Discord

N'hésitez pas à nous rejoindre sur discord ! ♥️
[ votre invitation gratuite ]
Statistiques des groupes :
Ticket
Show :
Magican
hat :
Umbrella
of Funambule :
Meat
of Animals :
Candy
Clown :
2 7
6 4 4

Merci de privilégier les groupes en infériorité numérique ! ♥️
Statistiques des genres :
17 mâles / 9 femelles
Merci de privilégier les personnages féminins ♥️

Partagez | 
 

 Des flocons dans le feu // Belphégor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Mika
PSEUDO : Lustucru
CREDITS : Edward Khan
TICKETS : 3989
MEMBRE : 29/07/2015


MessageSujet: Des flocons dans le feu // Belphégor   Sam 27 Jan - 15:17





Des flocons dans le feu // Belphégor
Penser à toi, c'est comme jeter des flocons dans un feu. Il est une forme de bonheur qui me fait peur à peu près pour toujours.

La joie c'est d'avoir les bottes pleine de boue, de tenir un râteaux, de remuer les boxes et d'en plus se faire bousculer par des chevaux joueurs qui ont suffisamment de force pour m'éclater contre la barrière. Heureusement j'ai l'habitude maintenant, ça fait quand même dix ans que je fais ça ou presque. Enfin en tout cas j'ai plus peur de marcher dans le crottin, ou de me recevoir un coup de tête taquin. Les coups de sabots je sais les éviter et une étable sale ne le reste jamais longtemps.

Néanmoins, malgré les années, je n'ai jamais réellement réussi à éviter la malchance et ses coups de pute. Ainsi je me suis plusieurs retrouvé avec des bleus pour le plus banal et des points de suture pour le pire. Quoiqu'une fois j'ai dormi trois jours apparemment, mais je m'en rappelle plus. Et c'était il y a longtemps. Depuis que je suis au cirque j'essaie de finir le moins possible aux urgences et plutôt d'aller voir le médecin. Ou le vétérinaire à l'extrême limite. Mais je n'ai pas encore eu à faire ça, alors ça va. De toute manière l'un ou l'autre, j'aimerais éviter de me faire mal trop souvent.

Enfin aujourd'hui ce n'est pas une planche en bois qui me tombe sur la tête ou une chèvre qui décide de s'attaquer sauvagement à moi, ou un seau apparu de nulle part qui me fait tomber sur le gravier râpant plutôt que sur la paille confortable. Je ne me suis pas encore retrouvé trempé dans une écuelle d'eau et je n'ai pas encore glissé sur un tas de fumier et je n'ai pas été propulsé contre une porte en métal par un âne, un poney ou n'importe quoi d'autre faisant facilement cinq fois mon poids. Aucun lama ne m'a craché dessus, et je ne me suis pas pris le petit coin du rebord de la caisse en bois. La même que normalement je me prends tous les jours parce que putain qui la met là !?

Non, jusque là tout va bien, et ça m'inquiète. Quand tout va trop bien, la chute est généralement bien plus violente. Je me rappelle de cette fois où William était arrivé pour me parlé et qu'un cheval a tenté de se déchaîne sur lui pour une raison qui m'échappe. C'est moi qui ait pris le coup. J'ai une petit cicatrice en plus sur l'épaule. Et j'ai encore un peu mal quand je lève le bras très haut. On ne parlera pas non plus de cette journée qui s'était si bien passé et où j'ai finis par me faire éclater une bouteille en verre sur la tête, lancée et malheureusement pas rattrapée par notre jongleur pourtant d'exception, Icare.

Alors on pourra peut être dire que je suis parano, mais je fais attention à tout, à moi, mais aussi aux animaux, aux objets, même la tente est inquiétante. Je me méfie de tout. Mais maintenant que l'après midi est arrivée, ce qui m'inquiète le plus, ce sont les visites. Je me suis rapidement fait au public Islandais, qui est en partie fait de touriste, et du caractère fort des natifs. Mais malgré tout, certains ne se gênent pas pour m'insulter gratuitement ou simplement mal me parler. J'imagine que tout le monde ne peut pas être sympa, patient et respectueux.

