UN GROS DÉSÉQUILIBRE GENRÉ NOUS TOUCHE ! uuuh

Personnages masculins inventés momentanément interdits.
(Les scénarios masculins restent ouverts, bien entendu)
Merci de privilégier les femelles ! On en a besoin gniibis

Partagez | 
 

 Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV: Blake / SI : KSS ©
TICKETS : 3450
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Jeu 28 Sep - 16:10

Il n’avait pas rêvé… C’était bien lui qu’il avait aperçu hier soir…

Il s’était levé tôt – vers 18h30 – histoire d’aller prendre son petit déjeuner pendant que les artistes arrivent petit à petit pour leur repas du soir… Quand eux terminent leur journée, lui, la commence. Comme la majorité des freaks du cirque. L’un des commis du chef cuisinier, savait qu’il prenait son petit dej’ dans sa roulotte. Mais c’est quand même lui qui vient le chercher jusque-là, histoire de se griller une clope en chemin en buvant sa tasse de café. Le commis lui avait préparé un œuf brouillé bien poivré et deux petites tartines au beurre salé. Comme d’habitude. Puis, il irait prendre sa douche et se préparer pour son show. Il aime encore faire ce petit rituel histoire de saluer les artistes avec qui il s’entend ou avec les artistes qu’il côtoie de temps en temps… Même si certains évitent encore de le regarder… Pourtant, il fait attention. Il ne sort jamais sans son pull à capuche, pour éviter que des artistes soient mal à l’aise en regardant ses tatouages. Il a conscience de ce qu’il est et de ce qu’il produit comme effet. Il ne veut pas infliger à qui que ce soit…
Mais ce soir-là, il n’y avait pas encore grand monde. Et c’est là qu’il l’aperçu… Debout avec quelques personnes autour de lui, en train de discuter. Une valise à leurs pieds. Il avait demandé au commis qui avait l’habitude de le servir et il lui répondit qu’il ne savait pas encore qui c’était, mais qu’il s’agissait du nouveau véto… Belphé’ pris son assiette et regarda une dernière fois dans sa direction… C’était bel et bien lui. Il en était sûr…

Il était repartit dans sa roulotte pour déjeuner. Il avait fait la vaisselle et l’avait ramenée au commis. Puis, il prit sa douche et il passa sa nuit à complaire ses clients. Il n’en avait eu que 5 aujourd’hui… Il put finir tôt sa journée… Il n’avait pas arrêté de penser à lui… Il lui en voulait. Mais il s'en voulait aussi... Qu’est-ce qu’il venait faire ici ?! Il se souviendra toujours de leur première rencontre et de la deuxième… Cette deuxième rencontre où Belphé lui avait confectionné un cadeau particulier. Parce que grâce à cette amitié qu'ils avaient développé étant jeunes, ils avaient un point en commun. L'amour des animaux. Luka bien plus que Belphé, certes. C'est surtout Luka qui lui a donné ce goût et cet considération consciente qu'ont certains humains envers les animaux... Du coup, Belphé lui avait offert un carnet avec une petite vingtaine de page de ses dessins d’animaux. Pour montrer qu’il pensait à lui. Il s’appliquait. Ces dessins étaient tantôt très réalistes, tantôt un peu stylisé ou géométrique... Il aimait bien dessiner au crayon. Et il s’était inspiré de manuels pour dessiner ces anatomies d’animaux. Et ce jour-là, il lui avait offert ce carnet. Chaque dessin était daté. Chaque dessin prenait du temps, et ça se voyait. Et même lorsque leur relation par lettre s’était éteinte, Belphé s’était forcé à continuer de dessiner ce genre de chose tout en pensant à lui… Du coup, il avait de quoi faire un nouveau carnet…

Après sa journée – et la nuit pour les autres – il était partit se relaver. Puis, dans sa roulotte, il avait rassemblé ses dessins qui étaient resté caché dans un tiroir depuis quelques semaines déjà… Il s’était fait une raison de son silence. Surtout depuis qu’il était partit lui rendre visite une troisième fois, mais qu’il ne l’avait pas trouvé… Les regardant les uns après les autres, il les glissa dans une enveloppe en papier brun. Format A5, qu’il glissa sous son large pull sombre.

Encapuchonné, il partit en direction de la tente du vétérinaire… Il devait être 7 ou 8 heure du matin… Il l’y attendrait. Il voulait savoir… Et puis, il voulait s’excuser aussi. S’excuser de son silence depuis qu’il était repartit en Autriche. D'un autre côté, il voulait comprendre aussi pourquoi ses dernières lettres n'avaient jamais eus de réponse...

Fumant une clope sur la route, il vit qu’il n’était pas encore là… La tente était fermée. Alors, il décida d’attendre, dans l’ombre d’une caravane. Pour éviter de trop s’exposer aux rayons lumineux qui avaient déjà pointé le bout de leurs nez…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Nick Bateman
CREDITS : .
TICKETS : 562
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Mer 4 Oct - 11:48

the detention of the silence....
Belphégore & Luka

 
Mes valises encore à côté de moi, Kit' dans son sac de voyage, j'essaye d'écouter de me concentrer sur ce que dit l'homme en face de moi. Il me sort tout son baratin sur l'organisation du cirque sans se rendre compte que je suis entrain de mourir d'ennui. Un petit attroupement s'est formé autour de nous, des curieux venus voir à quoi ressemblait le nouveau vétérinaire. Ils m'étouffent. Je n'en peux plus. Je n'ai qu'une envie c'est partir m'isoler dans un coin. Cela fait longtemps que je ne me suis pas retrouvé entouré d'une telle foule, beaucoup trop longtemps. Et je commence à me sentir mal.

Je sursaute quand l'homme m'explique qu'il va me guider à ma tente. Je sens mon coeur se figer un instant. Non... pas une tente... ce n'est pas possible... Je m'imagine déjà un petit truc réduit duquel je serais obligé d'entrer et sortir en rampant. Je ne peux pas... Je n'arriverais jamais à entrer et sortir de ce truc sans que ça se remarque, sans que ça se voit... Et je ne suis certainement pas venu pour ça. Ce cirque c'est un nouveau départ pour moi. Une nouvelle vie où personne ne me connait, où je ne suis qu'une page blanche que je peux réinventer à mon goût. Je peux ne plus être ce que je suis, ne plus être celui qui se retient de hurler cette nuit. Plus seulement cet homme qui a tout perdu, plus cet moitié d'homme... Je veux recommencer, oublier tout ça, oublier de toute les façons possibles, ne pas m'attacher et tenter d'avancer tant bien que mal. Mais comment y arriverais je si dès mon arrivée je me trouve confronté à de tels obstacles.

