait finit à l’hôpital et il avait été obligé d’y rester plus d’une semaine, voyant très souvent un psychiatre pendant son court séjour.

Pourtant, il ne pu s’empêcher de sentit un faible sentiment familier d’amour prendre part de son coeur en voyant Gabriel le border et s’inquiéter. Il semblait se sentir concerner par sa tristesse et sa colère et Fenrir était loin d’être idiot, il savait qu’il souffrait de sa perte de mémoire autant que lui finalement. Ils étaient tous les deux deux idiots qui souffraient parce qu’ils n’arrivaient pas à mettre de mot sur la situation. Son regard resta fixer sur le sien un instant avant qu’il ne finisse par froncer légèrement les sourcils à ce qu’il venait de dire, ça sonnait très mal à ses oreilles et Fenrir n’aimait pas ça du tout alors il voulu lui prendre les mains pour le rassurer mais se souvenu qu’il risquait de se reculer, alors il se contenta de le regarder, se perdant dans son magnifique regard.

« Peut-être que tu ne le ressent pas de cette façon, mais tu es mon Gabriel, tu ne t’en souviens juste pas. Mais ... tu finiras par t’en souvenir, j’en suis convaincu. » Et il lui sourit doucement, même si il savait qu’actuellement il ne devait pas le croire, il était sûr de lui. Il finirait par se souvenir d’eux, ensembles. A la question qu’il lui posa, un fin sourire se dessina sur ses lèvres, il adorait parler d’eux et si ça pouvait l’aider à se souvenir .. Mais avant ça il devait lui donner plus de détail sur qui il était. « Tu es ... un jeune homme plein de vie et bon, bienveillant, drôle mais tu sais être sérieux quand ça l’impose. Tu es quelqu’un de studieux et d’ambitieux. Avant .. tout ça tu étais avocat, et pas un petit avocat de quartier mais vraiment le genre d’avocat important qui a de très gros contrat. Tu adores la musique et tu as toujours été excellent au piano. La musique que tu as chanté tout à l’heure, ce n’est pas n’importe laquelle, c’est l’une des musiques que tu me chantais assez souvent. Attend, je peux te le prouver .. » Fenrir se redressa légèrement, sortant son portable de sa poche avant de le déverrouiller, voyant aussitôt une photo d’eux en train de s’embrasser. Il n’avait jamais changé de fond d’écran depuis qu’il avait prit cette photo et ça n’allait pas changé maintenant. Il fouilla dans les vidéos de son téléphone avant de finalement lui tendre avec un sourire en coin. C’était l’une de celle qui préférer, l’une ou Gabriel jouait et que Fenrir le filmait. A la fin, lorsqu’il découvrait que son petit ami l’avait filmé, il lui demandé de couper la vidéo et Fenrir venait l’embrasser avant d’arrêter de tourner. Ils étaient terriblement niais et heureux sur cette vidéo, et c’était pour ça qu’il l’appréciait autant d’ailleurs.  

code by bat'phanie


broken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Thomas Brodie Sangster
CREDITS : killer from a gang
TICKETS : 138
MEMBRE : 10/12/2017


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Mer 2 Mai - 19:07

Everything you can imagine is real
Fenrir & Týr

« Je sais déjà ce qu’il va me dire, je vais encore avoir mal pour quelques heures et après ça ira mieux. »

Ca ne change rien au fait qu'il m'inquiète quand même. Il a une sale tête et j'ai peur qu'il tombe d'un instant à l'autre si jamais il bouge. Et je m'en veux encore plus quand je le vois comme ça. Je me dis que c'est moi le responsable, indirectement peut être, mais ça reste ma faute. Si je n'avais pas disparu il serait en meilleur état. Et moi aussi...

Je suis soulagé quand il accepte de se recoucher sagement. J'avais peur de devoir batailler avec lui mais il se laisse faire docilement. Je sens son regard sur moi, les gestes qu'il retient mais qu'il aimerait faire. Tout ces petits gestes qui lui étaient surement naturel autrefois mais qui maintenant lui sont interdits. Je ne peux pas imaginer ce qu'il ressent en ce moment, l'effet que ça doit faire de se faire rejeter par celui qu'on aime. Je ne peux pas. Je ne me souviens même pas de ce que ça fait d'aimer quelqu'un plus que tout.

« Peut-être que tu ne le ressent pas de cette façon, mais tu es mon Gabriel, tu ne t’en souviens juste pas. Mais ... tu finiras par t’en souvenir, j’en suis convaincu. »

Je ne dis rien. Je ne veux pas le décevoir. Ca fait des mois que je suis ici, à attendre que la mémoire me revienne. Mais il n'y a rien, pas le moindre petit embryon de souvenir. Il y a bien mes rêves mais ils m'échappent complètement au réveil, ne me laissant qu'une vague impression qui elle aussi se dissipe rapidement. Si elle devait revenir, je pense que depuis le temps j'aurais eu au moins un ou deux souvenirs concrets. Mais je ne veux pas lui arracher un peu plus d'espoir. Il ne doit déjà pas lui rester grand chose pour tenir, je ne peux pas l'enfoncer davantage. Son Gabriel a disparu pour toujours, il va falloir qu'il l'admette si il veut avancer.