Et pourtant l'heure tourne, les visites s'enchaîne et personne ne vient m'agresser. Rien, pas d'esclandre, pas de remarques, rien. Tout va beaucoup trop bien. Et plus ça va, plus je m'inquiète. Il faut vraiment que j'arrête de me mettre en pls dès que tout va bien, c'est justement là qu'il faudrait que j'en profite. Mais j'en ai tellement pris pour mon grade que je fais plus du tout confiance en la vie. Et si je peux éviter d'être défigurer ou me retrouver handicapé ou pire encore, crever dans d'atroces souffrances. Dois-je rappelé que j'ai failli me faire dévorer par un requin dans un aquarium national. Enfin je pense que le requin n'en avait pas grand chose à faire de moi vu le bordel que c'était quand la vitre a lâché. Oublions ça, si je devais rester traumatiser pour tout ce qui m'est arrivé un jour.

Dernière visite, la famille est partie voir les animaux carnivores, je ne m'en occupe plus. J'ai fini. J'ai fini et rien n'est arrivé, tout va bien. Finalement cette journée est sommes toute normale. Je me permets de soupirer, et de m'allonger un instant sur la paille. Je ne sais pas pourquoi je sentais pas cette journée au final. Le soleil a déjà décliné, bientôt on allumera les poêle à bois pour réchauffer les tentes et moi je vais pouvoir décider de quoi faire de ma soirée. En tout cas je compte bien ne pas rester seul ! Cette journée a été trop éprouvante pour mes nerfs !

code by Chocolate cookie




~Tah Dah !!~  
It's getting harder and harder to bear, Once the crowd goes home and there's no one left to listen... Tah dah @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV © Blondie // SI © kss
TICKETS : 5090
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Des flocons dans le feu // Belphégor   Dim 11 Fév - 16:13

Une journée fraiche… Dans la neige presque immaculée aux premiers rayons du soleil bourreau. Néanmoins, il est moins agressif dans cette partie du monde. Moins présent, moins chaud, moins brûlant… Il est plus supportable pour le derme sensible et abîmé.

Une journée fraiche à marcher et à déambuler entre les tentes du cirque. Une journée fraiche pendant laquelle le sommeil n’est jamais venu. L’oiseau de nuit côtoie les oiseaux de jour. Parfois ça lui arrive… Voler discrètement entre les bestioles diurnes, qui ne font pas attention à lui, tantôt murmurant et piaillant sur sa présence insolite… Mais jamais la nouvelle n’arrive aux oreilles de l’intéressé.

La nuit de travail qu’il venait de passer, ne l’avait pas suffisamment fatigué. Pourtant douché et pourtant couché dans ce lit qui n’avait connu qu’un seul autre corps étranger, le sommeil n’avait jamais daigné à pointer le bout de son nez. Esprit trop travailleur. Ressassant le passé et le moulinant entre conscient et inconscient. Réflexions indignes naissantes, conclusions inattendues résultantes. La tatoué – malgré lui – n’avait jamais oublié cette journée. Journée pendant laquelle il devait dormir, mais journée pendant laquelle il avait partagé son lit avec lui. Cet autre être humain. Être humain qui – contre toute attentes – lui avait marqué le corps et l’esprit, d’une marque indélébile. Marque sentimentale que le monstre mis du temps à analyser. Temps consacré à cette analyse qui dura plusieurs mois… Plusieurs mois de réflexion qui lui ont permis de comprendre que ce sentiment fut simplement de l’amour. Sentiment jamais éprouvé auparavant et pour qui que ce soit. Amour différent de celui éprouvé pour ses amis proches. Amour différent éprouvé concernant Luka… Amour différent. Amour mêlé à de l’attirance. Amour inexpliqué et inexplicable… Jamais de relation définie comme étant ‘sérieuse’ n’avait trouvé de sens dans l’esprit du monstre. Jamais de relation n’avait trouvé de sens, tout simplement… Esprit peut-être trop au-dessus de ce qu’il qualifie comme étant la norme des êtres humains... Esprit  érudit tombé malade… Esprit élevé touché pour la première par un être humain lambda… Sans explication logique trouvée… mais esprit marqué et attaché.