J'essaie de ne pas montrer la panique qui m'a envahi et me fend de mon plus beau sourire vers l'homme.

- Une tente...? Il me semblait avoir discuté d'une caravane lors de mon embauche.

Je retiens mon soupir de soulagement quand l'homme m'assure s'en souvenir mais qu'elle n'est pas encore tout à fait prête. Je l'aurais le lendemain. La tension dans mes épaules s'apaise un peu. Une nuit, ce n'est pas grand chose, je peux réussir à le faire.

Je le suis finalement jusqu'à ma tente avec mes affaires. Il me fait faire le tour du cirque en même temps, me décrivant les lieux tandis qu'on passe devant. Je tente de me concentrer cette fois sur ce qu'il me dit, de graver dans ma mémoire où tout se trouve.

Ce n'était pas ce que j'avais imaginé ce cirque. J'étais bien dans mon ancien emploi mais... après tout ça, c'était impossible d'y retourner. J'ai tenu une journée pendant laquelle leurs repas compatissants ont été une véritable torture. Je le sentais se retenir de parler en ma présence ou de rire trop fort. Comme si ce son allait être une abomination à mes oreilles. Puis je les voyais, leur regard dériver volontairement ou non vers ma jambe, essayant de deviner ce qui se cachait sous le tissu large de mon pantalon. Une seule journée, c'est ce qu'il a fallu pour que je plie bagages et que je quitte cet endroit, cette ville qui ne cessait de me crier son absence. Et puis j'ai vu cette annonce du cirque et... voilà.

Je me retrouve finalement seul devant ma petite tente, mes valises à côté de moi, Kit' commençant à raler d'être enfermé depuis si longtemps. Je profite de ce moment de solitude pour entrer et défaire mes affaires. Pourtant après à peine une heure j'ai déjà envie de fuir. Alors je sors. Je me laisse entrainer par certains membres du cirque sortant pour profiter de la ville. Je me laisse aller en boîte pour la première fois depuis longtemps, enchainant les verres et profitant de ce délicieux moment d'oubli. Puis je le suis, encore un peu abruti par tous les verres que j'ai bu. Je pense pas à grand chose, juste à ses mains sur mon corps et à toutes les sensations oubliées qu'il fait renaitre. Je me laisse faire, n'ayant plus l'envie de résister. Jusqu'à ce que ses lèvres se posent sur les miennes et que je réalise. Ce n'est pas lui... ce ne sera jamais plus lui... ce n'est qu'un inconnu, un type que je ne connais pas et dont je ne veux pas... je ne veux que lui...

Il doit être environ huit heures quand je rentre enfin. J'ai marché toute la nuit, je ne sais plus trop où ni pourquoi. J'ai juste marché pour oublier... Je ne pensais plus qu'à une chose, me reposer un peu avant de partir travailler.

Mais je me suis figé en voyant l'étrange silhouette encapuchonnée attendant devant ma tente, à l'ombre d'une caravane. Impossible de me tromper, c'était moi qu'il attendait, son regard était braqué sur ma tente et pas une autre.

Prenant une inspiration, je m'approche finalement de lui.

- Que faites vous là?

made by black arrow




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV: Blake / SI : KSS ©
TICKETS : 3450
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Mar 10 Oct - 10:13

La fumée sortant de ses lèvres telle une fumerolle d’une chambre magmatique… Avec le soleil levant, cela représentait très certainement ses dernières cigarettes ‘de la journée’, celles qui étaient sensées le détendre… Mais au lieu de ça, il avait décidé de se confronter au passé. De venir « l’affronter » en quelque sorte, ou plutôt le réveiller. Le secouer. Voir ce qu’il avait encore dans le ventre. Voir ce qu’il avait encore dans la tête. S’il se souvenait. S’il se souvenait de ce qu’il a représenté pour lui. Dans sa vie. Il l’a marqué. Par son comportement. Par sa façon d’être avec lui. Par son innocence. Par sa spontanéité naturelle et fraiche, d’un enfant de 10 ans…

Luka arrivait. Sa démarche et son visage en disaient assez long sur la première nuit qu’il venait de passer au cirque… Belphé remarqua ses yeux fatigués et son regard un peu vide… Il cachait quelque chose. Quelque chose le bouffait de l’intérieur, c’était évident. Il était comme ce petit oiseau blessé, mais trop fière pour se laisser attraper et se laisser soigner ou se laisser aider. Parce qu’il est comme ça. Parce qu’il est indépendant… Quoi qu’il en soit, il était encore trop tôt pour deviner exactement l’origine de cette boule noire qui le ronge. Ou trop tard… ça dépend du point de vue.

« - Que faites-vous là ? » lui demanda-t-il presque courageusement… Belphé soupira par le nez, faisant sortir la fumée de sa dernière taffe de cigarette. Il le regarde. Droit dans les yeux. Sans expression… Il ne se souvient pas… Pensa-t-il.
Il fit un pas. Un seul pas en avant. Vers lui. Pour sortir de l’ombre et faire découvrir son visage tatoué à son nouvel interlocuteur. Il balança sa cigarette plus loin. Il ouvrit enfin la bouche pour parler. Même s’il n’aimait pas le faire. Même si les mots ont, pour lui, un impact beaucoup plus mesuré que la plus part des gens. Il fallait qu’il les emploie pour se faire comprendre. Non. Pas pour se faire comprendre, mais au moins pour faire rejaillir les souvenirs. Pour rappeler à son ami abandonné, qui il est. Qui ils étaient l’un pour l’autre à l’époque et qui ils sont aujourd’hui.

Donc, pour répondre à sa question, Belphé répondit de sa voix neutre, calme et monocorde :

« Je viens rafraichir la mémoire d’un vieil ami. » Dit-il enfin. Il lui laissa alors le temps de réagir avant d’ajouter quoi que ce soit. Il sait à quel point l’exercice de mémoire est difficile. Il sait que certains souvenirs ne sont pas toujours faciles ou simples à se remémorer. D’autant plus que Belphé n’est pas resté longtemps dans la vie de Luka. Alors, il avait sans doute toutes les raisons du monde de l’avoir oublié. Mais pas lui… Luka a été son premier véritable ami à l’école. Son premier contacte sociale. Son premier contact humain… Quoi qu’il en dise. Peut-importe qui il est devenu aujourd’hui, il aura été et sera toujours ce premier petit garçon qui a fait fit de ses bandages pour venir lui parler.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Nick Bateman
CREDITS : .
TICKETS : 562
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Mar 10 Oct - 17:40

the detention of the silence....
Belphégore & Luka

 
Je ne suis pas rassuré. Que fait ce mec ici, tout encapuchoné, se tenant devant ma tente avec sa clope? L'angoisse me prend. Je ne suis pas de taille à me défendre, même si j'en donne l'impression. Je suis encore beaucoup trop bancale sur ma jambe même si j'arrive désormais à faire illusion. Quant à fuir... autant oublier l'idée, je ne suis plus capable de courir. Il me reste juste à espérer que ce n'est que mon imagination et le manque de sommeil qui me joue des tours, qu'il ne va rien m'arriver parce qu'un inconnu m'attend en pleine nuit, ou plutôt au petit matin. Je ne suis pas dans un thriller à la noix et un homme masqué ne va pas se jeter sur moi avec un poignard.