« Tu es ... un jeune homme plein de vie et bon, bienveillant, drôle mais tu sais être sérieux quand ça l’impose. Tu es quelqu’un de studieux et d’ambitieux. Avant .. tout ça tu étais avocat, et pas un petit avocat de quartier mais vraiment le genre d’avocat important qui a de très gros contrat. Tu adores la musique et tu as toujours été excellent au piano. La musique que tu as chanté tout à l’heure, ce n’est pas n’importe laquelle, c’est l’une des musiques que tu me chantais assez souvent. Attend, je peux te le prouver .. »

Avocat... je me retiens difficilement de grimacer en entendant ça. Je ne pensais pas que je faisais dans ma vie d'avant. Vu le talent que j'ai pour le piano j'ai cru bêtement que c'était mon métier dans cette autre vie. Mais avocat? D'accord le côté aider les autres devait être plutôt agréable. Seulement je n'ai pas l'impression que j'étais ce genre d'avocat. A l'entendre je devais plutôt être le genre à faire des gros contrats avec des gros clients plein de fric, à les aider à s'enrichir davantage. Est ce que j'étais riche du coup? Un petit connard de mec plein de fric. Je crois que je n'aime pas vraiment ce Gabriel...

Je prends son téléphone quand il me le tend, un peu inquiet de ce que je vais voir. J'aperçois briévement sa photo de fin d'écran. On... non ils sont enlassés sur la photo, entrain de s'embrasser. Ce n'est pas moi ça... J'ai l'impression de fixer un étranger qui aurait mon visage. Mais ce n'est pas moi. Je n'ai aucun souvenir de cette photo, aucune envie d'être avec cet homme. Alors que lui, Gabriel, il est là... souriant contre les lèvres de l'homme qu'il aime.

La vidéo se lance et c'est encore plus perturbant. C'est moi entrain de jouer. J'ai la même posture que maintenant, le même air concentré. Ma voix, la mélodie, tout est identique à la performance de ce soir, à cette première fois où je l'ai joué seul. Alors c'est perturbant, parce que je n'ai aucun souvenir de cette scène.

Puis il relève les yeux, lui Gabriel pas moi. Ca se voit à la façon qu'il a d'engueuler gentiment son petit ami parce qu'il le filme. Et puis la scène continue de façon adorable alors que Fenrir vient l'embrasser avant de couper la vidéo. Ils sont mignons. Leur amour est vraiment beau à voir et je comprends encore plus à quel point Fenrir peut souffrir de son départ. Mais ce n'est pas moi... C'est un étranger que je fixe sur cette vidéo.

J'en ai peu appris mais plus j'en apprends, plus je me dis que lui et moi ne sommes pas les même. Il joue en privé, ne supportant pas qu'on le filme, alors que moi tous les soirs je suis sur scène et j'adore ça. Lui il est avocat, moi je n'aimerais pas faire ça, pour rien au monde.

Je lui rend son téléphone un peu mal à l'aise.

- Pourquoi il n'était pas pianiste professionnel? Il.. enfin j'arrive bien à en vivre moi maintenant. Je n'étais qu'un homme à tout faire en arrivant ici et puis un jour quelqu'un m'a remarqué alors que je jouais cette chanson. Maintenant j'accompagne les artistes et si je me débrouille bien, j'espère un jour pouvoir devenir une étoile.

C'était mon objectif et ça l'est toujours. Ca ne changera pas même s'il est revenu. Je n'ai aucun souvenirs de lui ou de cette vie d'avant. Je ne veux pas quitter tout ce que j'ai construit si difficilement pour plonger dans l'inconnu.

- Excuse moi si je t'embête avec mes questions mais... je veux savoir...

J'en ai besoin... même si je reste celui que je suis, je veux quand même savoir qui j'étais.

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Outsider ♦
avatar
AVATAR : Dylan O'Brien
PSEUDO : JemmaStyle
CREDITS : LittleJuice | Cosmic Light
TICKETS : 42
MEMBRE : 22/04/2018


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Mer 2 Mai - 19:46


Týr & Fenrir
Everything you can imagine is real

Fenrir ne peut pas s’empêcher de fixer son petit ami pendant qu’il regarde son téléphone et qu’il fixe la vidéo qui se joue actuellement. Il aimerait le voir sourire, retrouver cette petite étincelle au fond des yeux qui lui prouve qu’il l’aime encore, mais Gabriel reste stoïque, il regarde la vidéo mais ne sourit pas où ne ressent pas l’amour qu’ils ont mutuellement l’un pour l’autre. Et Fenrir qui avait commencé à sourire finit par le perdre et baisser le regard. Il avait l’impression de montrer sa vie à un étranger et il se haïssait pour avoir été si long à le trouver, il était déjà passé près de ce cirque mais il s’était toujours refusé de rentrer dans cette endroit, ne pensant pas une seule seconde qu’il puisse être caché en dessous de ces chapiteaux, c’était idiot, il aurait dû y penser. Le brun reprend son téléphone par la suite avant de d’entendre la question de Gabriel. Et un léger rire sort de ses lèvres, ce n’est pas moqueur, ni même triste, c’est un réel rire amuser parce que lui même ne se comprend pas, pour une fois qu’ils partagent cette même incompréhension.

