Discord

N'hésitez pas à nous rejoindre sur discord ! ♥️
[ votre invitation gratuite ]
Statistiques des groupes :
Ticket
Show :
Magican
hat :
Umbrella
of Funambule :
Meat
of Animals :
Candy
Clown :
2 7
6 4 4

Merci de privilégier les groupes en infériorité numérique ! ♥️
Statistiques des genres :
17 mâles / 9 femelles
Merci de privilégier les personnages féminins ♥️

Partagez | 
 

 Two Friends indeed! Edward & Daniel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Ben Whishaw
CREDITS : Le Grand Khan
TICKETS : 218
MEMBRE : 10/09/2017


MessageSujet: Two Friends indeed! Edward & Daniel   Mar 10 Oct - 17:54

Two Friends Indeed!

Edward & Daniel

Avant de quitter la tente des répétitions j’enfile en courant mon manteau et me saisis de mon pc qui traînait sur un banc en dérangeant deux trois personnes au passage. Peu importe, je suis en retard et bien trop excité pour prendre garde aux autres. Il y a quelques jours une idée géniale pour un nouveau spectacle a explosé dans ma tête et je n’ai qu’une envie depuis : en faire part à celui qu’elle concerne. C’est vers lui que je me précipite en ce moment mais pas avant de m’être emmitouflé, il est presque 21 heures et le froid est insupportable dehors ! Je pensais qu’avec le déménagement je resterais la majeure partie de mon temps dans ma caravane pour écrire mais en ce moment j’ai l’impression de n’y passer qu’en coup de vent ! Au moins ce soir je vais pouvoir profiter de mon chez moi ! Pas seul certes, mais Edward est un ami alors il compte comme du repos !
En sortant de la tente, mon écharpe se coince entre les rideaux de l'entrée et je passe 10 bonnes secondes à m’en défaire puis je peux enfin partir. Je m’élance à bon pas à travers les caravanes : je dois passer par l’espace des Freaks pour accéder à la zone d’habitation. Le lieu me fait penser à Phoenix que j’ai été voir plus tôt dans la semaine… mais mon esprit dérive rapidement vers quelqu’un d’autre. Quelqu’un qu’il vaudrait mieux que je ne revois jamais. J’ai conscience que ce n’étais pas exactement mon état d'esprit quand je suis sorti de chez lui mais au bout de quelques jours et à force d’y penser, la perspective de reperdre à ce point le contrôle de ma propre personne m’est devenue insupportable. Certes il y a aussi la question de l’inspiration mais maintenant que je l’ai récupéré je suppose que je n’aurais pas besoin de repartir à sa recherche de sitôt. Je soupire. Si j’ai pris cette décision c’est que, paradoxalement, il m’est devenu pesant de ressentir physiquement le besoin de me précipiter vers une certaine tente dès que je passe chez les Freaks. Je n’ai jamais consommé de drogue (mauvais pour la santé) mais je sais maintenant que je n’ai rien raté : je ne crois pas être prêt à renoncer à ma raison pour quelqu’un que je ne connais presque pas, même si ledit quelqu'un à le pouvoir de me plonger dans un état d’extasie incontrôlable. Même en évitant le quartier ou se situe sa tente, mon esprit est déboussolé alors que je passe chez les Freaks et je suis obligé de m’arrêter et de me pincer pour retrouver mon chemin. Edward, j’ai rendez-vous avec Edward chez moi et je ne dois pas le faire attendre. D'autant plus que j’ai déjà 10 minutes de retard. Heureusement la pression sur mon esprit ne dure pas et je suis délivré au moment où j’arrive aux caravanes d’habitation. Je n’y retournerais pas. L’Extase absolue n’en vaut pas la peine.
Mon esprit reprend un peu d’entrain en se reconcentrant sur l’idée que j’ai eu pour Edward. Je lui ai déjà spoilé le thème par sms mais j’ai accentué le trait pour lui faire peur ! Mon idée est moins érotique qu’elle en a l’air ! Par contre j’aimerais en effet bien le voir en tenue sexy, mais peut-être pas sur scène… Edward est beaucoup plus musclé que moi (être magicien requiert une certaine forme physique) et j’avoue sans honte avoir déjà fantasmé sur les parties de son physique que je n’ai jamais pu observer… mais c’est un ami alors on se contente de flirter et il ne se passera jamais rien ! Ça me va, parfois les désirs inassouvis sont les meilleurs : si nous finissions au lit ce serait probablement nul… ou peut-être pas !
Toute mon excitation retrouvée je repense à notre première rencontre : Edward est un vieil ami, je le connaissais déjà à Londres ! A l’époque j’étais juste un assistant général (en gros homme à tout faire) dans un théâtre et lui enchaînait les petits boulots. Je l’ai surpris à s’entrainer pour un tour de magie et il m’a plu. Il n’avait pas encore besoin de metteur en scène à Londres mais je lui avait fait jurer de me choisir si un jour il devait en recruter un. Et puis je suis parti au cirque... mais quelques années après il est arrivé aussi et je bosse maintenant officiellement avec lui ! On s’entend bien, je crois que nous sommes un peu de la même trempe tous les deux même s’il est plus calme que moi. Et après tout ce temps je n’ai jamais perdu l’inspiration en ce qui le concerne.
En arrivant devant ma caravane il est déjà là, assis sur mes marches et je le salue joyeusement :
-Salut ! Désolé pour le retard, j’avais un truc à régler avec les costumiers ! Ils persistaient à utiliser un orange absolument horrible pour le justaucorps d’une de mes artistes, mais c’est réglé maintenant !
Puis j’ouvre ma porte et Edward me suit (pas besoin de l’en prier, on a l’habitude de ce genre de rendez-vous depuis le temps !). Je balance mon manteau sur mon lit et vient prendre mon chat dans mes bras pour lui dire bonjour. Evidemment il en profite pour me réclamer de la nourriture alors je le sers et mets le bol dehors parce que la nourriture pour chat ça pue et que j’aimerais bien qu’il commence à sortir un peu ! Certes il fait froid mais s’il reste à jamais sur mon lit il va finir par exploser tellement il sera gros ! Je ferme la porte derrière lui : au pire s’il veut revenir il a sa chatière ! Je me tourne enfin vers Edward et lui lâche avec un sourire machiavélique :
-Prêt pour ma grande idée ? Mais avant, deux choses : D’abord tu veux du thé ou un chocolat chaud et ensuite comment s’est passée ta semaine ?


DEV NERD GIRL



+ Mon coeur s'ouvre à ta voix
by northern lights .




