Statistiques des groupes :
Ticket
Show :
Magican
hat :
Umbrella
of Funambule :
Meat
of Animals :
Candy
Clown :
1 7
5 3 4

Merci de privilégier les groupes en infériorité numérique ! ♥️
Statistiques des genres :
16 mâles / 8 femelles
Merci de privilégier les personnages féminins ♥️

Partagez | 
 

 El León de oro ☼ Asllo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Diego Barrueco
PSEUDO : Ariel
CREDITS : ©ArielHarcroft
TICKETS : 39
MEMBRE : 06/07/2017


MessageSujet: El León de oro ☼ Asllo   Jeu 5 Oct - 2:18

El León de oro

I don't want us to be strangers again.


Aujourd'hui, Aslan ne travaillait pas. En effet, il pleuvait. Il pleuvait de ce genre de pluie tropicale qui vous noyait (vous et votre machine à barbe à papas) si vous restiez un tant soit peu en dessous. Bref, il se retrouvait assigné à résidence jusqu'à devoir monter sur scène.
Enfin, assigné au bâtiment le plus près jusqu'à ce que la pluie s'arrête en tout cas.

Il s'était donc retrouvé dans les écuries, une odeur forte de crottin et de paille mouillée dans les narines. Au moins était-il au sec.
Bien-sûr, il aurait pu être allé s'entraîner, mais il avait toujours détesté répéter sans raison, et de toute façon la moitié des acrobates devaient dormir à cette heure-ci.

Il marcha donc silencieusement dans les écuries, espérant trouver quelqu'un d'autre que lui.

« Un autre humain, j'entends... »

Marmonna-t-il au cheval baie qui le fixait d'un œil mauvais. Il soupira, conscient qu'il allait devoir communiquer s'il souhaitait obtenir une réponse.

« Y'a quelqu'un ? »

Seul le silence lui répondit alors qu'il se remettait à marcher, observant les boxes autour de lui. La pluie ne pouvait quand même pas empêcher tout le monde de travailler... Remarque, il faisait tout de même assez froid dans les écuries.
A peine s'était-il fait cette réflexion que l'hispanique commença à trembler. Il avait besoin d'un chocolat chaud et d'un endroit sec. Pas d'une écurie humide qui sentait le cheval.
Le jeune homme serra ses bras contre son torse pour tenter de se réchauffer, et recommença à avancer dans l'humidité du bâtiment. Jamaisil n'aurait imaginé se perdre dans les écuries, pourtant, alors que le ciel gris ne laissait pas passer beaucoup de lumière, il se rendait bien compte qu'il ne connaissait pas l'endroit comme sa poche. Voir pas du tout même.

Il se sentait un peu comme un gamin perdu au supermarché. Pas que ça ne lui soit arrivé, vu qu'il n'était jamais allé dans un supermarché étant gamin. Mais une métaphore est une métaphore.

Je vais devenir cinglé dans ce dédale et on me retrouvera dans 3 mois avec une longue barbe alors que j'adresserais la parole à un cheval pour lui demander mon chemin et comment va sa femme... Sauvez-moi.

Un chose était sûre, Aslan avait réussi à se perdre dans les écuries. Le bon coté des choses, c'est qu'il n'avait pas de raison de sortir d'ici avant que la pluie n'ai cessée.
Un seul mystère demeurait finalement...

Où pouvait bien se trouver ce foutu palefrenier...


made by LUMOS MAXIMA




Just Run until you Fly
©Northern Lights


Dernière édition par Aslan Wilmore le Lun 13 Nov - 14:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Mika
PSEUDO : Lustucru
CREDITS : Edward Khan
TICKETS : 3953
MEMBRE : 29/07/2015


MessageSujet: Re: El León de oro ☼ Asllo   Jeu 5 Oct - 17:13





el león de oro // Aslan Wilmore
We are not what you think we are. We are Golden


Bon, la Nouvelle Orléans c'est cool quelque temps. Jusqu'à ce que les pluies arrivent et là c'est le bordel. Non parce que bon on le dit pas assez mais c'est quand même construit sur un immense marécage ! Et il y a de l'eau absolument partout dans le sol. Donc imaginez que vous mouillez un sol mouillé. Allez y... Voilà, ça déborde ! Et de partout et c'est la full merde ! Comment font les fourmis pour vivre ici ? Enfin moi je suis pas une fourmis, mais j'avoue que ne pas voir le soleil ça ne fait pas ma journée. Heureusement je peux compter sur des pauses dans mon travail et des personnes pour me tenir compagnie pendant ces dernières.