« Parce que tu refusais de te lancer dedans. Tu as ... un père très stricte et il a toujours voulu que tu deviennes quelqu’un d’important. Et c’est ce que tu as fais, tu es devenu l’un des avocats les plus réputé de New York, bon sang, t’as même défendu les contrats de quelques célébrités, t’étais connu, tu l’es toujours. Mais ce n’était pas ta vocation, ça te plomber le moral et j’ai essayé plus d’une fois de te convaincre de tout abandonné et de vivre de ta passion, mais t’as toujours dis non. Répétant que tu ne pouvais pas faire ça, que ton père refuserait ça alors que clairement, t’es plus que majeur et péter de fric, t’aurais pu faire tout ce que tu voulais. » C’était bien une chose qu’il n’avait jamais comprit. Gabriel aurait eut le monde à ses pieds, parce que son don au piano était merveilleux et sa voix par dessus lui faisait voir des étoiles. Mais il n’avait jamais voulu. « J’ai vécu de mon rêve pendant un moment et je voulais que tu en fasses autant, mais tu as toujours refuser, quoi que je dise ou quoi que ce fasse, tu ne voulais pas abandonner ton statut d’avocat pour te lancer dans le chant. » Et c’était bien dommage d’ailleurs parce que Gabriel était encore meilleur que certain chanteur qui passer à la télé.

Tout ça, c’était triste, il aurait aimé pouvoir lui faire comprendre à ce moment là que la vie était courte et que si il voulait chanté devant un publique, alors qu’il le fasse, parce qu’il avait le don pour. Mais il a toujours refuser, quel que soit ses beaux discours où ses belles phrases. Tout ce qu’il avait gagné c’était des disputes, parce que Gabriel refusait d’en entendre parler et qu’il ne voulait pas qu’il abandonne son rêve alors qu’il était si talentueux. Au moins ici, il vivait de sa passion, c’était déjà une consolation.

« Pose moi autant de question que tu souhaites, j’ai les réponses à tes questions. D’ailleurs, hmm .. j’ai laissé mon sac chez mes parents et j’ai ton téléphone dans mon sac, je pourrais te le ramener si tu souhaites, il y a beaucoup de photo, de vidéo, pas seulement de nous je te rassure, tu avais aussi une vie en dehors de moi mais il y a des conversations que tu as eu avec des amis, des post-it parfois intéressant, des contacts de tes proches, dont ton père. Il te pense .. mort donc si tu veux l’appeler pour lui dire que tu es en vie, c’est tout à ton honneur mais ton père est très .. comment dire ça .. strict ? Si il te vois ici, il ne va pas accepter la situation, donc je ne t’incite pas à le faire pour l’instant. » Si le père de Gabriel l’apprenait, il risquait probablement de refuser catégoriquement que son fils demeure dans un cirque, autant pour lui même que pour la réputation qu’ils avaient, après tout ils étaient des avocats connu, lui et son père donc forcément. Il risquerait de lui demander de rentrer et sans son accord, ce malade serait même capable de le faire passer pour fou pour le forcer à rentrer aux Etats-Unis. « Vaut mieux attendre un peu. Je suis sûr qu’il sera ravis d’apprendre que tu es en vie lorsque .. tu auras récupérer un peu de souvenir. Tu ne pourras pas lui faire face sinon, crois moi. » Il ne voulait pas lui faire peur bien entendu, mais il ne voulait pas voir le père débarquer pour forcer le fils à rentrer. Fenrir ne le ferait pas, donc ce vieux fou non plus. Hors de question.

code by bat'phanie


broken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Thomas Brodie Sangster
CREDITS : killer from a gang
TICKETS : 138
MEMBRE : 10/12/2017


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Ven 4 Mai - 13:58

Everything you can imagine is real
Fenrir & Týr

« Parce que tu refusais de te lancer dedans. Tu as ... un père très stricte et il a toujours voulu que tu deviennes quelqu’un d’important. Et c’est ce que tu as fais, tu es devenu l’un des avocats les plus réputé de New York, bon sang, t’as même défendu les contrats de quelques célébrités, t’étais connu, tu l’es toujours. Mais ce n’était pas ta vocation, ça te plomber le moral et j’ai essayé plus d’une fois de te convaincre de tout abandonné et de vivre de ta passion, mais t’as toujours dis non. Répétant que tu ne pouvais pas faire ça, que ton père refuserait ça alors que clairement, t’es plus que majeur et péter de fric, t’aurais pu faire tout ce que tu voulais. »

Je garde le silence en l'entendant parler de moi, non pas de moi, de cet étranger que j'étais autrefois mais dont je n'ai plus aucun souvenir. Ce n'est pas moi, cet avocat important et bourré de fric. Je ne sais même pas combien j'ai d'argent exactement aujourd'hui et je m'en fiche. J'ai un toit, un travail qui me plait et de quoi manger tous les jours alors le reste je m'en moque. Ce Gabriel me semble de plus en plus étranger. Je n'arrive pas à m'imaginer reprendre cette vie là, être un petit avocat plein d'argents qui ne défend que les gros clients et qui a peur de vivre sa vie. Moi je veux la vivre. Je veux continuer à jouer et je me moque de ce que ce soit disant père pourrait penser.