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Matt Bomer
PSEUDO : Thalia Bubble
CREDITS : Me, myself and I
TICKETS : 234
MEMBRE : 31/07/2015


MessageSujet: Re: Two Friends indeed! Edward & Daniel   Jeu 12 Oct - 12:57



Two friends indeed !
Daniel Hammerstein  & Edward Khan


Dan le génie
Je suis à la fois enthousiasmé et terrifié. Comme d'hab. RDV dans ta caravane ce soir alors.  Wink
Spoiler:les mots clés sont "Moulin Rouge", "Crescendo" et "Toi en tenue sexy" A ce soir mon cher! éclat de rire  huhu

Légèrement inquiétant mais tout à fait digne de Daniel, c’est ce qui me vient à l’esprit quand je lis son sms après mon spectacle de l’après-midi. D’un point de vue extérieur, ça peut sembler extrêmement bizarre comme façon de s’adresser à un collègue et je pense que certains s’inquièteraient d’un potentiel harcèlement sexuel mais je prends ça sur le ton de la rigolade en ce qui concerne le metteur en scène.
-tu lui passes tout parce que tu en as besoin, ne fais pas semblant.
- Parce qu’il sait comment me mettre en valeur, oui. Depuis que je travaille avec lui, mes spectacles attirent plus de monde. Je sais que j’ai fait de gros progrès mais sans une bonne mise en scène, ça se voit moins.
Je n’aurais pas cru le retrouver au Noah’s Ark après qu’il soit parti sans crier gare plusieurs années auparavant. A l’époque, il avait déjà beaucoup de talent et l’idée de travailler avec moi-même si c’était plus de l’ordre de la proposition sympa que vraiment sérieuse. D’être retombé sur lui me semble une opportunité à saisir et depuis le temps, il ne m’a jamais donné de raisons de douter.

Fidèle au poste, je range mes affaires après la représentation, ôte mon costume de scène pour enfiler quelque chose de plus chaud, passe une main dans mes cheveux pour en ôter le gel, je passe beaucoup de temps à les coiffer et à les arranger avant de me produire même si je n’aime pas la sensation. Il faut ce qu’il faut dans la vie, tout le monde ne peut pas se permettre de travailler avec des cheveux totalement fous et prêts à combattre pour l’indépendance capillaire. C’est ce qui me différencie d’un Apollo Méliès.

Tout en pliant soigneusement mes accessoires, je ne peux m’empêcher de me poser des questions sur ce que prépare Daniel. Il a tendance à être très inspiré mais parfois, un peu trop justement. Il a ce regard un peu fou qui signifie que ça va être grandiose mais aussi que la personne entre ses mains va souffrir. Je suppose que c’est ça de travailler avec un génie.
-génie, n’exagérons rien. Il est extrêmement pratique mais ce n’est pas non plus une grande pointure.
- Je te trouve injuste, il a pas mal de talent et de bonnes idées. Il ira loin.
- oui, espérons que toi aussi parce qu’en attendant, tu es toujours cantonné aux spectacles à l’heure du goûter et aux numéros qui foirent.
Je lève les yeux au ciel, ça arrive souvent et je crois qu’à force, les gens qui me voient faire savent que j’ai parfois des discours intérieurs très animés, ils n’y prennent plus garde, du moins je l’espère. Dans ma poche, la petite boite en plastique contenant mes pilules (quelle horreur, on dirait un petit vieux quand je dis ça) cliquète pour tenter de me rappeler à l’ordre mais je n’en ai cure. Ça fait un moment maintenant que je me passe de mes médocs et jusqu’ici, je vais très bien et il n’y a aucune raison que je rechute.
-résultat, je m’ennuie à mourir.
- Et bien, que ça continue comme ça ! C’est génial que tu en sois à t’ennuyer, merveilleux.
- patience…
- Pff…

Après avoir vérifié qu’il ne me manque rien, je sors de la tente pour me diriger vers la zone des caravanes. Une idée me vient tout à coup et je fais un petit détour avant de revenir vers ma destination première, tenant dans mes bras un précieux chargement. Evidemment, j’arrive en avance, c’est assez habituel et je m’installe tranquillement sur les marches de la caravane, mon sac tout chaud sur les genoux. Plutôt que de payer Dan normalement, il m’arrive d’apporter le repas, surtout quand je sens que ça va finir très tard. Je parle bien du repas et pas des boissons, je sais qu’il a son stock personnel et même s’il est assez inspiré une fois saoul, je préfère éviter qu’on en arrive là. Du moins, moi, je tiens à rester sobre. Vraiment sobre.
Enfin, je vois la silhouette du metteur en scène arriver dans ma direction, le froid et la course qu’il a du faire colorent ses joues d’un rose très soutenu qui, ajouté à ses cheveux bruns qui flottent comme un nuage d’orage et à sa stature frêle, lui donne l’air d’un pantin ou d’une poupée.

-Salut ! Désolé pour le retard, j’avais un truc à régler avec les costumiers ! Ils persistaient à utiliser un orange absolument horrible pour le justaucorps d’une de mes artistes, mais c’est réglé maintenant !

Si c’est une affaire de justaucorps, alors il est totalement pardonné ! Je souris en me levant pour le laisser passer, le suit dans la caravane et croise le regard hautain de Mr. Banks (mais est-ce que je le dis correctement ?) qui se laisse prendre dans les bras par son maître avant de lui réclamer sa nourriture. Un chat si gros, c’est effrayant et en plus, il est assez laid. Mais qu’importe, je dépose mon manteau sur une chaise, tend le sac à Daniel avec un grand sourire fier.

Voilà votre pâté, monsieur Hammerstein.  

Sans attendre, je prends la place du chat sur le lit, regarde le metteur en scène avec curiosité, ça y est, je vais enfin savoir ce qu’il a en tête. Même si évidemment, il veut préserver le suspens encore un petit moment. Je me plie de bonne grâce à sa fantaisie et lui parle rapidement de ma semaine, même si elle n’a pas été très palpitante.

Je veux bien un chocolat chaud s’il te plaît, me produire devant tant d’enfants doit laisser des séquelles. Pour ma semaine, rien à signaler, beaucoup d’entraînement qui a abouti à un début de catastrophe mais c’est réglé, j’ai juste eu une bosse pendant un petit moment. Ça aide à maintenir le chapeau en place. Et toi alors ? Comment s’est passé ta semaine pour que tu sois si excité et inspiré ?


©TENNESSEE.



Vit, aime, meurt (again)
If it's the end of the world let's party
Like it's the end of the world let's party
Wrap your arms around everybody
If we're all gonna die let's party
Let's party
Let's party
MIKA   ©️ by Sun  


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Ben Whishaw
CREDITS : Le Grand Khan
TICKETS : 218
MEMBRE : 10/09/2017


MessageSujet: Re: Two Friends indeed! Edward & Daniel   Ven 13 Oct - 21:31

Two Friends Indeed!