Alors il s’était levé. Il s’était habillé chaudement et il partit marcher…

Nombreuses ont été les journées de réflexion autour de ce petit être humain avide des plaisirs charnels… Nombreux ont été les sommeils perturbés par ces images et ces souvenirs des moments partagés avec lui… Mais les conclusions sont là. Arrêtant d’essayer de chercher et de comprendre, le monstre décida de se confronter à nouveau à l’être humain dit ‘lambda’… et peut-être lui dire… si cela l’intéresse… peut-être que non, peut-être que oui. Qu’est-ce que cela pourrait bien changer ?

Journée fraiche passée à l’observer. Comme un oiseau muet posé sur une branche, curieux, discret et silencieux. Vêtu de son plumage sombre, avec son pull à la capuche couvrant son bonnet, à sa longue écharpe noire couvrant la moitié de son visage, à son pantalon large, couvrant le haut de ses grosses bottines lourdes et noires… Les mains dans les poches, dans l’ombre des tentes et des roulottes, l’oiseau de nuit évitait le soleil et le champ de vision de son petit oiseau de jour qu’il protégeait du regard… Un regard bienveillant sur lui et observateur sur les autres bestioles croisant son chemin et/ou lui adressant la parole…
Plus il l’observait et moins il comprenait. Mais pourtant, c’était bien lui. Apollo… Lorsqu’il le voyait, il ressentait comme de la chaleur à l’intérieur de son corps. Son cœur battait un temps plus vite. Et il aimait le regarder. Pourquoi ? Il n’avait toujours pas trouvé d’explication et aujourd’hui, il avait arrêté de chercher… Laissant pour la première fois son esprit libre, laissant son instinct parler à la place de toute raison.

Il s’allongea dans la paille et soupira un instant… D’un coin à l’abri du soleil, Bel’ le regarda. Il avait envie de le rejoindre… Il avait envie de venir près de lui, de le prendre dans ses bras et de l’embrasser. De lui faire l’amour comme la dernière fois. Mais c’était ni le moment, ni l’endroit…

Alors, d’un pas au début hésitant mais maintenant assuré, les mains dans les poches, il marcha vers le palefrenier. Soleil déclinant, par chance, il vint se mettre en travers des derniers rayons chauds, privant alors sa cible de ces derniers. Le mettant dans son ombre, Bel s’arrêta à un mètre de lui, lui donnant l’indice d’une présence humaine arrêtée et en attente… Il ne lui avait pas laissé beaucoup de temps pour se poser… Mais le plan qu’il prévoyait allait sans doute le faire pardonner… !

Il n’était déjà pas censé être là. Il n’était pas censé être éveillé. Il n’était pas censé, tout simplement…







Dernière édition par Nathaniel Petritsch le Mar 10 Juil - 0:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Mika
PSEUDO : Lustucru
CREDITS : Edward Khan
TICKETS : 3989
MEMBRE : 29/07/2015


MessageSujet: Re: Des flocons dans le feu // Belphégor   Sam 23 Juin - 12:31





Des flocons dans le feu // Belphégor
Penser à toi, c'est comme jeter des flocons dans un feu. Il est une forme de bonheur qui me fait peur à peu près pour toujours.

Le repos fut de courte durée certes, mais la surprise que j'eus en ouvrant les yeux pour reconaitre, là, planté devant moi, Belphégor, dans toute sa classe et surtout debout à cette heure ci, me fixant sans un mot ne pu que m'arracher un sourire. Je suppose que n'importe qui d'autre aurait sursauter, mais pour une raison qui m'échappe, je ne m'en trouve que plus rassuré encore. Peut être qu'il était la raison pour laquelle je me suis inquiété toute la journée, mais surtout celle pour laquelle il n'est rien arrivé au final. Est-ce que Belphégor est un porte bonheur ?