« J’ai vécu de mon rêve pendant un moment et je voulais que tu en fasses autant, mais tu as toujours refuser, quoi que je dise ou quoi que ce fasse, tu ne voulais pas abandonner ton statut d’avocat pour te lancer dans le chant. »

Et il aura fallu que je prenne un coup sur la tête et que je perde la mémoire pour faire ce qu'il attendait, pour vivre de mon rêve. Peut être que ce coup m'a un peu changé dans le fond. J'ai l'impression de ne plus être le même. Je refusais d'être avocat autrefois et de me lancer dans le piano, maintenant c'est l'inverse, je ne m'imagine pas redevenir avocat et laisser tomber la musique. Plus il parle et plus cette impression se renforce. Son Gabriel n'est plus. Je n'ai rien à voir avec ce type dont il est tombé amoureux.

« Pose moi autant de question que tu souhaites, j’ai les réponses à tes questions. D’ailleurs, hmm .. j’ai laissé mon sac chez mes parents et j’ai ton téléphone dans mon sac, je pourrais te le ramener si tu souhaites, il y a beaucoup de photo, de vidéo, pas seulement de nous je te rassure, tu avais aussi une vie en dehors de moi mais il y a des conversations que tu as eu avec des amis, des post-it parfois intéressant, des contacts de tes proches, dont ton père. Il te pense .. mort donc si tu veux l’appeler pour lui dire que tu es en vie, c’est tout à ton honneur mais ton père est très .. comment dire ça .. strict ? Si il te vois ici, il ne va pas accepter la situation, donc je ne t’incite pas à le faire pour l’instant. »

Je hoche distraitement la tête pour le téléphone, ça pourrait être une bonne idée en effet. Il doit y avoir pas mal de détails de la vie de Gabriel là dedans, ça ne me ferait pas de mal de fouiller un peu dedans, de voir le genre de vie qu'il avait, même si Fenrir m'en a déjà donné une idée. Et je n'aime pas trop l'idée que je sens venir. Je n'aime pas ce père strict qu'il a l'air d'avoir. Et encore je crois qu'il tente de me rassurer en parlant comme ça.

« Vaut mieux attendre un peu. Je suis sûr qu’il sera ravis d’apprendre que tu es en vie lorsque .. tu auras récupérer un peu de souvenir. Tu ne pourras pas lui faire face sinon, crois moi. »

De toute façon je ne comptais pas lui parler, ni à lui ni à personne d'autre de mon passé. C'est déjà bien assez dur comme ça de faire face à Fenrir, je crois que je n'aurais pas la force d'affronter quelqu'un d'autre, encore moins ce père si "strict".

Et ça me fait un peu plus mal à chaque fois de l'entendre parler du moment où je vais retrouver la mémoire, comme si c'était un fait acquis, comme si j'allais forcément retrouver mes souvenirs et lui revenir. Si ça pouvait être aussi simple. Je déteste l'idée de faire ça, et je ne voulais pas le faire, mais je ne supporte plus de le voir espérer et me mettre la pression comme ça. Ca ne servira qu'à nous faire du mal à tous les deux.

- Merci pour le téléphone, c'est gentil de me le proposer. Mais...

Je soupire et baisse la tête pour éviter son regard. C'est déjà assez dur comme ça de lui briser le coeur, je ne supporterais pas de le regarder dans les yeux en le faisant.

- Ecoute... je sais que tu aimerais que je retrouve la mémoire et que je revienne vers toi mais... je préfère te prévenir, ça n'arrivera peut être jamais. Le médecin me disait... le cerveau est un organe complexe et ils ne comprennent pas tout de son fonctionnement. La mémoire peut me revenir comme elle peut ne jamais le faire. Je n'ai rien retrouvé ces six derniers mois. Pas le moindre petit souvenir... Je commence à me dire qu'elle ne reviendra jamais. Je voulais te le dire parce... je ne veux pas que tu restes à attendre et à espérer en vain. Je ne redeviendrais peut être jamais le Gabriel que tu as connu.

Il était mort. Il resterait mort aux yeux de son père et ses autres proches et ça serait beaucoup mieux comme ça. Moi je pourrais continuer ma vie en tant que Týr et en laissant de côté le fait que j'ai pu être un autre avant.

Je relève les yeux vers lui, me mordant la lèvre mal à l'aise. Je n'aime pas ça. Je n'aime pas l'idée de le faire souffrir alors qu'il est au plus mal mais je ne peux pas le laisser continuer à espérer quelque chose de pratiquement impossible.

- Je suis désolé....

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Outsider ♦
avatar
AVATAR : Dylan O'Brien
PSEUDO : JemmaStyle
CREDITS : LittleJuice | Cosmic Light
TICKETS : 42
MEMBRE : 22/04/2018


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Ven 11 Mai - 19:46


Týr & Fenrir
Everything you can imagine is real

Fenrir n’est pas idiot, il voit bien qu’au fil des mots et des phrases qu’il dit, ce n’est pas un sourire qui apparaît sur son visage mais bien un mélange de confusion et de tristesse et il sait pourquoi. Il voit bien que malgré ce qu’il dit, ça n’atteint pas réellement Gabriel comme il souhaiterait que ça le soit. Gabriel ne se souvient de rien si ce n’est de la vie qu’il a eut pendant les six derniers mois. Il ne se souvient pas de ses journées qu’ils passaient ensemble à simplement se câliner, repoussant au lendemain leurs responsabilités, les rendez-vous qu’ils ont eut, les baisers qu’ils ont échangés .. Tout ça, ce ne sont plus que des souvenirs de son esprit et il est loin d’être idiot, il le sait. Peut-être qu’il ne se souviendrait jamais de ce qu’il avait vécu, peut-être. Mais le truc c’est que justement, le cerveau est complexe et lorsqu’il lui dit, même si il a l’impression qu’un couteau fait des allées-retours dans son torse, il n’a pas envie de pleurer ou de s’effondrer sur son sort. Pendant un instant il détourne le regard, parce qu’il a du mal à soutenir ses yeux lorsqu’il le regarde de cette façon, avec autant de pitié. Mais finalement il le regarde et il sourit doucement, il a envie d’attraper ses mains, de les serrer et de lui dire que tout ira bien désormais et que ce n’était pas insurmontable, mais Gabriel pense l’inverse et il a peur de le brusquer dans sa façon de parler.