Comme quoi travailler dans un cirque ça a vraiment du bon, il y 'a des gens partout, juste en fouillant un peu. Et des personnes généralement sympa, ouvertes, et souvent très sexy. Franchement, mieux qu'Hollywood et plus accessible. Après je n'ai jamais mis les pieds à Los Angeles pour vérifier ce que je dis, mais les acteurs m'ont toujours donné une impression de « faux » à cause de leur métier. Enfin pour le moment, je suis bien loin de tout ça, je reviens d'une pause très satisfaisante qui m'a presque fait oublier le temps pourri et mes botte boueuse.

Je reviens donc vers les écuries pour continuer tranquillement mon travail et éviter de perdre trop de temps. A peine entré sous la tente, je retire mon imperméable. Je meurs de chaud en portant ça, la pluie ici n'est pas si froide, et le vent ne pénètre pas sous les toiles. Mais bon, il est vrai que je n'aurait peut être pas dû mettre ce tee-shirt à manches courtes ce matin. Enfin bon, ce n'est pas comme si c'était très important, de toute façon je l'ai déjà retiré deux fois depuis le début de la journée.

Je me rapproche des chevaux et je remarque qu'ils ont tous reporté leur attention sur quelque chose. Mince, j'espère qu'aucun client du cirque n'est venu payé une visite des tentes animalières en mon absence. En même temps pour ma défense, qui voudrait venir au cirque avec un tel temps dehors, il faudrait être vraiment idiot. Ou ne rien avoir à faire d'autre. Enfin il faut quand même que je sache qui est là, peut être quelqu'un qui s'est perdu, ou un artiste qui s'ennuyait en attendant le spectacle. Ou les deux en même temps, ça arrive de temps en temps.

Je constate une silhouette en passant dans l'allée principale. Un jeune homme, emmitouflé sous un manteau, tremblant comme une feuille. En voilà un qui ne contrôle pas très bien sa température interne. Il est plutôt grand, bien proportionné, et de dos comme ça il me donne une impression de déjà vu. Peut être quelqu'un du cirque que j'ai déjà vu ? Ou quelqu'un que j'ai vu ailleurs, mais ça commence à devenir compliqué.

« Bonjour, vous chercher quelque chose ? » Je demande en captant son attention pour qu'il se retourne vers moi. Si je m'étais attention à voir ce visage là. Je ne suis peut être pas très physionomiste, mais lui, je l'ai bien rapidement reconnu. Aslan. Un sourire apparaît sur mon visage, je suis content de le revoir !

« Ça faisait longtemps ! »

code by Chocolate cookie




~Tah Dah !!~  
It's getting harder and harder to bear, Once the crowd goes home and there's no one left to listen... Tah dah @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm who I'm ♦
avatar
AVATAR : Diego Barrueco
PSEUDO : Ariel
CREDITS : ©ArielHarcroft
TICKETS : 39
MEMBRE : 06/07/2017


MessageSujet: Re: El León de oro ☼ Asllo   Mar 14 Nov - 15:40

El León de oro

I don't want us to be strangers again.


« Ça faisait longtemps!

Alors que l'hispanique venait juste de lever les yeux, ceux-ci s'ouvrirent grand, ronds comme des ballons. Il reconnaissait les traits du jeune homme en face de lui bien trop facilement. Le français semblait plus émacié qu'à son souvenir, mais le sourire qu'il lui offrait était le même que...

Un jeune homme était étendu sur la plage, rien ne semblait indiqué qu'il était encore vivant. Son corps était boursouflé et sec, d'avoir passé bien trop de temps dans l'eau. Son t-shirt, grisâtre, ne couvrait plus que le haut de son torse, et une de ses chaussures manquait à l'appel. Il avait les lèvres bleues, presque blanches, et des crabes semblaient avoir élu domicile dans le creux de sa taille, protégé du soleil et des mouettes. Il ressemblait à un marin échoué, qu'une sirène aurait ramené sur la berge.
Sa peau rayonnait sous le soleil, claire comme celle d'un vampire, et pourtant pigmentée d'un léger olive.