Edward & Daniel

Je salive en sentant les effluves s’échapper du sac en papier qu’Edward a apporté avec lui. Je meurs de faim ! Alors que je me retourne après avoir sorti mon chat il me tend notre repas avec un sourire et un commentaire sarcastique. J’adore Edward, il me ramène toujours à manger ! Je crois qu’il se sent redevable parce que je le mets en scène sauf qu’il ne me doit rien :  j’adore travailler avec lui et le cirque me paye donc il n’est pas question de dettes envers moi ! Cela dit si ça lui fait plaisir d’apporter à manger, je ne vais certainement pas le retenir ! Je me tourne vers la table pour débarrasser mes affaires en les jetant sur le lit derrière Edward et je commence à déballer le repas en l’écoutant me raconter sa journée. Je lui adresse un sourire compatissant quand j’entends qu’il a foiré un truc. Le connaissant et même s’il minimise l’incident, il doit s’en vouloir de s’être blessé. Il est l’un de mes artistes le plus perfectionniste, le genre à fabriquer lui-même son matériel et à refaire encore et toujours un tour pour qu’il n’y ait plus le moindre défaut. Ce genre de comportement est rare à l’extérieur du la tente du Big Show mais c’est précisément pour cette raison qu’il va finir par y entrer ! Il ne lui faudra pas plus d’un an, il s’est déjà nettement amélioré depuis que je le connais et il est du genre à ne jamais cesser de créer et de s’entrainer même après avoir atteint ses objectifs ! Et puis je suis son metteur en scène !
Je farfouille dans mes placards pour trouver les couverts et tend une assiette à Edward avant de disposer sur la table les cartons de nourriture. Ce soir c’est Italien ! Il y a des parts de cannellonis, des lasagnes, des assortiments de fromage et de charcuterie et des pots de panacotta au dessert ! Tout ça vient de Chez Mario (ouais, c’est ultra cliché comme nom de resto italien mais en même temps Mario n’allait pas changer de prénom), un des traiteurs les plus populaires du Cirque ! Ici c’est vraiment le paradis en ce qui concerne la nourriture à emporter, il y a plein de cuisines différentes !
Je prépare les chocolats chauds rapidement puis m’assied en face de lui sur la seule chaise de ma caravane et lui tend les plats pour qu’il se serve. Avant de commencer à manger je lui réponds
- J’ai eu une semaine tranquille… répétitions de routine, réglages avec des tas de gens… j’ai rencontré un Freaks étrange aussi… très beau certes, mais étrange… Bref, à part ça c’était comme d’hab !
Puis je fais apparaitre un sourire enjôleur sur mon visage et je poursuis :
-Pour ce qui est de l’idée… elle n’est pas tout à fait étrangère au fait que tu te sois légèrement planté cette semaine même si c’est une coïncidence étant donné que je ne le savais pas !
Je m’interromps pour commencer à manger. Je ne peux décemment pas rester avec de la nourriture dans mon assiette sans en prendre un morceau ! Je poursuis après avoir avalé :
-Je m’explique : on se connait depuis longtemps et je repensais cette semaine à notre première rencontre. Je me souviens être resté un petit moment à te regarder t’entrainer, caché, jusqu’à ce que tu réussisses ce que tu voulais faire ! C’est ça que j’ai trouvé génial chez toi ! Il y a quelque chose de fascinant dans la manière dont tu travailles et même quand tu te loupes on ne peut pas s ‘empêcher de te regarder ! Tu es tellement sérieux et passionné ! Bref, je repensais à tout ça et la BOUM !
J’écarte les bras pour mimer l’arrivée de ma grande idée et ma fourchette, fort heureusement vide, atterrie à mes pieds. Sans y faire attention je continue ;
-BOUM, une histoire m’est venue ! J’ai imaginé un homme comme toi, faisant des spectacles un peu maladroits mais avec le même regard que le tien ! Au départ il est obligé de jouer de son physique pour que les gens le regardent mais petit à petit ses tours sont de plus en plus grandioses et abouties jusqu’au grand final ou on l’impression qu’il va se louper et là il réussit un tour spectaculaire ! On peut même te faire mourir d’épuisement sur scène à la fin !
Je m’arrête un instant, les yeux brillants, pour que l’idée s’imprègne bien dans l’esprit du magicien et je finis :
-Ce que je veux dire Edward c’est que tu n’es pas parfait dans la réussite, tu l’es dans le crescendo ! Tes tours ne sont jamais aussi spectaculaires que quand on t’a vu t’entrainer ! Tu n’es pas comme ces prestidigitateurs qui veulent faire croire que leurs tours sont faciles, il n’y a plus de poésies depuis longtemps chez eux, quand tu brilles c’est parce qu’il y a une histoire derrière ! Bien sûr, sur scène tu ne peux pas rater tes tours… Mais il faut te mettre les spectateurs dans la poche, qu’ils se disent pendant les 30 premières secondes que tu ne sais pas ce que tu fais et la PAF, tu leur montre qu’ils avaient torts et que tu maîtrises la situation tout en les laissant sur le fil tout au long du numéro : leur souffle doit être coupé à chaque instant ! C’est en augmentant la difficulté des tours et leur dangerosité tout en faisant croire que tu ne maîtrises pas tout par moment que tu vas les épater ! Tu progresses très rapidement en ce moment et je suis sûr que tu es prêt à faire un spectacle comme celui-là ! Tu en as le Talent et la volonté !
Je m’arrête et rajoute avec un sourire en coin :
-Bon, j’ai peut-être exagéré le coup de la tenue sexy pour te faire peur par sms par contre… mais c’est parce que je pensais placer l’action au Moulin Rouge, j’ai entendu dire qu’il y avait des danseuses magiciennes à une époque ! Si ça ne te plait pas on peut choisir un autre endroit ne t’inquiète pas ! C’est juste que le Moulin Rouge fait rêver et installe une ambiance dès le début, et puis les gens penseront au film !
Mon assiette sur les genoux et ma faim momentanément apaisée par l’excitation je demande :
-Alors, l'idée te plait ?




DEV NERD GIRL



+ Mon coeur s'ouvre à ta voix
by northern lights .




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Matt Bomer
PSEUDO : Thalia Bubble
CREDITS : Me, myself and I
TICKETS : 234
MEMBRE : 31/07/2015


MessageSujet: Re: Two Friends indeed! Edward & Daniel   Sam 14 Oct - 18:06



Two friends indeed !
Daniel Hammerstein  & Edward Khan




Difficile de ne pas remarquer que Daniel salive devant les plats que j’ai apportés, dix points pour Gryffondor ! Je le laisse tout disposer tranquillement, m’installe au milieu de son bazar avec aisance, la force de l’habitude sans aucun doute, et le regarde s’affairer et me parler de sa semaine. Etrange comme ses yeux brillent fugacement en parlant du Freak, Daniel Hammerstein a trouvé un nouveau compagnon de jeu ? J’espère qu’il n’est pas exclusif. Tout piquant un peu de lasagnes, je hausse un sourcil parce que le metteur en scène continue de s’exprimer en énigmes. Comment ça mon échec a un lien avec son idée ? Il a l’intention de me faire mourir sur scène ?
-ca me ferait des vacances !
- Si je meurs, on meurt tous les deux
-tous les trois
-Bref, on y passe tous donc pas besoin de te réjouir.
-ça m’épargnera de longues années à t’écouter geindre. Et puis, si ça se trouve, l’Autre reviendra d’entre les morts et pourra enfin faire quelque chose de fun et tu ne seras plus là pour voir ça.
- Devant cette perspective aussi flippante qu’impossible, je préfère garder le silence
-ça tombe bien, tout se passe dans ta tête.

-Je m’explique : on se connait depuis longtemps et je repensais cette semaine à notre première rencontre. Je me souviens être resté un petit moment à te regarder t’entrainer, caché, jusqu’à ce que tu réussisses ce que tu voulais faire ! C’est ça que j’ai trouvé génial chez toi ! Il y a quelque chose de fascinant dans la manière dont tu travailles et même quand tu te loupes on ne peut pas s ‘empêcher de te regarder ! Tu es tellement sérieux et passionné ! Bref, je repensais à tout ça et la BOUM !