« Je pensais pas te voir ici un jour, c'est une agréable surprise ! »

Je me redresse, le soleil déclinant derrière lui le transformant un peu plus en une ombre de la nuit. Mais de toute manière, sa discrétion, et sa personne font de lui une ombre protectrice, tel un ange noir à qui l'on aurait coupé les ailes. Enfin un ange qui n'a pas hésité à défoncer ma prison sentimentale à coup de massue et de burrin. En gros Bel c'est vraiment le démon en désaccord avec Dieu mais qui regarde plus les hommes que leur créateur. Moi ça m'arrange et ça m'effraie. Heureusement que c'est lui, que ça fait trois ans qu'on se connait.

Je souris, il m'avait tout de même manqué cet homme. Nous n'avons pas l'occasion de nous croiser souvent, et chaque moment avec lui privilégier doit être apprécié comme un bon repas. Même si il ressemble plus à un tableau qu'à un dîner. Quoiqu'il est très savourable.

Assis sur ma botte de foin je le regarde comme si son apparition avait quelque chose de l'ordre du divin. Pourtant j'ai bien un homme en face de moi, ni un monstre, ni un Dieu. Mais les animaux nocturnes sont difficile à apercevoir de jour alors le fait qu'il soit là devant moi me questionne. Il a forcément quelque chose à me dire pour avoir écourté sa nuit, et je redoute d'apprendre de quoi il s'agit pour une raison que j'ignore. Je me lève de mon lit de fortune et le rejoins en quelque pas.

Comment éviter une conversation ? Embrasser l'interlocuteur avant qu'il n'émette le moindre son. Me voilà donc en train d'accueillir mon amant de la meilleure manière qui soit et de toute façon la seule que je connaisse. Une main doucement posée sur sa joue, l'autre sur sa hanche. Néanmoins un baiser ne dure pas suffisemment longtemps pour changer les idées d'une personne. Comment faire alors pour retarder au plus l'échéance de la conversation qui se profile ?

« Viens par là. »

Attraper sa main, et le conduire jusqu'à la botte de foin pour l'y asseoir et s'asseoir avec lui. Puis l'embrasser à nouveau rapidement, et lui faire les yeux de biche. Ceux qui veulent dire « s'il te plait soit gentil avec moi ». Pas que je doute de la bienveillance de mon ami mais plus de ses intentions présentement. Et de la situation. Et du fait que je pressent depuis ce matin que quelque chose va partir en couille sans savoir quoi. Moi qui pensais y avoir échappé...

L'inconfort me rend nerveux. Pas que je sois dans l'inconfort mais j'ai l'impression qu'il l'est plus ou moins. Il ne va pas me laisser le coucher sur la paille, ni aller plus loin dans mes avances, je le sens. Alors plus que de me prendre un vent, j'annule tout.

« Dis moi tout.. » je soupire. J'ai peur et en même temps j'ai plus le choix. Et puis je ressens un besoin chez Bel urgent et grave. Je le connais un peu depuis le temps.

code by Chocolate cookie




~Tah Dah !!~  
It's getting harder and harder to bear, Once the crowd goes home and there's no one left to listen... Tah dah @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV © Blondie // SI © kss
TICKETS : 5090
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Des flocons dans le feu // Belphégor   Mar 10 Juil - 0:29

Ce n’était pas la première fois qu’il s’adonnait à ce genre de pratique… l’observateur issu de la nuit, pour observer les oiseaux de jour chanter. Surtout un en particulier… la dernière fois, il s’était fait prendre par le vétérinaire du cirque, son meilleur ami d’enfance. Ce dernier lui avait suggérer de franchir le pas. D’oser mettre des mots sur ce qu’il ressent et d’oser les faire partager à la personne concernée… Pourquoi ? Dans quel but ? Prétendrait-il seulement à oser penser que ce fût réciproque ?! D’après Luka, oui, surement, peut-être… Cette nuit-là, quelque chose avait changé. Cette nuit-là, quelque chose s’était brisée…