Pourtant quand il se retourne vers moi et qu'il retire sa capuche j'ai l'impression de replonger en plein film d'horreur. Mon visage ne trahit rien mais pourtant intérieurement j'ai senti mon coeur rater un battement. Ce mec... s'il avait voulu paraitre plus flippant il aurait difficilement pu faire mieux. Je ne vois que son visage, entièrement tatoué pour ressembler à un squelette. je ne vois pas le reste de son corps mais je devine qu'il est tout autant tatouer. On ne s'arrête pas au visage dans des cas comme le sien. Il a tout d'un freak comme ils les appellent ici. On m'en a parlé plusieurs fois. A mon embauche d'abord par mon recruteur qui voulait être sur que je ne ferais pas d'histoire ou que je ne partirais pas en courant en voyant l'un de ces "monstres". Je ne me suis pas démonté. De toute façon je ne vais jamais être confronté à l'un me suis je dis. Je ne verrais que les animaux et ceux qui travaillent avec. Puis à nouveau tout à l'heure on m'en a parlé, quand on est sorti boire. Et maintenant me voilà debout face à l'un d'eux, qui pour une raison que j'ignore semble décider à venir me voir. Je ne devrais pas, mais je tremble un peu.

« Je viens rafraichir la mémoire d’un vieil ami. »

Sa phrase ressemble à une menace, dite de cette voix trop neutre, dénué de tout timbre, de ton accent, de toute mélodie qui la rendrait un peu plus humaine. J'ai l'impression d'halluciner tellement cette rencontre est irréelle. Je dois être entrain de faire un cauchemard et cette apparition dans mon rêve doit être la mort enfin venue me chercher. Elle aurait du me prendre il y a quelques mois, dans cette voiture, elle s'est trompée et elle vient réparer son erreur en venant voir son vieil ami.

Je me retiens de me pincer pour me prouver que je ne rêve pas. J'ai trop bu et je me mets à penser n'importe quoi. C'est juste un type en face de moi, un peu flippant certes, mais juste un type qui s'est trompé de tente et qui me prend pour un autre dans le soleil levant.

- Vous vous êtes trompés d'endroit. Je viens d'arriver et je ne connais personne ici.

Mais je pensais retrouver quelqu'un en arrivant. J'avais dix ans la première fois que le cirque est venu chez moi, ce cirque là exactement. Je m'en souviens parce qu'on avait vu débarquer un gamin bizarre dans notre classe. Tout le monde s'était méfié de lui avec tout ces bandages sur lui et parce qu'il venait du cirque. Même mon frère me disait de ne pas m'approcher de lui, qu'il allait me lancer un sort ou me transformer en momie comme lui. Je ne l'ai pas cru, ça faisait longtemps que je ne le croyais plus d'ailleurs. Je suis parti le voir et malgré tout ce que les autres nous disaient, on est devenus amis.

Et puis il est parti. J'ai repris ma petite routine sans lui, son absence me pesant un peu. On s'échangeait des lettres mais ce n'était pas comme quand on se voyait tous les jours et qu'on se planquait dans un coin de la cour pour être tranquille.

Il est revenu quelques années plus tard. On était devenus deux ados mais notre amitié ne s'était pas éteinte, loin de là. On parlait de tout. Il me racontait sa vie au cirque. Moi je lui parlais de ma passion pour les animaux et de mes rêves de devenir vétérinaire. Il me donnait des dessins qu'il faisait. Je les ai tous gardés d'ailleurs, comme des reliques d'une autre époque.

Et il est reparti... cette fois notre échange de lettres n'a pas tenu. Je suis parti de chez moi, chassé par mes parents. J'ai perdu son adresse et mes parents ne m'ont bien entendu pas fait suivre les siennes. Je l'ai perdu et avec le temps je l'ai un peu oublié...

Alors quand je suis arrivé tout à l'heure j'ai questionné mes nouveaux collègues. Je savais qu'il voulait devenir artificier alors j'ai demandé l'air de rien qui occupait ce poste. Ce n'était pas lui... Je n'ai pas osé aller plus loin, trop déçu de perdre ce petit espoir auquel je me raccrochais. Il n'est pas là.

L'homme lui est toujours là, restant planté devant moi.

- Je vais vous laisser... passez une bonne journée monsieur...

Je fais quelques pas en avant, espérant qu'il comprenne que je retournais dans ma tente et que la discussion était close.

made by black arrow




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV: Blake / SI : KSS ©
TICKETS : 3450
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Mar 10 Oct - 23:18

Il ne bouge toujours pas. Ce petit oiseau blessé est étourdis et il ne comprend pas trop ce qui est en train de lui arriver… Tout n’est pas net dans sa tête et Belphé le voit. Il ne se souvient pas… Mais en même temps, il n’a pas donné suffisamment d’élément pour faire rejaillir ces souvenirs… lointains. Peut-être trop lointains que pour être de retour à la surface ?... Noyé dans l’histoire des années qui les séparent de leur belle amitié enfantine qui ne s’est éteinte que lorsque leurs vies respectives ont pris un tournant inattendu….
Belphé n’a jamais su qu’il l’avait cherché à son arrivée ici. En même temps, très peu de monde connait son véritable prénom… Mais soit. Cela aurait sans doute prouvé à Belphé que Luka se souvenait bel et bien de lui. Malgré le gouffre qui semble plus ténébreux qu’il ne l’est vraiment.

« - Vous vous êtes trompés d'endroit. Je viens d'arriver et je ne connais personne ici. »  Dit-il...

* Et si seulement tu savais à quel point je suis à ma place ici… C’est bel et bien l’endroit où je dois me trouver en ce moment-même….