-boum ? Dans le sens qu’en général, ça explose ? Je suis bien d’accord.
- Laisse-le s’expliquer.
J’écoute Daniel m’exposer son grand plan, sa grande idée ; avec une fièvre qui l’anime tout entier et qui ne peut que faire monter un sourire amusé sur mon visage, il est tellement drôle quand il est empli de ferveur. Son discours pourrait être assez vexant, qu’il insiste autant sur mes échecs pourrait m’offusquer mais il n’en est rien, pour diverses raisons. Il a raison, je joue encore beaucoup sur mon physique dans mon métier mais d’un autre côté, entre mon CV et mon absence d’assistante, je me vois mal faire autrement. Tout en enfournant une bouchée de cannelloni, je reste attentif aux paroles du metteur en scène parce que je sais, quand il est dans cet état-là, qu’il va rendre mon spectacle encore meilleur et ça, c’est une superbe perspective. Surtout que son idée est loin d’être bête et pourtant, elle est d’une simplicité incroyable. Ca réside en peu de choses, juste faire croire que le magicien ne maîtrise pas.

C’est génial ! Encore une fois, Daniel Hammerstein, tu es un génie.

Je lâche ça avec enthousiasme en bondissant pour le prendre dans mes bras avec un rire, nous sommes désormais deux allumés dans une caravane.. Je reviens sur le lit, réfléchis aux tenants et aux aboutissements de son scénario. Une petite étincelle de malice s’allume dans mes yeux quand je rebondis sur son histoire de Moulin Rouge avec la mine la plus sérieuse du monde.

Oui, oui, je pourrais arriver avec des bas résille et une jupe avec plein de volants et je ferais mon tour en bustier, ce serait top. Je peux même demandé à la costumière de me faire une tenue semblable à celle de l’une des Diamond Dogs du film….Voulez-vous coucher avec moi ce soir ?

J’éclate de rire et regarde Dan avec un grand sourire pour bien lui montrer que je suis totalement emballé par son projet. Il faudra bien sûr décider de comment agencer tout cela mais l’idée générale me plaît déjà et les détails viendront se régler tous seuls. J’imagine l’avenir et regarde le metteur en scène avec un semblant d’admiration, j’ai de la chance de l’avoir sous le coude.
-je confirme, il te rend bien service pour dissimuler la médiocrité de tes tours
-Shut up…

Tu es décidément très doué, j’ai hâte de voir ce que ça va donner.


©TENNESSEE.



Vit, aime, meurt (again)
If it's the end of the world let's party
Like it's the end of the world let's party
Wrap your arms around everybody
If we're all gonna die let's party
Let's party
Let's party
MIKA   ©️ by Sun  


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Ben Whishaw
CREDITS : Le Grand Khan
TICKETS : 218
MEMBRE : 10/09/2017


MessageSujet: Re: Two Friends indeed! Edward & Daniel   Jeu 19 Oct - 19:30

Two Friends Indeed!

Edward & Daniel

Je me rengorge en entendant Edward me qualifier de génie : c’est peut-être exagéré mais ça veut dire qu’il aime mon idée et à partir de là, je sais qu’on va pouvoir s’amuser ! Il semble partager mon enthousiasme étant donné qu’il se jette sur moi en riant ! Ça c’est le genre de réactions que j’aime ! Parfois Edward peut se montrer aussi fou que moi, j’adore ça chez lui ! En se rasseyant sur mon lit il prend la mine de quelqu’un qui vient d’avoir une idée et l’instant d’après il me déballe :
-Oui, oui, je pourrais arriver avec des bas résille et une jupe avec plein de volants et je ferais mon tour en bustier, ce serait top.
Quoi quoi ? Edward avec des bas résilles ? je ne pensais sincèrement pas qu’il irait jusque-là mais je ne peux qu’approuver son abnégation et me réjouir intérieurement de préparer son costume avec lui… Il poursuit :
-Je peux même demandé à la costumière de me faire une tenue semblable à celle de l’une des Diamond Dogs du film…Voulez-vous coucher avec moi ce soir ?
Il va absolument falloir intégrer cette chanson au spectacle ! Rien que d’imaginer Edward en robe me plonge dans un mélange d’envie de rire et d’envie de… faire autre chose. Edward aussi se met à rire et me refait un compliment auquel je rétorque :
-Ok, c’est bon, Tu peux arrêter de me cirer les pompes, je suis ton metteur en scène envers et contre tout de toute façon ! Je veux absolument monter ce  show !
Puis je reprends un ton plus sérieux sans quitter mon sourire :
-Cela dit et sans vouloir me faire mousser, c’est en effet une bonne idée mais surtout parce que tu vas être génial ! J’ai hâte de te voir sur scène !
A cette pensée je me souviens que j’ai super faim et avale une grosse bouchée de lasagne ce qui m’empêche de parler pendant quelques secondes. J’en profite pour laisser vagabonder mon esprit vers de nouvelles idées pour ce spectacle… il nous faudrait un bon titre aussi… Spectacular Spectacular ? Trop évident… Peut-être un jeu de mot entre magie et Moulin Rouge mais pour l’instant je ne vois pas lequel… Et puis il va falloir des décors aussi mais ça j’y ait déjà pensé et je fais part de mes idées à Edward après avoir engloutie une autre part de lasagne :
-Pour les décors je te propose juste un grand signe en néon indiquant que l’action se situe au « Moulin Rouge » à placer pile entres les rideaux rouges de la scène ! En revanche je veux jouer avec ta table de magicien : au départ quand tu n’es encore qu’un magicien novice la table est un peu rapiécée et pas très reluisante alors que ton costume est très voyant et sexy et au fur et à mesure on échange, le costume devient celui d’un magicien donc plus sobre et la table est de plus en plus somptueuse ! Tu pourrais faire des tours pour faire apparaître des tissus de plus en plus beaux par exemple ! Pareil avec le signe en néon, au début il est éteint, tu n’es pas assez important pour que le Moulin Rouge s’allume pour toi puis il s’illumine et on pourrait même créer une affiche avec ton nom en gros pour ton final genre « LE GRAND KHAN AU MOULIN ROUGE POUR UN SPECTACLE EPOUSTOUFFLANT » !
Il est certes parfois frustrant de ne pas pouvoir se lâcher sur les décors, mais c’est aussi un excellent exercice de devoir jouer avec les contraintes ! Pour moi qui ai tendance à trop en faire, c’est le meilleur des entrainements ! Et quand je me canalise je suis obligé de densifier mes idées et d’en extraire la substantifique moelle donc c’est plutôt une bonne chose ! Je continue avant de m’attaquer à ma part de cannellonis, les yeux brillants :
-Pour l’instant c’est ce que j’ai pu imaginer sans t’en parler mais maintenant je vais avoir besoin d’une liste de tours et d’une démonstration pour chacun, comme d’hab, pour qu’on puisse les intégrer au spectacle ! Faut que je pense à un nom aussi ! D’ailleurs si tu as des idées ça m’intéresse ! Je pensais à un truc autour de la magie, du ton nom et du Moulin Rouge mais même si ça fait un moment que j’y pense, rien de probant n’en sort donc je compte sur toi !
Je m’arrête un instant pour reprendre ma respiration tout en essayant de me calmer un peu (je suis toujours surexcité quand je résume un spectacle à un artiste et voir Ed partager mon enthousiasme ne me calme pas, au contraire). Le ton plus mesuré je demande :
-Commençons par ce que tu m’as dit tout à l’heure... C’était quoi le tour sur lequel tu t’es planté par exemple ?