« Je sais. Le risque que tu restes amnésique est même plus fort que celui que tu retrouves la mémoire. Mais je ne perd rien à essayer non ? Et puis .. de toute façon tu restes mon Gabriel, même si tu ne te souviens jamais de ce qu’on a vécu, je ne vais pas t’abandonner pour autant. Des souvenirs ont peut toujours en reconstruire ensemble. » Il sourit en lui expliquant ça, parce que c’est vrais, même si Gabriel venait à ne jamais se souvenir de tout ce qu’ils sont vécu ensemble, il restera toujours son rayon de soleil, il avait été la lumière de sa vie et sans lui il ne serait probablement pas allée aussi loin dans sa carrière et même sentimentalement. Il avait déjà aimé avant lui, mais il n’avait jamais été aussi sûr de lui que le jour où il s’était rendu compte qu’il était son âme soeur. Donc il n’allait jamais l’abandonner. Jusqu’à ce qu’il pousse son dernier souffle il serait à ses côtés. « Et puis je suis sûr que même sans souvenir, le toi d’avant n’a pas été totalement perdu, je suis sûr qu’il y a des choses que tu as encore en commun avec .. ton ancien toi. Comme la musique, tu ne l’as pas perdu et notre chanson non plus. »

Fenrir avait vraiment envie de prendre sa main et d’avoir un contact avec lui, après tant de mois de recherche, maintenant qu’il l’avait enfin en face de lui, il était normal qu’il veuille avoir un contact mais il savait que ce serait déplacer car Gabriel ne voulait probablement pas qu’un inconnu ne le touche. Ça allait être dur d’avoir du recul sur la situation au début, de s’empêcher d’avoir des petits gestes mignon. En fait, il allait devoir agir comme ci il était face à un parfait inconnu, même pas comme au début de leur relation parce qu’ils avaient étés très tactiles dès le premier jour. Toujours à s’effleurer la main, de laisser leurs épaules se toucher et de constamment se regarder, un coup de foudre en sois. Là, il n’allait même pas pouvoir lui effleurer la main sans passer pour un mec chelou. Quel poisse sérieusement.

Pendant un instant, il hésita sur ce qu’il devait dire avant de finalement reprendre la parole. « Tu accepterais que l’on passe du temps ensemble, lorsque tu n’es pas occupé ? Je pourrais .. t’emmener dans des endroits où nous avons déjà été ? Faire des sorties ensembles, je pourrais te parler de notre passer, j’ai beaucoup de vidéo et de photo. Encore plus à notre appartement. Ça pourrait être .. intéressant ? » Bien sûr si Gabriel ne voulait pas qu’il rerentre dans sa vie ça allait être un gros frein pour eux et il avait peur d’avance qu’il ne le repousse avant même qu’il n’ait essayé.

code by bat'phanie


broken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Thomas Brodie Sangster
CREDITS : killer from a gang
TICKETS : 138
MEMBRE : 10/12/2017


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Sam 12 Mai - 9:28

Everything you can imagine is real
Fenrir & Týr

« Je sais. Le risque que tu restes amnésique est même plus fort que celui que tu retrouves la mémoire. Mais je ne perd rien à essayer non ? Et puis .. de toute façon tu restes mon Gabriel, même si tu ne te souviens jamais de ce qu’on a vécu, je ne vais pas t’abandonner pour autant. Des souvenirs ont peut toujours en reconstruire ensemble. »

C'est là qu'il a faux. Il ne veut pas comprendre ni même l'entendre. Je ne suis pas son Gabriel, je suis Týr. Je n'ai aucun souvenir de cet homme là, de celui qu'il était, de ce qu'il ressentait. Alors non je ne suis pas Gabriel et encore moins son Gabriel. Alors lui il perd quelque chose à essayer. Il va perdre son temps si jamais rien ne revient. Il va finir par se rendre compte de la réalité et il aura mal. Une claque de plus qu'il prendre, un espoir qu'il va perdre. Il veut essayer, mais j'ai déjà une idée de comment tout ça se terminera. Et ça ne finira pas bien pour lui.

« Et puis je suis sûr que même sans souvenir, le toi d’avant n’a pas été totalement perdu, je suis sûr qu’il y a des choses que tu as encore en commun avec .. ton ancien toi. Comme la musique, tu ne l’as pas perdu et notre chanson non plus. »

Peut être, mais à part ça on a quoi en commun? Pas grand chose. La vie qu'avait ce Gabriel ne me tente en rien. Pire, je sais que je serais malheureux si je devais retourner là bas. Il aimait Fenrir de tout son coeur, pour moi c'est juste un étranger qui me met mal à l'aise. La musique ouais... c'est bien une des seules choses qu'on a en commun lui et moi et ce n'est clairement pas assez pour qu'il puisse dire que je suis toujours son Gabriel.