Et si seulement tu savais à quel point c’est faux. Tu me connais. Mieux que personne ici d’ailleurs. Tu es le seul témoin de mon enfance. Le seul témoin de ma vie. Le seul témoin d’une vie sociale peut-être bancale aux yeux des autres êtres humains, mais une vie sociale que je qualifie de seine. Si tu savais à quel point tu es dans le faux en ce moment-même… Si tu savais à quel point ta voix fait vibrer en moi la fibre des souvenirs. Tu es le premier à être venu vers moi malgré tout ce qui se disait. Malgré mon physique atypique que j’ai troqué contre une autre apparence aujourd’hui, tout aussi atypique… Si tu savais mon ami… *


Sa voix avait légèrement changée depuis ces dernières années… Son apparence également. Sa façon d’être. De se tenir aussi… Sa démarche n’était pas des plus assurée… Pas autant qu’avant en tout cas. Même si les mots que Luka employa étaient armés de violence qu’il ne soupçonnait pas, Belphé ne cilla pas. Comme s’il était imperméable à ce genre d’attaque…

Belphé ne bougea pas. N’esquissa même pas une émotion négative ou positive. Comme s’il n’avait pas été touché par les mots de son vieil ami… Pourtant, il aurait espéré qu’avec ces derniers, Luka se sente concerné. Qu’il se sente visé par le titre de ‘vieil ami’… Que ces termes auraient tout de même pu nourrir sa réflexion. Que son visage, ses yeux ou même sa voix puissent également irriguer sa mémoire quelque peu endolorie… Mais visiblement ces éléments n’étaient pas suffisants…

Le tatoué se demanda même s’il ne le faisait pas exprès justement pour éviter d’être confronté aux gars qui ne lui a plus écrit sous prétexte de ne plus avoir de retour… Ce gars plein de bandages avec qui il a partagé une toute petite partie de sa vie… Un gars avec qui il a beaucoup partagé, mais qu’au final, il l’a oublié ou qu’il a décidé de nier aujourd’hui…

« - Je vais vous laisser... passez une bonne journée monsieur... »

Belphé le regarda faire ses deux ou trois pas en avant, mettant fin à leur court échange… Les mains dans les poches, il n’oublia pas les derniers dessins qu’il avait gardés contre lui…

* Monsieur ?... Vraiment… ? *

Puis, il décida tout de même de franchir le pas. Il allait lui poser la question. Dans le cas où il l’avait oublié, il se rappellerait de lui. Et dans le cas où il le nierait, il pourrait au moins lui fournir une petite explication en privé. Ils étaient seuls après tout…

« Depuis quand tu t’arrêtes sur l’apparence … ? »

Lui lança-t-il avec l’intonation d’une question rhétorique, lui donnant un peu plus de valeur et de nuance à l’oreille…

Il en profita pour se rapprocher à nouveau de lui et n’être qu’à un seul mètre de lui. À son côté. Puis il lui fit face à nouveau et pour la première fois depuis trop longtemps, il esquissa un sourire en coin, face à Luka et il lui rétorqua tout de suite :

«  À une époque, ça ne t’as pas empêché de m’approcher… »

Finit-il par lui dire…
Il resta néanmoins curieux de sa réaction et prudent surtout. Car si il avait décidé de le nier, Belphé risquait de s’adresser à un mur. Et plus à ce gamin qu’il avait connu à l’époque et qui avait bien grandis depuis…

* Luka… ? Est-ce bien toi … ? Es-tu encore là … ? *



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Nick Bateman
CREDITS : .
TICKETS : 562
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Ven 13 Oct - 11:54

the detention of the silence....
Belphégore & Luka

 
Il ne semble pas comprendre. Il reste planté là à me regarder et ne fait pas mine de partir. Pourtant je veux qu'il parte. Il ne peut pas rester là à me fixer quand je vais tenter de rentrer maladroitement dans ma tête. Personne ici ne doit jamais soupçonner ce qui m'arrive si je veux pouvoir repartir sur des bases saines. Et encore moins ce type étrange qui me parle de vieil ami dont je ne fais de toute évidence pas parti. Un homme comme lui, ce n'est pas vraiment le genre de personne qu'on peut oublier. Je m'en serais souvenu si je l'avais rencontré auparavant.

« Depuis quand tu t’arrêtes sur l’apparence … ? »

Je fronce les sourcils alors que ses paroles réveillent des échos en moi. Je n'y ai jamais prêté attention. Il n'y a qu'une personne au monde pour savoir à quel point je m'en suis toujours moqué. C'était Nathaniel. J'ai été le premier à m'approcher de lui, à me moquer de ses bandages. J'ai été son premier ami et il a été l'un de mes plus proches. Même si on ne s'est pas fréquenté si longtemps que ça sur la durée, nos lettres, la correspondance qu'on a entretenue a été importante pour moi. Je lui confiais mes joies et mes peines, mes problèmes avec mes parents et mon frère. Puis le temps est passé et on s'est malheureusement éloigné. Pourtant il reste de mon coeur. Je l'avoue, une part de moi espéré le retrouver ici. J'espèrais qu'il ferait pour moi ce que j'avais fait, qu'il se moquerait de l'état dans lequel j'étais, qu'il serait le seul à ne pas me regarder avec pitié parce que lui seul saurait ce que ça fait que d'être jugé différent à cause de son apparence.

Ces paroles me font mal car cet homme ne peut être mon Nathaniel, que ce qu'il me dit me rappelle trop cruellement mon ami et la façon dont je l'ai perdu.

Il s'approche de moi et je me tends légèrement, un peu effrayé à l'idée de ce qu'il pourrait se produire. Nous sommes seuls, il est encore trop tôt pour que la plupart des gens du cirque se lèvent et ceux qui se lèvent tôt sont déjà parti.

«  À une époque, ça ne t’as pas empêché de m’approcher… »

Je me fige alors que ce mince espoir que j'avais commence à devenir une certitude. Lui m'a reconnu. Je n'ai pas vraiment changé avec le temps. J'ai grandi, comme tous les gosses. Mes traits sont devenus plus adulte, plus mature. J'ai été ravagé par la vie mais ça se voit à peine, quelques signes imperceptibles mais qui n'ont certainement pas du lui échapper. Mais lui... j'ai du mal à reconnaitre mon ami et à me dire que c'est lui. Il est méconnaissable. Les bandages qui le recouvraient ont été remplacés par ces tatouages dont je ne connais pas le but. Je le sonde un moment, essayant de reconnaitre sous l'encre les traits qui m'étaient familiés mais son visage est un masque difficile à déchiffrer.

- Nath...? Ce... ce n'est pas possible...

J'ai encore une fois l'impression de rêver. J'ai du mal à réaliser que c'est mon ami devant moi. Mais maintenant, ces remarques s'emboitent pour reformer le puzzle et je n'ai pratiquement plus aucun doute.

- Mais comment? J'ai cherché à te retrouver arrivé ici. J'ai demandé qui était l'artificier du cirque puis si ils connaissaient un Nathanie... personne n'a su me renseigner... Tu n'étais pas là...