DEV NERD GIRL



+ Mon coeur s'ouvre à ta voix
by northern lights .




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Matt Bomer
PSEUDO : Thalia Bubble
CREDITS : Me, myself and I
TICKETS : 234
MEMBRE : 31/07/2015


MessageSujet: Re: Two Friends indeed! Edward & Daniel   Mer 25 Oct - 14:25



Two friends indeed !
Daniel Hammerstein  & Edward Khan





Après un cirage de pompes dans les règles de l’Art, je reprends ma place sur le lit, mange avec appétit en écoutant le metteur en scène m’exposer ses idées avec un enthousiasme qui ne l’anime que quand il travaille. Je ne me souviens pas de l’avoir vu vivant pour quelque chose ne concernant pas la mise en scène ou ses écrits. Dommage, il gagne à être connu même s’il a un côté très misanthrope taciturne quand il est en manque d’inspiration.

Ses hypothèses de décor me laissent pensif, ça demande beaucoup de techniques et il faudra trouver une transition pour changer de vêtements parce que je ne suis pas encore au stade de transformiste. Je sais ôter mes vêtements à la vitesse de l’éclair, pas en changer.
-Il faudrait d’ailleurs que je pense à essayer, ça apporterait quelque chose à mon spectacle
-ne commence pas à essayer de voir trop grand, tu restes un strip-teaseur avec une baguette magique, rien d’autre. La seule différence, c’est que tu te produis devant un public trop jeune pour te fourrer des billets dans le caleçon.
- Toujours aussi sympathique à ce que je vois
- laisse-mo ite poser une petite devinette : si je te vois comme un moins que rien et que je me trouve être la voix de ta conscience, que peut-on en conclure sur toi ?
- Que l’on m’a imposé le pire des colocs mentaux, maintenant, laisse-moi penser.

Très bonne idée, je dois avoir dans mon matériel de quoi faire un décor selon ta vision. Par contre, ça va demander un peu d’aménagement pour faire tenir les différentes étapes du décor.

Je me branche sur le mode sérieux, quand il s’agit du travail, je peux être extrêmement minutieux. La meilleure façon de faire passer une idée au public en peu d’éléments est de jouer sur les couleurs, partir d’éléments ternes dans les tons gris et marrons pour arriver l’éternelle mais très reconnaissable nappe rouge, c’est ça, avancer vers des teintes plus chaudes qui attirent l’œil. Il ne faut pas non plus que ce soit trop chargé, justement, peut-être rendre ça plus sobre au fur et à mesure serait plus simple. Il est plus aisé d’enlever rapidement quelque chose que de l’installer, surtout dans le noir. L’obscurité, voilà un point important de ce scénario parce que si je veux rendre mes tours impressionnants, il faut qu’ils restent visibles. Et me voilà en train de faire bouillir mon cerveau sur un spectacle futur, qu’on ose me dire après que je n’ai pas trouvé le métier de ma vie !

Daniel m’explique qu’il va avoir besoin d’un nom et je fouille dans ma mémoire pour trouver des choses qui sonnent françaises. Autant dire que ma culture ne s’étend pas plus loin que les clichés habituels, ce qui est assez triste.

Khan you feel the love tonight ? It's a Khan of magic ? French Khan Khan ? Magic must go on ?

J’avoue, ça me fait plus rire qu’autre chose, mixer mon nom avec des mots étrangers est un exercice ridicule, surtout que je ne connais rien à ce dialecte. Il y a bien Apollo à qui j'ai demandé des cours de langue mais ce n'est pas sûr qu'on apprenne vraiment. Ça sent plutôt l'excuse pour rire tous les deux. Bref, il faut encore que je fournisse une liste de tours au metteur en scène pour que l’on voir lesquels foirer et lesquels m’être en dernier. Quand il me rappelle mon douloureux échec, je grimace, peu désireux de m’étendre là-dessus.

Alors déjà, je tiens à dire que ça reste un grand traumatisme. Tu parles, tu commences à avoir l’habitude. Peu importe, ce n’est pas la question. Hum…il s’agit d’un lancer de carte enflammée-tu connais mon amour pour la pyrotechnie – dans mon chapeau. Une foule de papillons en papier s’envole alors et voilà.

J’ai parlé vite et reprend mon souffle, dissimule derrière un air de réflexion la légère panique qui m’a envahi en me rendant compte que j’avais parlé à deux voix. Ça m’arrive tellement rarement que j’oublie que c’est un phénomène possible, à une époque, lointaine et enfermée dans une cellule capitonnée, c’était courant que je parte dans des dialogues à voix haute mais ça m’était passé. Bon, ce n’est pas alarmant, on a tous des petits moments comme ça où on se contredit tout seul, ça peut donner un aspect comique au discours. Je crois.
-attention, heureusement qu’il ne fait pas très clair dans la caravane, ça se verrait que tu es verdâtre.
- La ferme ! Tais-toi bon sang, arrête d’essayer de me perturber quand je suis déjà perdu.

Pour cacher mon trouble, j’attaque encore un peu le repas même si j’ai perdu l’appétit, espérons que Daniel, dans son effervescence de poète, ne s’apercevra de rien et me fera penser à autre chose. Rien que parce que ce spectacle peut être génial et que je veux y mettre du mien, il y a beaucoup à organiser et il vaut mieux discuter de tout dans les plus brefs délais. C’est ça, focus sur le spectacle.

Je peux encore peindre légèrement les papillons pour les rendre luminescents. Comme ça, je fais ce tour, les papillons s’envolent, noir. Le public s’amuse à regarder les formes brillantes et quand la lumière se rallume, on a eu le temps d’apporter les changements nécessaires au décor et au reste. Ça irait ?


©TENNESSEE.



Vit, aime, meurt (again)
If it's the end of the world let's party
Like it's the end of the world let's party
Wrap your arms around everybody
If we're all gonna die let's party
Let's party
Let's party
MIKA   ©️ by Sun  


 


Dernière édition par Edward Khan le Mer 1 Nov - 11:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Ben Whishaw
CREDITS : Le Grand Khan
TICKETS : 218
MEMBRE : 10/09/2017


MessageSujet: Re: Two Friends indeed! Edward & Daniel   Sam 28 Oct - 23:49

Two Friends Indeed!