« Tu accepterais que l’on passe du temps ensemble, lorsque tu n’es pas occupé ? Je pourrais .. t’emmener dans des endroits où nous avons déjà été ? Faire des sorties ensembles, je pourrais te parler de notre passer, j’ai beaucoup de vidéo et de photo. Encore plus à notre appartement. Ça pourrait être .. intéressant ? »

Je détourne la tête mal à l'aise. Je ne sais pas. J'hésite. Je mentirais si je n'étais pas curieux de savoir ce qu'il a à me raconter. J'ai quand même envie d'en savoir plus, de connaitre davantage ce moi que j'étais. Une petite part de moi a un peu d'espoir aussi. Je me dis que peut être je pourrais retrouver qui j'étais, être un peu plus celui qu'il attend que je sois. Mais j'ai peur... j'ai peur de le décevoir, que ma présence lui fasse plus de mal que de bien. J'ai peur de retrouver la mémoire et de ne pas la retrouver. Je suis un paradoxe ambulant, mes pensées ne faisant que tourner et retourner dans ma tête, m’entraînant d'une émotion extrême à l'autre. Et je reste là à ne pas savoir quoi lui dire.

Je sursaute alors que le médecin revient dans la tente. Sauvé par le gong comme on dirait. J'essaie de cacher mon soulagement en le voyant arriver. Il me sauve d'une question à laquelle je ne sais pas répondre, dont je me dis que toutes les réponses sont mauvaises et feront forcément du mal à plus ou moins long terme.

"Je suis désolé de vous interrompre mais il faut qu'il se repose. Tu peux repasser demain matin Týr, si tu veux."

Je me redresse en hochant la tête. Je pense que c'est le mieux. J'ai besoin d'une pause pour digérer tout ça et réfléchir. Peut être que demain matin j'aurais les idées plus claires et que je saurais ce que je dois faire. Je le regarde un instant, ne sachant pas trop quoi faire ni même quoi dire.

- Repose toi Fenrir...

Je sors sans un mot de plus, qu'est ce que je pourrais dire de toute façon? Je quitte la tente et me laisse aller une fois dehors à craquer. Je tombe au sol, me prenant la tête entre les mains et je pleure. Les larmes coulent silencieusement sur mes joues. Je n'en peux plus. Je suis perdu, complètement largué. J'aurais voulu qu'il ne revienne jamais. Ou pas maintenant. Non, j'aurais voulu qu'il me retrouve quelques jours après que je sois arrivé au cirque. J'avais tellement besoin de lui à ce moment là. Mais pas maintenant. J'ai une vie à moi désormais. Je ne peux pas, je ne veux plus la chambouler pour aller vivre celle d'un inconnu.

Je reste un moment assis ainsi dans le froid. Le cirque est calme. La plupart des membres sont partis se coucher. Les rares encore actifs sont dans les tentes du freak show, loin de là où je me retrouve. Je relève les yeux en entendant des bruits de pas près de moi. Le médecin est là, me regardant tristement. Il sait lui. C'est lui qui m'a soigné après qu'on m'ait trouvé sur la plage.

"Alors c'est lui... il a fini par te trouver?"

Je hoche simplement la tête. Les mots ne veulent pas sortir et puis pour dire quoi une fois de plus. Il se passe trop de choses, trop de bordel dans mon esprit pour que des mots simples arrivent à expliquer tout ça.

"Pars te reposer. Tu en as besoin et lui aussi. Demain tu y verras peut être un peu plus clair. "

Je me lève et obéis. Je bredouille un simple merci avant de retourner dans ma caravane. C'est la première fois que je me sens aussi mal à l'aise chez moi. Je me déshabille et me laisse tomber dans mon lit. Je tourne en rond un moment. Je n'arrive pas à dormir. Mes pensées continuent de se bousculer dans ma tête et je ne m'en sors pas. Je fini par tomber d'épuisement. Ma nuit est agité. On dirait que sa présence a eu un effet en fin de compte. Les rêves se font plus présents que d'habitude mais ils sont toujours aussi flous. Je me réveille en sursaut le lendemain avec un goût amer dans la bouche et une vague impression du rêve qui s'évanouit aussitôt. Neuf heures... Il est temps que j'y retourne.

Je m'habille machinalement. Je ne sais pas comment je m'habillais avant mais ma tenue n'aura certainement rien à voir avec ce dont il avait l'habitude. Je ne porte le costume classe que pour les spectacles. Le reste du temps je suis avec mes jeans et mes pulls larges. Je n'ai surement rien de l'avocat pété de tunes qu'il a connu. Mais j'ai pris ma décision. J'ai eu le temps d'y réfléchir alors que le sommeil me fuyait.

Je me rends à la tente du médecin et entre doucement, espérant ne pas le réveiller. Il est là, encore endormi. Il doit être tellement épuisé... Je me suis pris un café ainsi qu'un pour lui. Je ne sais même pas s'il aime ça mais je me suis dit que ça pourrait lui faire plaisir au réveil. Mais peut être que je me plante complètement, qu'il va détester, que ça va lui faire mal de voir que je ne sais plus rien de ses habitudes.