Une larme solitaire coule sur ma joue. Il est là... Le poids de toute ma peine, que j'avais presque réussi à oublier lors de ma marche, refait surface. Il ramène avec lui tellement de bons souvenirs et de mauvais aussi. Et je réalise à cet instant qu'il doit terriblement m'en vouloir de l'avoir abandoné toute ces années.

- Je... je suis désolé...

De quoi au juste, j'hésite un peu moi même. De l'avoir laissé il y a si longtemps, de ne pas avoir cherché à le retrouver plus tôt, de ne pas l'avoir reconnu, de ne plus être moi même... un peu de tout ça certainement.

made by black arrow




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV: Blake / SI : KSS ©
TICKETS : 3450
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Sam 14 Oct - 14:21

Luka fronce les sourcils… les souvenirs reviennent peu à peu à la surface… Ils se frayent un chemin. C’est douloureux, mais ils reviennent. Ils sont presque là, à la surface. Ils n’attendent qu’à revenir. Qu’à être remémoré. Qu’à être dorloté…. Mais pour ça, ils n’attendent qu’une chose. L’affirmation de l’identité de l’interlocuteur en face de lui. L’interlocuteur qui est bel est bien celui de ses souvenirs. En plus grand. En plus évolué. Mais c’est toujours lui. C’est toujours Nathaniel. Le gars au physique atypique. Le garçon solitaire. Le garçon qui ne parle pas beaucoup. Le garçon très  gentil et très à l’écoute d’autrui, malgré ce que l’on peut penser de lui…
C’est lui, l’objet même de ses souvenirs, comme Luka est l’objet même de ces mêmes souvenirs, dans l’esprit de Belphé.

La dernière phrase dite, Luka se fige. Il cherche ces traits familiers. Ces outils qui lui permettront de s’autoriser à espérer à nouveau… Les souvenirs ont enfin percé la surface en remettant les traits du garçon sur le visage de ce zombie. L’identité de l’interlocuteur est révélée et les souvenirs semblent enfin concrets. C’était bel et bien un manque de reconnaissance… et non pas un refus en bloc de cette époque. Luka ne le niait pas. Et cette preuve rassura le tatoué.

« - Nath...? Ce... ce n'est pas possible... »

Belphé afficha un sourire. Un vieux sourire qui ne s’était plus formé depuis bien trop longtemps. Ses yeux brillèrent un instant. Il était rassuré et heureux en cet instant précis. Luka se souvenait…. Luka le reconnaissait…
Ce sourire affirma alors, sans dire un mot, qu’il était bel et bien le sujet de sa phrase…

* Enfin… Il est là ! Il nous a enfin retrouvés… ! *

Luka lui expliqua ensuite, sous le coup de l’émotion :

« - Mais comment? J'ai cherché à te retrouver arrivé ici. J'ai demandé qui était l'artificier du cirque puis s’ils connaissaient un Nathaniel... personne n'a su me renseigner... Tu n'étais pas là... »

Belphé capta beaucoup de frustration dans sa dernière réplique… Mais une intention noble et honorable. Une preuve qu’il ne l’avait pas oublié et qu’il ne lui en voulait pas de son silence pendant ces dernières années… Il l’avait cherché. Il avait réellement cherché après lui, pour savoir s’il était encore ici. S’il était devenu ce qu’il lui avait confié par lettre. S’il était devenu son rêve : Maître Artificier… Maître en pyrotechnie…  Mais non. Malheureusement pour lui, il n’est jamais devenu celui qu’il voulait être. Mais il est devenu bien mieux… Il est devenu ce garçon libéré. Ce garçon qui a réussi à faire une croix sur ses détracteurs du passé… Son seul et unique détracteur du passé. Celui qui le croyait mort. Celui qui est à l’origine même de l’explication originelle de ses tatouages… ! Et celui qui est fatalement à l’origine même de sa coupure avec le monde. Puisqu’il était en prison, il n’a jamais su reprendre contact avec qui que ce soit.
Et si personne n’a su le renseigner sur un certain Nathaniel, c’était bel et bien parce qu’il avait adopté un pseudo pour se protéger. Depuis son retour d’Autriche et depuis son changement d’apprence, tout le monde l’appelait Belphégor, comme le démon biblique. Et depuis ce jour, c’est resté. Depuis 12 ans, plus personne ne connait son réel prénom, à part les témoins de son arrivée au cirque… À part les témoins de son passé… À part Luka.

* Non je n’étais pas près de toi lorsque tu es arrivé… Je t’ai regardé au loin… Je t’ai observé… Je t’ai regardé… Mais j’ai toujours été là… J’ai toujours été bel et bien là… Sans jamais oser, moi non plus, faire face à la vérité… *

Belphé regarde la larme de Luka couler sur sa joue. Cette traitresse qui témoigne du soulagement et en même temps de la déception de son ami… Et ça le touche. Même s’il ne le montre pas, comme d’habitude. Il ne montre jamais rien…

«- Je... je suis désolé... »

Le monstre noir et blanc revint soutenir le regard de Luka de ses yeux noirs.

* De quoi es-tu désolé mon ami ?... Des circonstances inévitables de notre éloignement ?... Du fait que je n’ai plus pu t’écrire ? … Du fait que tu sois parti de chez tes parents et qu’ils n’ont pas pu me dire où tu étais ? … Tu ne dois pas l’être mon ami… *

Et alors, Belphé apposa un geste qu’il n’a pas l’habitude de faire envers qui que ce soit, il posa une main solidaire sur l’épaule de son ami et lui dit d’une voix compatissante et au fond amicale :

« … je crois que nous avons beaucoup de choses à nous raconter mon Luka… »

Lui avoua-t-il, sous-entendant qu’il n’avait pas à être désolé ou alors que lui devait l’être tout autant… Ils avaient en effet, tout un morceau de leurs histoires respectives que l’autre n’avait pas suivi… Que l’autre n’avait pas eu en confidence. Et c’était surtout ces deux morceaux qui allaient leur montrer qu’ils n’auraient jamais su garder le contact, même s’ils l’avaient voulu…

Puis, d’un sourire en coin et du pouce de la main qui était posée sur son épaulé, Belphé essuya la larme sur la larme sur la joue de son ami…
Il était vraiment heureux de le revoir… Réellement !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Nick Bateman
CREDITS : .
TICKETS : 562
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Dim 15 Oct - 16:42

the detention of the silence....
Belphégore & Luka

 
Je sens sa main se poser sur mon épaule et je me sens étrangement bien. Cela fait tellement longtemps qu'on ne m'a pas touché ainsi, un doux geste de réconfort et d'amitié. Mon corps a été l'objet de soins plus ou moins douloureux, plus ou moins envahissant, pendant une longu période que je préférerais oublier. Désormais, pour moi, il n'est qu'un objet de dégout. Alors ce geste, pourtant très simple, me procure déjà un début de réconfort.