Quelqu'un accourait vers lui. Un autre homme. Un homme plus fin, avec des cheveux qui partaient dans tout les sens. Il se baissa au dessus de lui, et posa l'oreille sur son cœur. Qu'il soit encore vivant tenait du miracle, mais c'était pourtant bel et bien le cas. Le marin ouvrit un instant les yeux, apercevant des boucles brunes, encadrées par le soleil, et un sourire.


Aslan ne savait pas quoi répondre. S'il n'était pas déjà sur le sol, il serait très certainement tombé, ses jambes trop faibles pour le soutenir... Il se contenta de fixer l'homme de ses souvenirs, alors que d'autres venaient se heurter à sa conscience.

L'hispanique était allongé sur le lit d'une petite maison, certainement une dépendance, ou une location touristique. Il semblait avoir reprit des couleurs, et ses vêtements avaient été changés. Du moins, il ne portait plus son affreux t-shirt dénaturé par l'eau de mer.

L'autre homme veillait à son chevet, si bien que l'on aurait pu croire qu'ils se connaissaient de bien avant. Ce n'était pourtant pas le cas, à juger du détachement professionnel dont faisait par le grand lorsqu'il devait subvenir aux besoins de son patient.

L'hispanique grommela quelque chose, ce qui réveilla le docteur, qui s'était assoupi un instant. Dehors, le soleil brillait, il arrivait à son zénith, et il serait midi dans très peu de temps. Une odeur de pot-au-feu flottait déjà jusqu'à la chambre.

Le patient ouvrit les yeux, pour retrouver voir un sourire, le même qu'il avait vu dans ses rêves. Était-il mort, était-il devant les Dieux eux-même ? Il n'en savait rien.

« Apollo ? »

Parvint-il seulement à dire, levant sa main pour se protéger de l'éblouissante lumière.

L'homme sembla surpris qu'il connaisse son nom, alors l'hispanique continua.

« Sé que los dioses, de lo contrario no sería un buen seguidor... »

« No... Hablo... Español... ? »


Les souvenirs s’enchaînaient, se superposant les uns aux autres.

« How do you say ''Apple'' ? »

« Po...mme ? »

Le français hocha la tête, toujours ce même sourire aux lèvres.

« And how do you say ''Pomme'' in spanish ? »

« Man...zana ? »


Le français souriait encore, alors que le tatoué le tenait dans ses bras pour l'amener jusqu'à sa chambre, en profitant pour l'embrasser.

« You're my savior, sunshine »


Puis finalement, vint le dernier.

« Il est l'heure de se séparer. Ça ne sert à rien de pleurer... »

« Then how comes you're the one looking sad ? »

Un silence assourdissant plana sur les deux hommes, un silence que l'hispanique voulait pouvoir briser à mains nues. Un silence qu'il voulait ôter comme un voile. Pourtant, il se contenta de prendre le français dans ses bras, passant la main dans ses cheveux et humant son odeur, pour, certainement, la dernière fois.

« Adieu, sunshine... »

Le français releva la tête, reprenant contenance avant d'offrir un dernier sourire brûlant au tatoué.


Alors que sa vue se brouillait légèrement, Aslan ne réussit qu'à former un seul mot.

« Su... Sunshine ? »

Le tatoué se mordit la lèvre un instant, rougissant légèrement alors que d'autres souvenirs remontaient à la surface, avant de se reprendre.

« Apollo ? »

made by LUMOS MAXIMA




Just Run until you Fly
©Northern Lights
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Mika
PSEUDO : Lustucru
CREDITS : Edward Khan
TICKETS : 3953
MEMBRE : 29/07/2015


MessageSujet: Re: El León de oro ☼ Asllo   Ven 17 Nov - 20:01





el león de oro // Aslan Wilmore
We are not what you think we are. We are Golden

Je... Suis un peu ému, je ne m'attendais pas à ça, mais en l'entendant m'appeler par le surnom qu'il me donnait à l'époque je sens une boule de chaleur se former dans mon cœur. C'est un peu douloureux, pas habituel, mais réellement bienvenue, comme sa simple présence ici. Il a bien changé, il est beau, peut être même plus que dans mes souvenirs alors que déjà je le trouvais particulièrement gâté par la nature quand je l'ai rencontré. J'imagine que s'il m'a reconnu c'est que pour ma part j'ai pas trop mal vieilli. Peut être qu'il n'y a que moi qui m'inquiète de mes trente années dans le fond.