Je m'installe sans bruit sur la chaise à côté de lui et j'attends, mon café à la main, qu'il se réveille...

made by black arrow



TRAGIC FATES
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Outsider ♦
avatar
AVATAR : Dylan O'Brien
PSEUDO : JemmaStyle
CREDITS : LittleJuice | Cosmic Light
TICKETS : 42
MEMBRE : 22/04/2018


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Jeu 17 Mai - 11:23


Týr & Fenrir
Everything you can imagine is real

Fenrir peut voir ce qu’il lui dit ne lui plaît pas tant que ça, Gabriel est là, le regarde mais pourtant on dirait l’âme d’une autre personne qui le songe et qui l’observe, tout ce qu’il dit n’a pas l’effet escompter et si il s’attendait à avoir même un simple sourire, c’est totalement raté. Fenrir le regarde comme un regarderait son monde, Gabriel le regarde de la même façon qu’il regarderait un chiot sur le bord de la route, avec une extrême pitié et ça l’énerve plus que ça ne lui donne envie de pleurer ou même ne le rassure. Dans sa vie, il ne l’avait jamais regardé comme ça et oui, il avait passé ses six derniers mois à dépérir mais ce n’était pas pour autant qu’il voulait être prit en pitié ! Il était loin d’être un jeune faible et puis maintenant qu’il l’avait retrouvé tout irait mieux normalement. Où alors était-ce justement pour ça qu’il le regardait avec tant de pitié ? Parce qu’il savait que même si il l’avait retrouvé, ce ne serait jamais pareil ? Qu’il ne retrouverait jamais celui qu’il a aimé et qu’il serait toujours en présence de Tyr, et non de Gabriel ? Peut-être. Il ne savait d’ailleurs pas comment il réagirait si jamais il ne retrouvait jamais son petit ami. Ce serait douloureux et il aurait probablement du mal à se faire à l’idée que l’amour de sa vie est perdu. Il serait toujours là mais ce serait différent. Tyr n’avait apparemment pas un comportement commun avec celui de Gabriel, si son petit ami était sûr de lui et dragueur, charmeur, Tyr était toujours sûr de lui, moins cela dit et de ce qu’il avait pu voir le côté charmeur n’avait pas l’air présent, même si la situation de s’y prêté pas aussi.

Fenrir attendait quand même patiemment sa réponse parce qu’il n’avait pas perdu espoir de son côté de lui raviver des souvenirs, de faire ressortir Gabriel et de retrouver l’amour de sa vie. Il était sûr que c’était possible, il lui fallait juste de la patience mais aussi de la coopération venant du jeune homme face lui, pourtant, après lui avoir demander il ne lui répondu pas aussitôt, semblant réfléchir et plus il réfléchissait, et plus Fenrir avait l’impression qu’il allait lui dire non, que sa vie ici lui plaisait et qu’il ne voulait pas se souvenir de lui. Il n’avait aucune idée de comment il réagirait si jamais Gabriel lui disait simplement non, qu’il ne voulait plus le revoir, qu’il avait été trop long à le retrouver et qu’il n’avait pas envie qu’il vienne tout gâcher désormais. Bordel, il était terrifié à l’idée qu’il lui dise ça. Lorsque le médecin arriva dans la tente pour lui annoncer qu’il devait se reposer. Sauf que Fenrir voulait avoir sa réponse maintenant plutôt que de le laisser fuir de cette façon. Il ne pouvait pas simplement partir sans lui dire. Pourtant c’est ce qu’il fit. Gabriel lui dit de se reposer et sans même un sourire, il fuit la tente, le laissant seul par la suite.

Pendant un instant, il se sentit de trop, dans cette tente et il se demanda sérieusement si le mieux n’était pas de partir. Il l’avait retrouvé mais à quel prix ? Gabriel ne le connaissait plus et finalement n’avait pas l’air de savoir le connaître de nouveau. Fenrir passa une main sur son visage, fatigué et profondément triste, la rage et la peur l’avait consumé pendant les six derniers mois et maintenant tout ce qu’il ressentait c’était de la souffrance et de la tristesse et à l’idée d’avoir peut-être perdu son âme soeur pour le reste de sa vie. Il se doutait que plus personne n’allait rentré dans la tente dans il finit par s’installer confortablement dans le lit, combattant son envie de fuir les lieux pour simplement se réfugier comme un enfant dans le lit chez ses parents.

Malgré la fatigue, il eut énormément de mal à s’endormir, tournant encore et encore dans ce petit lit, alternant parfois avec des pleures silencieuses qu’il n’arrivait pas à contenir. C’était douloureux d’être si proche mais si loin de lui aussi. Ce n’est qu’après un long moment qu’il finit par réussir à s’endormir d’un sommeil agité.

Pourtant, le fait d’avoir retrouvé Gabriel lui fit quand même du bien puisque son sommeil fut quand même réparateur, pas de cauchemar, de terreur ou d’insomnie. Une fois endormis, ce fut profond et sans rêve. Il avait parfois des petits flash de sa vie passer auprès du blond mais ce n’était pas désagréable au contraire. Et lorsqu’il finit enfin par ouvrir les yeux, il était clairement reposer et de meilleur humeur que la veille, et aussi étonnamment doter d’une nouvelle résolution. Ces petits flash de Gabriel et lui, lui avaient fait comprendre qu’il ne devait pas abandonné de si tôt et il n’allait pas partir avant d’avoir eut l’accord du jeune homme pour qu’ils passent du temps ensembles.