« … je crois que nous avons beaucoup de choses à nous raconter mon Luka… »

Je me mords la lèvre alors que je le sens venir essuyer la larme qui avait coulé insidieusement sur ma joue. Je me redresse et tente de me resaisir un peu.

- Ouais... viens on va s'installer dans ma tente on y sera plus à l'aise pour parler.

Je fais quelques pas et ouvre le battant de la tente, soupirant en voyant ma boule de poil jaillir comme une fusée et me sauter dessus en mode excité. Il a même pas un an et il est déjà entrain de me rendre fou ce con de chien. Je jete un coup d'oeil à Nathaniel qui est entrain de se faire sauter dessus par l'autre excité. Je pars le chercher en soupirant et le prend dans mes bras.

- Désolé pour ça c'est... c'est Kit Kat... il a pas apprécié de passer la nuit tout seule là dedans... et puis il est un peu con.

Je rentre maladroitement dans la tente, essayant de cacher du mieux possible ma gêne. Mais je doute qu'il soit dupe, il a toujours été beaucoup trop observateur. Je rentre et laisse tomber le chien sur mon lit à mes côtés, lui tendant un os pour qu'il joue avec. Au moins il nous foutra un peu la paix.

Je soupire et sors un paquet de cigarette de ma poche et m'en grille une pour me détendre. On a beaucoup de choses à dire c'est vrai, mais je ne sais pas si je suis prêt à tout lui raconter. C'est mon ami et je sais qu'il peut tout entendre mais un part de moi continue à avoir peur de me dévoiler.

- Je suis désolé de ne plus t'avoir écris... Quand mes parents m'ont foutu à la porte j'ai à peine eu le temps de prendre le strict minimum avant de partir. Quelques vêtements, mes cours, un peu d'argent... je n'ai pas eu le temps de prendre ton adresse avec moi. Et puis... mes parents n'étaient pas vraiment d'accord pour me faire suivre mon courrier.

Ils avaient même plutôt fait comme si je n'existais plus, comme si je n'avais jamais fait parti de leur vie. Avoir un fils pédé était beaucoup plus dur à encaisser pour eux que d'avoir un fils trafiquant de drogues. C'était donc moi qu'is avaient mis dehors et avec qui je n'avais plus eu aucun contact depuis ce jour. Je ne m'en porte pas plus mal, mais sur le moment la pilule a été plutôt dure à avaler.

- Mais toi qu'est ce qui s'est passé? D'après ta dernière lettre, je m'attendais à te retrouver artificier ici. Mais vu ce qu'on m'a dit ce n'est pas le cas.

Je n'ose pas poser la question pour ses tatouages. C'est un sujet que je trouve beaucoup trop délicat. Il m'en parlera s'il se sent prêt. Je n'insisterais pas là dessus. Mais je veux quand même comprendre ce qui s'est passé dans sa vie pour qu'il ne soit pas là où je l'attendais.

made by black arrow




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV: Blake / SI : KSS ©
TICKETS : 3450
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Dim 22 Oct - 16:37

Luka se raidit quelque peu lorsque Belphé vint essuyer sa larme, de son pouce. Par fierté ? Par non-acceptation de montrer qu’il est touché ? … Peut-être. En tout cas, le contacte physique n’est clairement plus un phénomène avec lequel il est à l’aise. Même devant son ami d’enfance… Même devant celui avec qui, ils ont partagé tant de chose étant petit… Même devant celui avec qui il a partagé tant de secrets et de confidence. Pas toutes, certes. Mais certaines déjà fort importantes ! … Cette transcription, cette réaction est porteuse de sens et d’un lot de significations pour le tatoué. Comme quoi, lorsqu’on dit que la communication n’est qu’à 10% verbale, 90% physique, il n’y a rien de plus vrai… !  

« Ouais... viens on va s'installer dans ma tente on y sera plus à l'aise pour parler. »

Il invite son ami à entrer sous sa tente et Belphé ne se fait pas prier. Il entre. Il connait déjà les lieux, forcément. Étant déjà venu ici, où l’ancien vétérinaire bossait. Ils n’étaient pas aussi proche, certes. Mais depuis le temps que le tatoué exerce ici, ce serait tout de même dommage que certains lieux lui restent inconnus… !

L’accueil y est plutôt énergique ! À peine rentré, le monstre se fait sauter dessus par Kit Kat, le chiot de Luka… Il est jeune. Ça se voit. Il est très énergique et il a le poil doux ! Nathaniel le caresse en souriant, amusé de cet accueil et de la situation !

« Désolé pour ça c'est... c'est Kit Kat... il n’a pas apprécié de passer la nuit tout seule là-dedans... et puis il est un peu con. »

Nath’ rigole un peu. Luka tente de lui donner de l’occupation pour qu’ils puissent discuter tranquillement. Les animaux n’ont jamais été un réel souci pour le prostitué. D’ailleurs, lorsqu’ils étaient enfants, c’était quelque chose qu’ils partageaient beaucoup. Tant Luka dans le soin et l’attention qu’il leur procurait, tant Nath’ dans la beauté et leur complexité physique à les dessiner… Chacun sa passion. Mais le sujet est le même. Chacun sa sensibilité, bien que Nath’ serait tout bonnement incapable de faire du mal à qui que ce soit…

Luka sort un paquet de cigarette. Belphé le regarde… Sa façon de la tenir et de l’allumer… Il y a vraiment beaucoup de chose à dire et à rattraper ! Des choses blessantes et lourdes… Des choses graves se sont passées… Pour s’allumer une cigarette avant même d’entamer le débat, c’est que ça va être long et éprouvant… Faire sortir de telles bombes du passé. Les exposer en plein jour. Les déterrer… Un instant, le tatoué s’en veut de le voir appréhender leur prochaine confidence… Sans doute n’était-il pas prêt. Sans doute ne le sera-t-il peut-être jamais… Peut-être que si. Mais peut-être pas maintenant ?