« Woaw, je... je suis vraiment agréablement surpris de te revoir »

Je n'arrive pas à m'empêcher de sourire, cette bouille et les souvenirs qui l'accompagnent sont trop forts pour moi. Et peut être aussi que je me suis un peu ramolli dans mon état de glaçon. C'est vrai qu'en s'y penchant un peu, j'étais un enfoiré fini quand nous nous sommes séparé. Sans sentiments, plein de peurs et incapable de rendre à quelqu'un ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à de l'amour. Aujourd'hui j'ai appris que ma définition de l'amour est bien plus belle qu'une simple relation exclusive et pouvant prendre l'apparence d'une cage dorée.

Je me rapproche d'Aslan, je ne suis pas trop sale, une fois mon imperméable retiré, il ne me reste qu'un tee-shirt totalement sec et toujours bien blanc. La boue sur mes botte n'a pas attaqué mon pantalon, là encore je ne sais pas comment, mais j'en suis bien ravi et comme j'étais en pause juste avant, mes mains ne sont pas sales. J'entends là que j'ai pu les laver et que ce n'est pas à refaire. Du coup amicalement, j'en tends une à Aslan. Je ne sais pas trop quoi faire d'autre, ça fait très longtemps que je ne l'ai pas côtoyé et je ne sais pas comme il accueillerait une marque d'affection plus importante. Pour ma part ça ne me dérangerait cependant pas le moins du monde. Il m'a manqué ce jeune hispanophone.

« No me culpes, no puedo hablar bien el español. J'ai pas pu bien le travailler »

C'est vrai qu'après mon départ, je ne suis plus retourné en Espagne, ni même ailleurs sur Terre où on en parle la langue. Et je n'ai pas rencontré d'autres personnes qui auraient pu entretenir ce que m'avait appris Aslan. Seules quelques chansons et une bonne capacité à retenir ce que j'apprends m'a aidé à ne pas perdre totalement les bases d'espagnol qu'il m'avait enseigné. Mais parmi le possible charabia que je viens de lui proposer il y a bien quelque chose dont je me souviens. Le surnom que je lui donnais. Il m'appelait Sunshine, et je l'appelais Lunar. Le rayon de soleil et la beauté lunaire. Ce grain de beauté lunaire même.

« Comment tu vas ? » Bien j'espère. Cela me ferait mal au cœur d'apprendre qu'il se porte encore moins bien que lors de notre rencontre. Mais le doute est présent, à cause du lieu où nous nous trouvons. Le cirque c'est le rassemblement de deux opposés : ceux pour qui c'est une vocation, rêve, et du coup un épanouissement, et ceux pour qui c'est un échappatoire, une derrière planche de survie, et l'endroit le plus éloigné de tout. Je pense que le cirque est le synonyme même de l'expression « rien n'est tout noir ou tout blanc » le cirque c'est totalement les deux en même temps.

Ne me départissant pas de mon sourire pour autant, j'attends patiemment qu'il réagisse à ma main tendue, ne voulant pas le forcer, ni le couper dans sa stupeur. La surprise peut parfois faire freezer un instant la personne qui en est prise. Et puis si jamais il ne veut pas attraper ma main, quelque en soit la raison, je serais capable de comprendre, qui sait ce qui peut se passer dans la tête de quelqu'un, d'autant plus qu'on ne connaît plus aujourd'hui. J'ai presque l'impression de l'avoir rencontré dans une autre vie. Mais si le soleil a rendez vous avec la lune, alors on dirait qu'il y a bel et bien une éclipse aujourd'hui.
code by Chocolate cookie




~Tah Dah !!~  
It's getting harder and harder to bear, Once the crowd goes home and there's no one left to listen... Tah dah @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: El León de oro ☼ Asllo   

Revenir en haut Aller en bas
 
El León de oro ☼ Asllo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAVE YOU SEEN THE CLOWN ? ::  :: somewhere in the past-