Il se redressa sur ses coudes, émergeant enfin du sommeil et tourna la tête sur sa droite, tout ça pour sursauter pitoyablement en voyant que Gabriel était déjà là, en train de le regarder. Il l’avait même pas remarquer tellement il était silencieux et ne bouger pas.

« Putain tu m’as fait tellement peur. » Son coeur avait d’ailleurs recommencé à battre plus fort sous la peur mais malgré tout, en voyant qu’il était quand même là, il eut un petit sourire aux lèvres. Il était ravi de voir que malgré la situation il était quand même là pour venir le voir, il ne devait donc pas être totalement contre l’idée qu’ils passent du temps ensembles, ce qui était une super bonne nouvelle !

code by bat'phanie


broken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Thomas Brodie Sangster
CREDITS : killer from a gang
TICKETS : 138
MEMBRE : 10/12/2017


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   Sam 19 Mai - 16:01

Everything you can imagine is real
Fenrir & Týr

J'attends qu'il se réveille. Je ne peux m'empêcher de le détailler sous tous les angles. Il est pas mal ça c'est indéniable. J'avais du goût quand même avant. Ce n'est pas le plus moche que j'avais choisi. Et puis, il a l'air de tenir vraiment à moi, ce n'est pas rien non plus. Je ne sais même plus ce qu'il fait de sa vie, ni même s'il m'en a déjà parlé. Il y a eu trop d'informations hier, trop de choses qui font que ma tête a failli exploser hier soir.

Je reprends une gorgée de mon cappuccino, noyé dans la crème et le sucre, juste comme je l'aime. Et je me questionne encore. Comment je le prenais avant? Enfin comment Gabriel l'aimait? Est ce qu'on est pareil sur ce point ou est ce qu'encore une fois nos goûts vont diverger? Je reprends une gorgée de mon café, attendant qu'il se réveille. Ca ne sert à rien que je me prenne la tête sur des questions de ce genre. Je suis comme je suis maintenant. Ce n'est que du café après tout. C'est de loin le dernier de mes soucis de savoir comment je le buvais autrefois.

Il se réveille finalement et je le vois se redresser. Je reste là à le regarder, lui laissant le temps d'émerger tranquillement. Je devais même être un peu trop sage parce qu'il sursaute d'un coup en me voyant.

« Putain tu m’as fait tellement peur. »

Je souris légèrement en entendant sa remarque.

- J'ai cru voir ça. On dirait que tu as vu un fantôme.

Je perds mon sourire en réalisant ce que je viens de dire. Quelque part c'est un peu l'impression que j'ai, la sensation qu'il a du avoir la toute première fois qu'il m'a revu. Il me croyait mort et me voilà ressorti de nulle part souriant et en pleine forme. Un fantôme, qui ressemble à celui qu'il aime mais qui ne l'est plus vraiment. Moi qui voulais plaisanter, je me rends compte que je n'ai fait que plomber l'ambiance déjà bien trop tendue entre nous.

Je lui tends le café une fois qu'il s'est assis.

- Je t'ai fait un café noir mais j'ai pris du lait et du sucre si jamais tu en veux dedans. Je sais pas comment tu l'aimes mais... je me suis dit que ça te ferait peut être du bien au réveil.

Et je me sens juste tellement mal à l'aise dans cette situation. Je ne sais pas quoi lui dire, ni même par quoi commencer. Il y a tellement de choses dont on doit parler encore, des sujets difficiles pour la plupart mais qui sont nécessaires. Et puis il faut que je réponde à sa question de la veille. J'ai fui avant d'u répondre et il doit certainement avoir été blessé par ma réaction. Mais c'était trop dur sur le moment. J'avais envie de fuir toute cette histoire. J'en ai toujours envie mais je me suis un peu ressaisi. Je ne pourrais pas avancer maintenant que j'en sais un peu sur mon passé. Il faut que j'aille au bout du truc, que je passe du temps avec lui, que j'apprenne à le connaitre et à me connaitre. Ca ne mènera peut être à rien. Peut être qu'aucun souvenir ne me reviendra et qu'au final nous partirons chacun de notre côté reprendre le cours de nos vies. Mais je dois savoir maintenant. Il m'en a trop dit et pas assez en même temps pour que j'arrive à vivre sereinement.

- Je suis désolé pour hier soir... C'est pas facile là pour moi et je sais que ça ne l'est pas pour toi non plus. Il va me falloir du temps je pense pour... m'habituer à tout ça.

Pour digérer un peu et réussir à faire le tri entre moi et ce Gabriel qui m'est inconnu. Mais j'ai l'impression de marcher sur des oeufs. Chaque fois que je parle, chaque mot que je prononce, j'ai l'impression de lui faire du mal.

- Mais je veux tenter. Je veux bien que tu me parles de lui, de vous, de tout ça. Peut être que ça ne débouchera sur rien mais je crois que j'ai besoin de savoir.


made by black arrow



TRAGIC FATES
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Everything you can imagine is real | Týr & Fenrir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAVE YOU SEEN THE CLOWN ? ::  :: noah's ark circus :: Big Show-