« Je suis désolé de ne plus t'avoir écrit... Quand mes parents m'ont foutu à la porte j'ai à peine eu le temps de prendre le strict minimum avant de partir. Quelques vêtements, mes cours, un peu d'argent... je n'ai pas eu le temps de prendre ton adresse avec moi. Et puis... mes parents n'étaient pas vraiment d'accord pour me faire suivre mon courrier. »

Ça, Nath’ l’avait plutôt bien compris lorsqu’il s’était rendu chez lui pour tenter de prendre de ses nouvelles… Ses parents n’avaient pas tellement été des plus accueillants… ! Ils avaient même prétexté ne plus avoir d’enfant… ! Bien que cela soit choquant, Nath’ s’était montré très neutre et très froid à cette nouvelle sortie de leur propre bouche. Suivi d’une porte claquée au nez… Il s’était passé quelque chose… Quelque chose dont ils avaient honte… Vraiment honte ! … Connaissant ses parents, Nath’ c’était dit qu’ils avaient dû trouver quelque chose qui n’entraient pas dans leurs convictions. Dans leurs habitudes… Dans leur conception des choses… Nath’ c’était laissé à penser que Luka leur avait annoncé sa préférence sexuelle pour le genre masculin et qu’ils ne l’avaient pas accepté… Il n’était pas loin de la vérité, certes. Mais ça ne l’était quand même pas.
Donc, évènement qui l’aurait mis à la porte… Depuis, il a été incapable d’écrire à son ami, n’ayant tout simplement plus les moyens de le faire… Belphé pensa qu’il aurait pu chercher le cirque pour reprendre l’adresse… Mais même s’il l’aurait fait, il n’aurait pas trouvé Nath’. Puisque cette année-là, il est parti en Autriche… De fait, il pensa alors que lui aussi avait dû changer carrément de pays !

Luka n’avait pas l’air d’être plus accablé que ça par le fait d’avoir été mis à la porte de chez ses parents… C’était quelque chose qu’il assumait, visiblement. Il préférait donc vivre libre qu’enfermé dans un monde qui n’est pas le sien. C’est tout à son honneur ! Finalement le monstre s’en trouva rassuré…

« Mais toi qu'est ce qui s'est passé? D'après ta dernière lettre, je m'attendais à te retrouver artificier ici. Mais vu ce qu'on m'a dit ce n'est pas le cas. »

Assis en face de lui, ayant une petite table avec un cendrier qui les sépare, Belphé sort son paquet de cigarette à son tour et s’en allume une… Ayant la même démarche que son ami, il lui fait comprendre indirectement que pour lui aussi, un évènement plutôt dur est derrière son silence.
Soufflant sa première bouffée, il dit alors :

« J’en suis interdit… » Dit-il dans un premier temps, pour planter le décor... « À présent, j’exhibe mon corps en donnant du plaisir charnel aux plus audacieux de mes clients, sous le pseudonyme de Belphégor… »

Finit-il par dire pour répondre aux informations dites à Luka, concernant un certain artificier du nom de Nathaniel, inconnu de tous… * Tu n’imagines même pas quel point le plaisir que je vois en eux et d’autant plus supérieur que celui que je voyais lorsque je faisais péter des explosifs et des artifices devant leurs yeux… Maintenant, ils sont actifs et/ou acteur de leur propre spectacle et leur retour en est que plus vivifiant … ! … Si tu pouvais les voir mon Luka… tu comprendrais … ! * En somme, il venait de lui avouer quel était son rôle au sein du cirque. Un monstre exhibitionniste et prostitué qui a un succès montant dans le cirque nocturne… Le mystère restait sur le pourquoi de l’interdiction de l’artifice… Mais visiblement, les deux amis rentrèrent dans un jeu où chacun à son tour, exposerait une information de leur passé.

Tirant sur sa cigarette, il avoua à son ami :

« J’ai voulu te rendre visite après ton départ… Tes géniteurs ont prétendu, ne plus avoir de fils… Quelle valeur de leurs esprits conditionnés as-tu bousculé pour provoquer une telle réaction ?... »

Dit-il en souriant un peu pour détendre l’atmosphère… Belphé se doutait déjà de ce dont il s’agissait… Mais par cette question, il voulait surtout détendre Luka et démystifier ce fait. Luka s’assume. Ça se voit, ça se ressent… Mais c’est quelque chose d’autre qui est poignardé… On en est pas loin…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Nick Bateman
CREDITS : .
TICKETS : 562
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Mar 24 Oct - 17:30

the detention of the silence....
Belphégore & Luka

 
Je le vois s'installer face à moi et sortit à son tour son paquet de cigarettes pour s'en griller une. Comme moi, je devine qu'il cherche un certain réconfort et surement une dose de courage dans ce geste. Cette discussion va être éprouvante, aussi bien pour lui que pour moi. Il s'est passé trop de choses dans nos vies respectives pour qu'on appréhende cette discussion sereinement. J'ai perdu une partie de mon corps et une partie de mon âme... Je ne sais pas ce qui lui est arrivé, pas encore, mais je devine qu'il a traversé des moments difficiles, l'abandon de sa carrière et ses tatouages en sont des preuves.

« J’en suis interdit… À présent, j’exhibe mon corps en donnant du plaisir charnel aux plus audacieux de mes clients, sous le pseudonyme de Belphégor… »

Je le regarde surpris, presque choqué par ses révélations. Il y a beaucoup de choses qu'il ne me dit pas encore. Pourquoi en a-t-il été interdit? Qu'a-t-il bien pu faire pour en arriver là, pour perdre son rêve? Et pourquoi entre toutes a-t-il choisi cette carrière? Et ces tatouages..? Et ce pseudonyme? Trop de questions se bousculent dans mon esprit alors que je tente d'y faire le tri. Je ne sais pas tout de ce qui s'est passé mais je devine que lui aussi il a du en baver.

Je me mords la lèvre, mal à l'aise, tout en réfléchissant à la question que je pourrais lui poser. Celles qui me brûlent les lèvres me semblent toute inapproprié pour le momen. On commence à peine pour se confier. Il est trop tôt pour que je lui demande comment il a pu en arriver à vendre son cul? Parce que c'est bien ce que sous entendait ses paroles. Et son visage, si inexpressif, si différent du Nath' que j'ai connu ne me laisse pas deviner si cette carrière est un choix assumé ou un fait par dépit.

Pourtant je n'ai pas le temps de poser ma question qu'il enchaine.

« J’ai voulu te rendre visite après ton départ… Tes géniteurs ont prétendu, ne plus avoir de fils… Quelle valeur de leurs esprits conditionnés as-tu bousculé pour provoquer une telle réaction ?... »

Je laisse échapper un petit rire désabusé. Ils n'ont plus de fils? Ca ne m'étonne tellement pas d'eux ce genre de remarque. Mon frère, à la limite, on peut presque comprendre leur réaction. C'est un dealeur, un criminel à leurs yeux. Je ne sais pas ce qu'il devient et ça m'est égal. Il peut très bien croupir en prison ou dans un caniveau ça me fait le même effet. Il n'a pas été là pour moi quand nos parents m'ont foutu à la porte. Oh certes il n'était pas de leur côté mais son indifférence m'a tout autant blessé. Alors oui je peux presque comprendre mes parents quand ils lui ont tourné le dos, même si il leur reste leur fils. Mais moi... mon seul crime a été d'aimer une personne du même sexe que moi. Même pas quelqu'un de mauvais pour moi ou pour les autres, non... juste un mec... Ca leur a suffit pour me renier de leur vie.