Edward & Daniel

Je renchéris sur ce qu’Edward vient de remarquer à propose des décors :
-Oui, de toute façon l’originalité du spectacle viendra de toi, pas des décors, il nous faudra simplement trouver des éléments clés marquant les étapes de la vie du personnage. Peut-être en formant des groupes d’accessoires différent en fonction des différents numéros… Ils pourraient déjà être sur scène mais caché sous des tissus dont tu pourrais te servir par la suite ! Ou à travers les musiques… ce sont des décors sonores après tout…
Je me tais pour ne pas commencer à dire n’importe, quand je suis avec mes artistes j’évite de réfléchir à haute voix, ça a tendance à les embrouiller ! Ça surprend toujours les gens mais quand je bosse je crie pas mal de trucs, et je prends rarement des notes ! A l’inverse, Ed prend un ton et un regard sérieux, il est du genre à se concentrer intérieurement et ce n’est peut-être pas plus mal, nous sommes complémentaires ! Mais je peux voir qu’il est aussi excité que moi à travers ses yeux et un petit mouvement répétitf du genou ! En réponse à ma demande de titre il a la bonne idée de mélanger des titres de Moulin Rouge avec son univers : Khan you feel the love tonight ? Non, je ne vois pas une histoire d’amour se glisser dans mon scénario.  It's a Khan of magic ? Pas mal… mais ça pourrait être le titre de n’importe lequel de ses spectacles.  French Khan Khan ? Non, le côté sexy ne représente qu’une partie mineure du numéro. Magic must go on ? Je m’arrête intérieurement à ce titre… il y a quelque chose de dramatique dedans… j’aime bien, c’est en ressentant le même genre de sensation que j’ai trouvé mon idée ! Mais avant d’en faire part à Edward, je l’écoute me parler de son échec de la semaine :
-Alors déjà, je tiens à dire que ça reste un grand traumatisme. Tu parles, tu commences à avoir l’habitude. Peu importe, ce n’est pas la question.
Je manque de rire en entendant Edward se parler à lui-même d’un ton sérieux : ce genre de choses ne lui ressemble pas ! Mais quelque chose dans la manière qu’il a de rougir juste après avoir blagué me fait réprimer mon amusement. Et ce n’est pas juste ça : le ton qu’il a pris en… s’engueulant lui-même (?) est bizarre… Ça doit être que je n’ai pas l’habitude de le voir se parler à lui-même… moi aussi je le fais tout le temps, peut être que je l’ai contaminé ! Sans perdre son air de réflexion il poursuit :
-Hum…il s’agit d’un lancer de carte enflammée-tu connais mon amour pour la pyrotechnie – dans mon chapeau. Une foule de papillons en papier s’envole alors et voilà.
C’est bien lui ça ! Si on me demandait d’inventer un spectacle pyrotechnique le mot papillon ne serait pas le premier à me venir à l’esprit mais Ed aime bien les contrastes.
D’un mouvement un peu hâtif il se met à se concentrer sur sa nourriture comme s’il venait soudain de se rappeler qu’il avait super faim… Il m’a l’air un peu stressé… son échec l’a vraiment traumatisé… Il poursuit la bouche à moitié pleine (encore un truc bizarre, manger comme un cochon c’est plutôt mon style d’habitude) :
-Je peux encore peindre légèrement les papillons pour les rendre luminescents. Comme ça, je fais ce tour, les papillons s’envolent, noir. Le public s’amuse à regarder les formes brillantes et quand la lumière se rallume, on a eu le temps d’apporter les changements nécessaires au décor et au reste. Ça irait ?
-C’est parfait, réponds-je en continuant à l’observer attentivement… C’est un réflexe très utile de magicien que de vouloir constamment divertir le public… je tâcherais de m’en souvenir pour d’autres spectacles !
Je m’arrête pour dévier légèrement la conversation :
-Pour ce qui est de l’échec… je suppose que c’était un problème avec le feu ? Enfin bref, peu importe, c’est juste que tu sais que ça ne veut rien dire sur ton talent ? Tu m’as l’air un peu remué par tout ça mais il n’y aucune raison pour que ça te stresse…. Je veux dire, personne ne t’a vu en plus non… ?
Mais je me rends compte de ma bourde en voyant la tête d’Edward : vu la rougeur qui envahit ses joues quelqu’un était présent… et quelqu’un dont l’avis comptait s’il prend autant cet échec à cœur. Avec un petit sourire d’excuse je lui dit d’un ton rassurant :
-Bon et bien… même s’il y avait quelqu’un, ça ne change rien ! J’espère qu’il ne t’a pas découragé… je vois mal quiconque se moquer de toi simplement pour une erreur !
Et c’est vrai, tout le monde aime Edward ! Il est talentueux, gentil, beau et il a un sourire magnifique… et je m’arrête la avant de me convaincre moi-même qu’il est l’homme idéal ! Sur le ton de la plaisanterie je lui lance :
-En tout cas Ed, peu importe ce qui s’est passé, Magic must go on !



DEV NERD GIRL



+ Mon coeur s'ouvre à ta voix
by northern lights .




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Matt Bomer
PSEUDO : Thalia Bubble
CREDITS : Me, myself and I
TICKETS : 234
MEMBRE : 31/07/2015


MessageSujet: Re: Two Friends indeed! Edward & Daniel   Mer 1 Nov - 11:48



Two friends indeed !
Daniel Hammerstein  & Edward Khan




J’étouffe un rire en entendant Daniel me parler de mon échec comme une jeune femme tenterait de rassurer son mari après un trouble de l’érection. « C’est rien mon chéri, c’est juste une panne sèche ». Le fait qu’il impute mon stress à mon échec cuisant est à la fois rassurant et un peu vexant mais je préfère me concentrer sur le premier point. Au moins, il passera vite à autre chose. Qu’un artiste soit un peu dépité après un numéro foiré, c’et habituel, ça passe. Mais quand cet artiste, qui manipule le feu, souffre de troubles de la personnalité, c’est plus difficile à accepter. Donc bon, la panne sèche me va très bien. Et la ferme Bob, je t’entends te marrer !

Daniel fait remarquer que personne n’a dû me voir et je rougis vraiment pour le coup parce que non seulement ça a été un échec public mais devant un ami proche. D’un autre côté, sans la présence de cet ami, rien de tout cela ne serait arrivé, je le dit et le maintiens. Moi seul, le numéro aurait été un franc succès et tout aurait bien fini. Si, si, je n’accepterai que cette version de l’histoire.

Non, il ne s’est pas moqué, au contraire, il m’a aidé à tout ranger et ça a fait un sujet de plaisanterie. Il s’agit d’Apollo Méliès, tu vois la tête bouclée de grand gamin qui dépasse d’entre les chevaux aux écuries ? C’est lui.

Je repose mon assiette, retrouve un peu mon calme à penser à autre chose qu’au fait que je suis une bombe à retardement. Parler d’Apollo a le don de me faire sourire, comme quoi son insouciance est contagieuse et je l’en remercie (mais oui, il n’est pas que malchanceux, il a aussi des qualités).

Ça m’a un peu gêné qu’il ait assisté à ça, ce n’est pas très glorieux mais au moins, on a pu bavarder tranquillement, ce qui n’arrive pas souvent. On a rarement la possibilité de se voir mais c’est un bon ami et on a vécu tellement de situations bizarres qu’il ne peut pas me juger.