Un pas en avant. Le monstre sort de l’ombre. Attirant certains regards, repoussant d’autres, il avance. Cure de ces existences qui ne perturberont jamais et en rien, la sienne… Contemplant sa cible à un mètre de distance, celle-ci ne s’en vit pas surprise de sa présence. Non. Apollo ne sursaute pas. Apollo apprécie la présence du monstre. Il sourit, même ! Il s’exprime : « Je pensais pas te voir ici un jour, c'est une agréable surprise ! » Bel entend. Habitudes malmenées par une prise de risque, résultant d’un cas de conscience. Brisant les idées reçues, Bel’ affronte le jour, pour mieux s’émanciper de la nuit. Atteindre ce monde, dans lequel est enfermé, celui qui occupe ses pensées… Bel’ ne réagit pas. Pas encore. Mais  à l’intérieur, c’est une machine d’analyse qui tourne, turbine, capte la moindre mimique, le moindre geste, le moindre ton emprunté. Il les calcule, les analyse, les interprète, les traduis…

Il se lève enfin, le perturbateur. Fait quelques pas vers le monstre. Il n’hésite pas. Pas un instant. Il pose sa main sur la joue blanche encrée. L’autre sur sa hanche. Bel’ ne recule pas. Il sait. Il connait ces gestes. Il l’embrasse… Il lui rend évidemment son baiser. Le palefrenier l’invite alors : « Viens par là. » Il ne lui laisse pas le choix. Attrape sa main. L’emmène sur sa botte de foin pour s’y assoir. Un nouveau baiser. Traduisant d’un stress… peut-être d’un malaise. Même s’il fait mine de rien, même s’il essaye de retarder le moment où Bel’ ouvrira la bouche pour parler – parce qu’il sait que ses mots sont extrêmement bien choisis et élaboré – ça ne marche pas. Pas avec lui. Il le sait. Il parlera. Bientôt. La nervosité de son ami est perceptible. Dans sa façon d’être. Dans sa façon de parler aussi… La pression monte. Il la désamorce en posant les armes : « Dis moi tout.. » Bel’ ne l’avait pas quitté des yeux. Ces yeux au regard neutre et aux pensées inquisitrices. Celles qui se nourrissent de ce qu’elles voient.

Assis à ses côtés, l’astre de feu déclinant petit à petit, laissant place tout doucement au royaume et au monde duquel l’oiseau nocturne est originaire, il respire. Une fois, deux fois. D’après les modèles sociaux qu’il a gardé en mémoire, il se souvient de l’importance du contacte. Bel’ sort ses mains de ses poches. Elles sont chaudes. Ses yeux verts sont bienveillants. Légèrement moins froid que d’habitude. L’importance d’un sourire en coin, surgit. Ses lèvres se plissent alors légèrement. Ses paumes viennent se poser sur les joues du visage moite de son ami. Face à face. Le regard plongé dans le sien, l’importance des mots à venir n’est plus à prouver. Sur un ton délicat, ressemblant à un murmure fantasque, le monstre lui demanda :

« Que s’est-il passé la dernière fois ? »

Lui demanda-t-il. Il avait besoin de savoir. Il savait qu’il s’était passé quelque chose d’inhabituel. Il avait besoin de savoir ce que c’était. Surtout de son point de vue. Si cela avait un degré de gravité certain, alors, peut-être que ses sentiments seraient fondés. Peut-être qu’il lui exprimerait ce qu’il pense ressentir pour lui. Peut-être… tout dépendait de sa réponse. Autant corporelle que verbale.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Mika
PSEUDO : Lustucru
CREDITS : Edward Khan
TICKETS : 3989
MEMBRE : 29/07/2015


MessageSujet: Re: Des flocons dans le feu // Belphégor   Jeu 12 Juil - 23:45





Des flocons dans le feu // Belphégor
Penser à toi, c'est comme jeter des flocons dans un feu. Il est une forme de bonheur qui me fait peur à peu près pour toujours.