Je ris au souvenir de nos diverses aventures, le souvenir de l’escapade dans le train fantôme n’était pas la plus drôle mais elle était intense, c’est le moins qu’on puisse dire et j’en ai appris un peu sur le palefrenier girafe. Comme sa phobie des cochons et le fait que ça peut le faire paniquer jusqu’à un degré élevé. Et que dans ces cas-là, je punch les comédiens en costume. A la fois hilarant et un peu gênant. Comme la majorité de nos histoires.  Il me prend l’envie soudaine de les raconter à mon metteur en scène ce qui est complètement idiot et absolument pas faisable en temps normal mais j’ai pris un coup sur la tête il y a quelques heures et ma conscience cynique s’est mise à parler par ma bouche alors autant y aller franco pour ce soir.

Une fois, on s’est retrouvé enfermé dans un musée toute une nuit, je ne sais même pas comment on a fait notre compte mais on a passé le temps entre courses dans les couloirs pour éviter les vigiles, éclats de rire au milieu des statues de cire et conversation animée dans un tipi. C’était drôle…


Je secoue la tête pour chasser les images, rien de pire qu’un type qui se replonge dans ses vieux souvenirs et oublie qu’il n’est pas seul. Mais ça a au moins le mérite de détourner la conversation de mon petit écart. Je tapote le genou de Daniel avec un sourire, le regard légèrement inquisiteur de celui qui a envie d’entendre des ragots.

A ton tour de me raconter un truc amusant, rencontre, situation ridicule, n’hésite pas, je suis tout ouïe.

Pas de raison que je sois le seul à parler de choses honteuses ce soir ! Nous avons mis en place notre projet pour le prochain spectacle, nous avons la soirée voire la nuit devant nous, autant en profiter pour rire un peu.


©TENNESSEE.



Vit, aime, meurt (again)
If it's the end of the world let's party
Like it's the end of the world let's party
Wrap your arms around everybody
If we're all gonna die let's party
Let's party
Let's party
MIKA   ©️ by Sun  


 


Dernière édition par Edward Khan le Ven 17 Nov - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Ben Whishaw
CREDITS : Le Grand Khan
TICKETS : 218
MEMBRE : 10/09/2017


MessageSujet: Re: Two Friends indeed! Edward & Daniel   Lun 6 Nov - 18:59

Two Friends Indeed!

Edward & Daniel

J’écoute avec intérêt Edward me relater ses aventures de la semaine. Apollo Melies… je vois de qui il s’agit. A vrai dire ce n’est pas la première fois qu’il m’en parle même s’il ne s’en est pas rendu compte : je savais qu’Edward avait un ami travaillant dans les écuries mais je ne savais juste pas de qui il s’agissait. Apollo est palefrenier ce qui fait de lui une des rares personnes que je ne côtoie pas au cirque parce que je ne mets pas en scène d’artistes travaillant avec des chevaux. Mais je le connais au moins de vue étant donné sa taille ! Ed ne s’en rend pas compte, mais quand il parle de lui son teint rosi un peu donc même s’il ne l’avait jamais nommé ça faisait quelques temps que je savais qu’un employé des écuries l’intéressait particulièrement… Je souris intérieurement, Edward est le genre à devenir adorable quand il a le béguin pour quelqu’un ! J’évite de le lui faire remarquer mais je suis sûr d’avoir raison… il lui suffit d’évoquer ses souvenirs avec le palefrenier pour se mettre à rire ! J’écoute avec intérêt une histoire de sortie au musée… visiblement Ed s’est perdu dans ses souvenirs mais loin de moi l’idée de l’arrêter, ça m’intéresse beaucoup trop… Une conversation dans un tipi hein ? Je connais assez Edward pour savoir que s’il s’était passé plus que ça, il me l’aurait dit ou qu’il aurait au moins rougi, donc je sais qu’il ne me ment pas. En revanche je le soupçonne d’être bel et bien tombé sous le charme de la girafe aux cheveux bouclés, et ça a beau être adorable, je ne peux m’empêcher de ressentir une pointe d’inquiétude… je connais peu de choses d’Apollo Melies mais j’ai entendu dire qu’il n’était pas du genre... fidèle. Je me fiche de savoir qu’il couche avec tout le monde dans la mesure où je ne me prive pas moi-même de ce côté-là, mais si Edward est réellement en train de tomber sous son charme j’ai peur que ça lui fasse du mal. Je n’ai jamais vu mon ami amoureux, mais je sais à quel point il est sensible et ça m’embêterait de le voir courir après une relation impossible… je me mords la joue, il faudra que je surveille ça. En attendant je me sens comme une mère devant son fils devenu un homme… pour peu j’aurais envie de sortir un mouchoir pour essuyer une larme sur ma joue en tapotant la tête d’Ed à grand renfort de « Je suis fière de toi mon chéri, tu es tellement mignon ! » !
Mais cet interlude touche à sa fin alors qu’Edward me demande à son tour de lui raconter une anecdote. Je ne peux empêcher un sourire gêné apparaître sur mon visage en pensant à la première chose qui atteint mon esprit au mot « Rencontre ». Je ne sais pas si j’oserais jamais raconter en détail celle que j’ai faite cette semaine… même à Edward. Je n’ai aucune réputation à tenir auprès de lui (ni auprès de personne d’ailleurs) mais la honte de m’être autant laissé aller m’étreint encore le cœur… j’ai ma fierté quand même… mais peut être que le raconter dédramatiserait les choses… Je me cale sur le lit à côté d’Edward et en essayant de prendre un ton léger, je décide donc de me livrer :
-Je l’ai mentionné toute à l’heure mais j’ai fait une rencontre un peu étrange cette semaine. Je ne sais pas si tu as entendu parler de lui mais il y a un nouveau Freaks au cirque… Il se fait appeler Ecstasy et il est assez jeune je crois. Je ne sais pas trop ce qu’il fait exactement… la comme ça, je ne pourrais le décrire que comme un genre de… gourou du bonheur ? Une sorte d’aura euphorique l’entoure et rend les gens heureux… en tout cas c’est ce qui est écrit sur son site internet ! Visiblement il a beaucoup de « fidèles » même si le site précise que son pouvoir ne marche pas avec tout le monde…
Un instant je me perds dans le souvenir de l’étau qui m’a desserré l’esprit quand je suis entré dans le champ d’action du jeune homme… malheureusement le souvenir me fait rougir. Je tente de cacher ça en me raclant la gorge :
-Bref, pour moi ça a marché… rétrospectivement ça ne me surprend pas, j’ai toujours été sensible à l’hypnose ! Le seul… problème c’est qu’avec lui ça a… un peu trop bien fonctionné à mon gout. J’étais en train de me promener chez les Freaks après une panne d’inspiration et soudain c’était comme si on me renversait un sceau d’eau chaude sur la tête… surprenant mais agréable. Et même si je ne me souviens pas exactement de la suite je sais que… je n’arrivais plus à réfléchir à autre chose qu’à… lui… c’est bizarre dit comme ça mais ce n’était pas naturel, c’était comme un coup de foudre sous acide si tu vois ce que je veux dire.
Je n’ose pas regarder Edward.
-En dehors de son Aura, c’est facile de faire comme si de rien n’était mais j’avoue que ça me fait un peu flipper… J’ai l’impression d’avoir fait des choses que je devrais regretter, comme si j’avais pris la pire cuite de ma vie… c’est difficile de t’expliquer ce qui m’est arrivé parce que c’était… en même temps génial mais profondément honteux… je dois avoir l’air d’un drogué et c’est exactement comme ça que je me sens… ça ne me dérange pas d’être sensible à l’hypnose mais je suppose que dans ce cas… c’est le fait que ce soit centré sur une personne tu vois ?
Alors que je vide mon sac, je ne peux m’empêcher de jouer avec une couverture sur mon lit. Je dois avoir l’air d’un enfant qui révèle une bêtise. Et d’une certaine manière c’est ce que je fais… je mens à Edward. Je n’ai pas honte d’avoir perdu le contrôle, j’ai honte parce que j’ai envie d’y retourner. Son Aura persiste malgré ma volonté. D’après son site il ne la contrôle pas mais même s’il y pouvait quelque chose, je sais que l’état dans laquelle il me met m’empêcherait de lui demander de désactiver son pouvoir. Mon impuissance est totale. Et j’en parle comme s’il s’agissait d’une panne au lit… cette pensée me fait pouffer de rire et je relève la tête vers Edward :
-J’imagine que pour me défaire de ça je devrais essayer de coucher avec lui ! dis-je d’un ton un peu plus joyeux. En dehors du fait que son pouvoir le rend de toute façon irrésistible, il est plutôt pas mal ! Un peu jeune mais pas mal… je me demande juste ce que je penserais de lui s’il n’y avait pas l’Aura…