Il est beau, il est magnifique même, aussi magestueux qu'un dragon, aussi charmant qu'un prince. Et pourtant considéré comme un monstre par la plupart des gens. Ca me dégoûte. Que les hommes puissent le considérer comme ça, alors qu'il vaut tellement mieux. Quand on le regarde on voit, certes ses tatouages, son apparence froide et détachée, mais aussi tellement plus, ses yeux vert, ses mains toujours chaudes, et ce sourire, qui détruit des murs. Mes murs ont été brisés il y a peu par ce sourire, et quelques mots que j'avais oublié, enfermés.

Je ne ronronne pas, mais presque lorsque ses mains se posent sur mes joues. Ca m'avait manqué, plus, bien plus que je n'oserai jamais l'avouer. Et cette chaleur qui s'en dégage, qui donne envie de les embrasser, de les garder pour ça, rien que pour soi, et pour toujours. Jamais que j'aurais pu pensé ça, jamais je ne me serais laissé penser une telle chose si ça n'avait pas été lui. Parce que nous sommes pareil, parce que ce que je vaut il le vaut aussi, ni plus ni moins, et nous nous donnons autant l'un qu'à l'autre. Parce que sans lui, je ne suis plus, et que sans moi... Non ça je ne peux pas encore le penser. Malgré tout, malgré ses regards, ses sourires, ses mots et ses mains divinements chaudes posées délicatement sur mes joues.

Et enfin l'interrogation, qui fait l'effet d'un ouragan, d'une tampête de neige, ou pire, de la mort qui éteint tout. Qui refroidit même ses mains si chaude, qui terni ce regard si brillant, qui fait fondre ses couleurs pourtant sublimées par le couché du soleil. Que s'est-il passé la dernière fois. Moi même je ne le sais pas. J'ai tenté de l'oublier, de le mettre de côté, ou sur le compte de l'alcool, de me dire que c'était la fatigue ou que j'avais de la fièvre, avant de me rendre à l'évidence. J'avais réellement entendu ces mots, et j'avais réellement laissé mes défense s'effondrer. J'avais pleuré devant Belphégor, et j'avais rendu les armes.

Je le regarde, les larmes me revienne, je les ravale comme je peux, je cligne des yeux pour les chasser, et j'attrape ses mains par les poignets pour les déloger de mon visage. J'ai honte, je ne veux pas qu'il me touche. Je ne veux pas lui faire subir ça. Je n'ose même plus le regarder, mon regard fui vers les chevaux, qui ne me donnent aucun réconfort. Je suis seul. Seul avec mon cœur, qui attend une réponse. Tout comme Belphégor d'ailleurs. Inconsciemment, d'un geste que je qualifierais de purement angoissé, j'entrelace nos doigts. Mon regard cependant n'arrive plus à se raccrocher au sien. Mes lèvres tremble sous l'émotion et la nervosité. Je dois dire quelque chose, mais j'ai peur de m'effondrer.

Je déglutis alors que mes larmes sse font trop lourde pour que je puisse les contenir. Un dernier clignement d'yeux et en voilà deux qui s'échappe et dévalent me joues. Je dois être méprisable ainsi. Alors je joue la carte du sourire. Je m'efforce d'en afficher un pas trop dégueulasse, et surtout de regarder Bel. Il est flou de toute façon à cause de mes yeux mouillés.

« Je... Je sais pas. Bel, je n'arrive plus à penser depuis... »

Je cède, je suis si faible, mes nerfs font n'importe quoi et mon cœur aussi. J'ai honte. Ma poitrine me brûle. Ma tête bourdonne, ma gorge me pique, et surtout mon ventre est tordu comme un serpent noué.