DEV NERD GIRL



+ Mon coeur s'ouvre à ta voix
by northern lights .




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Matt Bomer
PSEUDO : Thalia Bubble
CREDITS : Me, myself and I
TICKETS : 234
MEMBRE : 31/07/2015


MessageSujet: Re: Two Friends indeed! Edward & Daniel   Ven 17 Nov - 18:26



Two friends indeed !
Daniel Hammerstein & Edward Khan




Rien qu’à la mine de Daniel, je sens qu’il est sur le point de me raconter une grande histoire avec des rebondissements, du suspense et de l’émotion. Attentif, je m’installe plus confortablement, prend une expression d’enfant devant Père Castor et écoute le metteur en scène avec un demi-sourire, mi amusé, mi- encourageant. Un léger tic nerveux au niveau de sa mâchoire quand il parle de site internet me laisse penser qu’il n’a pas eu à aller chercher ses informations sur le web. Alors Dan, on fait des cachotteries ? Dans un sens, c’est assez touchant de le voir rougir comme ça, comme si c’était extrêmement honteux d’avoir croisé le chemin d’un Freak.

La suite peut faire sourire mais aussi un peu inquiéter, ça sonne GHB sur les bords mais en même temps, je perçois chez Dan plus de gêne que de peur, il n’a pas dû lui arriver grand-chose. Dans un sens, tant mieux. Les joues du jeune homme sont rouge cerise et il a les yeux brillants, plongé dans son souvenir qui lui colle manifestement de drôles de sensations. Ça me rappelle cette série où le héros sait qu’une personne est amoureuse à cause de ses pupilles dilatées. L’expérience n’a pas l’air d’avoir été trop trop désagréable, juste pas assumable. Lançons les paris, dans combien de temps notre petit dramaturge retourne voir ce Freak ?

Ce n’est pas très sympa de me moquer ainsi de lui mais il a l’air d’une lycéenne racontant qu’elle a fait un rêve érotique. En plus, il n’a pas l’air traumatisé donc je peux me permettre d’être un peu taquin intérieurement. D’ailleurs, pour prouver que je suis un bon ami, je vais le rassurer (un petit peu). Gentiment, je lui tapote la cuisse pour lui montrer qu’il a tout mon soutien (comme pour les alcooliques anonymes) avec un sourire engageant.

Tant que tu n’as rien fait que tu pourrais regretter, il n’y a pas de honte à avoir.

En tout cas, je n’ai pas entendu parler de ce Ecstasy mais il semble avoir eu un certain effet voire un effet certain sur l’esprit du metteur en scène. Il faudra que je lui rende une petite visite, je suis curieux de savoir si c’est si impressionnant que ça.
-à ta place, je m’abstiendrais, non ? Il serait dommage que ce Freak ait un effet….inattendu et désagréable sur toi.
-Effectivement…Mais attends, pourquoi tu me mets en garde alors que tu me détestes au profit de l’Autre ?
-simplement parce que je sais que la curiosité sera trop forte. Et que de toute façon, freak ou pas, tu vas finir par craquer. Alors que ce soit tôt ou plus tard…
- Un Freak qui influence l’émotion de son entourage, c’est intéressant. Surtout vu les effets

Un « merde » paniqué manque s’échapper de ma gorge et je le retiens juste à temps, loupant néanmoins la fin de la réplique de Daniel. Quel mauvais ami je fais mais qu’on me comprenne, il vient de se passer quelque chose de mauvais. Vraiment. Je me tord discrètement le pouce comme on me l’a conseillé au sortir de l’hôpital, comme si ma douleur signifiait garder le contrôle… Heureusement que Dan est toujours dans ses histoires d’ecstasy sinon, il se poserait des questions. Je reprends mon souffle, hoche la tête avec un rire.

Pense à m’envoyer un faire-part pour votre mariage alors. Et à me réserver votre premier né.

En même temps, je me lève en essayant de ne pas le faire trop précipitamment, récupère mon manteau avec des gestes mesurés. Il faut que je rentre chez moi, tout de suite, et que je retrouve ces putains de cachets. En ais-je encore ? Normalement oui. Mais non, ça gêne mes réflexes, il faut juste que je dorme et que je me calme. C’est ça, longue journée, gros échec, je suis simplement crevé.

Faut que je rentre, j’ai oublié de finaliser un accessoire et j’ai peur de faire sauter ma caravane si je ne m’en occupe pas de suite. Merci pour tes bonnes idées, toujours un plaisir.

Sans attendre, j’ouvre la porte de la caravane, mon autre main vient tapoter les fesses de Dan en coup de vent (méchante main, arrête de la jouer solo) avant que je ne m’engouffre dans la nuit froide pour me précipiter vers ma caravane. Plus bizarre, tu meurs mais j’espère qu’avec son trouble de drogué à l’ecstasy, le metteur en scène ne m’en tiendra pas rigueur.


©TENNESSEE.




Vit, aime, meurt (again)
If it's the end of the world let's party
Like it's the end of the world let's party
Wrap your arms around everybody
If we're all gonna die let's party
Let's party
Let's party
MIKA   ©️ by Sun  


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Two Friends indeed! Edward & Daniel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Two Friends indeed! Edward & Daniel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Like a flower [Daniel]
» Daniel Elie demande un audit de sa gestion
» Daniel Edouard, boxe ayisyen, chanpyon WBA pwa mwayen latin/ameriken
» Friends, we need your feedback
» Invitation au voyage (Daniel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAVE YOU SEEN THE CLOWN ? ::  :: Like a house :: Welcome to my caravan-