« J'ai mal... Ne me laisse pas, je t'en supplie. »

Ou plutôt brise moi une fois pour toute avant de souffrir toi aussi. Parce qu'à cause de moi c'est ce qu'il risque d'arriver. Tu vas souffrir, et finir par me détester. Comme Lui. Comme n'importe qui. Je ne suis pas bon à aimer, et tellement plus facile à détester.

code by Chocolate cookie




~Tah Dah !!~  
It's getting harder and harder to bear, Once the crowd goes home and there's no one left to listen... Tah dah @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV © Blondie // SI © kss
TICKETS : 5090
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Des flocons dans le feu // Belphégor   Lun 16 Juil - 22:39

Le regard capturé, le sien se fait humide. Les larmes naissent dans ses yeux. À l’intérieur, c’est la guerre. Une violence naissante afin de ne pas les laisser jaillir. Mais pourquoi ? D’où vient la raison pour laquelle l’être humain ne veut pas laisser son corps parler pour l’âme ? D’où vient cette fierté à préserver envers et contre tout ? Pour ne pas laisser ses glandes lacrymales s’exprimer ? Son corps s’exprimer ? Que ce soit en paroles ou en geste, libérez-vous, vous humains, qui vous a été offert l’avantage de parler plusieurs langages à la fois ! Laissez-vous lire pour mieux être compris.

Il attrape ses poignets, pour écarter ses mains tatouées et chaude de ses joues. Son regard fuis vers les chevaux, pour y trouver un refuge absent. Les doigts s’entrelacent. Bel’ est le monstre attentif qui lit tout ce qui est en train de se passer à l’intérieur, comme à l’extérieur de l’être qui occupe ses pensées depuis ce soir-là…
Il déglutit. La réponse se forme au fond de sa gorge. Les larmes coulent sur ses joues. Un faux sourire se dessine sur ses lèvres. Il essaye. Il essaye de montrer sa force. Mais il ment. Il n’a pas envie de sourire, mais il le fait quand même. Il pose ses yeux sur Bel’, les lèvres tremblantes qui s’apprêtent à répondre : « Je... Je sais pas. Bel, je n'arrive plus à penser depuis... » Dit-il, hésitant. Il ne sait pas répondre à sa question. Ne sait-il réellement pas ce qu’il s’est passé la nuit où Bel’ lui a dit ces mots ? Ces mots qu’il pensait justes ? Ces mots qui sont sortis tous seuls ? Ces mots qui ont prouvé au monstre qu’il n’était pas totalement inhumain ? Les a-t-il entendus ? Les a-t-il ignorés ? N’ont-ils eus aucun effet sur lui ? Non. Ce n’était pas possible. Cette nuit-là, a été différente. Différente de toutes les autres. Quelque chose s’est passé et il le sait. Sauf qu’il ne veut pas l’avouer. Mais ça le ronge… Peut-être n’est-il pas prêt … ? « J'ai mal... Ne me laisse pas, je t'en supplie. » finit-il par dire… Bel’ compris que ce qu’il c’était passé cette nuit-là, il avait du mal à le vivre. Jamais il n’aurait imaginé vivre ça un jour… Le monstre serra ses doigts autour de sa prise et lui répondit :

« Jamais il n’a été question de te laisser… J’veux juste comprendre ce qu’il s’est passé en toi ce jour-là. Ce que ça représente pour toi parce que… »

Le monstre se tait. Il ne s’agit pas de lui alors, il ne doit pas le dire. Il doit se taire, ne pas influencer son palefrenier. Si pour lui ça représente plus que ce qu’il ne s’imagine alors, Bel’ suivra les conseils de son Luka, et se lancera peut-être dans la prétention d’avoir une histoire sérieuse avec un gars dont il ne soupçonnait pas que l’existence allait changer sa vie.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Des flocons dans le feu // Belphégor   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des flocons dans le feu // Belphégor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAVE YOU SEEN THE CLOWN ? ::  :: noah's ark circus :: Tents of fur-