Je tire une bouffée de ma cigarette avant de me lancer dans mon explication un léger sourire aux lèvres.

- La sainte valeur qui dit qu'on ne doit pas fourrer sa queue dans le cul d'un autre mec... On était entrain de se rhabiller quand ils sont arrivés mais ils ont très bien compris ce qui se passait. Ils m'ont traité de monstre et m'ont mis à la porte. Alors qu'ils m'aient renié ça ne me surprend pas vraiment.

Et ça ne me déçoit même plus. J'en ai pris mon parti depuis le temps. Je n'allais pas changer ce que je suis simplement pour me conformer à leur vision étriqué de la vie. J'ai vécu comme j'en avais envie et je n'en éprouve aucun regret. Je préfère prendre ça à la rigolade maintenant.

C'est maintenant mon tour, si tant est qu'on se lance dans un jeu de questions réponses, chacun de nous posant sa question à son tour.

- Pourquoi tu es interdit de feux d'artifice? Qu'est ce qui s'est passé?

Je crois que c'est la moins pire des questions même si je sens qu'elle va être difficile pour lui.


made by black arrow




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV: Blake / SI : KSS ©
TICKETS : 3450
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Jeu 26 Oct - 18:13

À sa première réflexion, Belphé l’observe… Il est surpris de ce qu’il entend. Réceptif à ses mots, il comprend qu’un évènement, ou plusieurs, l’ont empêché – lui aussi – de garder le contact. Des évènements ayant un certain degré de gravité pour l’empêcher de sauver ce contacte qui lui était si précieux. Parce qu’une amitié comme la sienne, Belphé ne pouvait guère prétendre à les collectionner… !

Tout comme sa précédente révélation, elle suscite tout autant de questions qui restent sans réponse… pour le moment. Le monstre n’est pas du genre à cacher quoi que ce soit à Luka. Il lui a toujours tout dit. Que ce soit dans leurs confidences ou dans leur échange de lettres…

Luka se mord la lèvre. Bel le voit. Il sait qu’il veut en savoir plus. Mais qu’il ne s’inquiète pas. Il donnera toujours réponse à ses interrogations. Comme il l’a toujours fait ! … D’une manière ou d’une autre. En mettant des mots ou pas, il saura…

À sa deuxième réflexion-question, Luka laisse échapper un rictus… Visiblement, il apprend cette nouvelle sans trop d’étonnement… Tirant à nouveau, il répond en même temps :

« La sainte valeur qui dit qu'on ne doit pas fourrer sa queue dans le cul d'un autre mec... On était en train de se rhabiller quand ils sont arrivés mais ils ont très bien compris ce qui se passait. Ils m'ont traité de monstre et m'ont mis à la porte. Alors qu'ils m'aient renié ça ne me surprend pas vraiment. »

Le tatoué en était pratiquement sur… Maintenant que ses soupçons étaient confirmés, celui-ci ne laissa rien paraitre sur son visage, comme d’habitude. Vide et neutre face à ce genre d’information, de réaction et de vocabulaire, Bel se doute que Luka n’est pas du genre à se laisser abattre par si peu…  Il n’expliquait par-là que la façon dont il s’est retrouvé dehors après tout… Mais il songea. Est-ce que c’était lui qui trouvait ça trop ‘banal’ pour ne pas sentir la gravité de la situation ? Ou bien n’était-ce que la surface émergeante de l’iceberg… ? L’instant d’après, Bel regrettait… il regrettait de ne pas avoir été là pour lui… Alors que son ami se faisait mettre à la porte de chez lui, lui était en train de s’occuper de ses petites affaires en Autriche… Empreint d’une vengeance purement égoïste et égocentrique, il s’en voulait un peu… Il baissa les yeux le temps d’une seconde. Montrant qu’il était désolé. Désolé pour lui. Désolé pour ça. Désolé de ne pas avoir été là. Désolé de n’avoir pas su. Désolée de ne pas avoir deviné. Désolé de ne pas avoir su prédire…

« Pourquoi tu es interdit de feux d'artifice? Qu'est ce qui s'est passé? »

Regagnant le contact visuel, Bel exerce le même schéma. Une bouffée de nicotine et il répondit spontanément :

« J’ai atteint l’apothéose de ma carrière… »

Commença-t-il. Il fit tomber la cendre de sa cigarette dans un cendrier de fortune où il voyait déjà des mégots, tout en vérifiant par l’ouïe qu’il n’y avait pas de bruit dehors trahissant d’une oreille trop curieuse, puis il poursuivi :

« Le lendemain de ma majorité, j’ai pris l’avion pour l’Autriche sans rien dire à personne. J’ai retrouvé la maison de mon père et le lendemain matin, après qu’il soit partit, j’y ai mis le feu… Tout a brûlé... C’était le plus beau spectacle qu’il m’a été donné de réaliser… Mon chef d’œuvre ! »

Bel osa afficher un léger sourire en coin montrant sa satisfaction. À aucun moment il n’a regretté ce qu’il a fait… Si ce n’est, de ne pas avoir eu l’occasion de le faire plus tôt…

« Les artifices ont empêché les pompiers d’intervenir. J’ai vu tant de choses dans le regard de mon géniteur que cela l’a presque rendu humain à mes yeux… Une bonne partie de sa fortune réduite en cendre par un fils qu’il croyait mort… Imagine… »

Il regarda Luka, réceptionnant alors ses pensées du moment…

« … À la suite de ça, il m’a fait enfermer. Après la prison, je suis rentré au cirque en compagnie de ma mère que j’étais venu chercher, sous l’interdiction d’exercer mon art et d’en divulguer les raisons… »

Finit-il par préciser. Le tatoué n’avait pas l’air choqué ni même blessé de ce qu’il c’était passé pour lui… La prison, il l’avait plutôt bien vécu… Jamais il n’avait nié les faits. Il était venu chercher sa mère. Ca a toujours été sa mission et il l’a réussie, même si cela lui avait pris plus de temps que prévu… Jamais un regret… Après tout, il était devenu un homme ! Il venait de grandir. De passer une étape. Un stade de sa vie. Une étape importante pour lui. Il venait de renaître… Tant aux yeux du monde, qu’aux yeux du pire être humain qui lui a été donné de rencontrer jusqu’à présent.  

Ainsi, Luka n’avait plus le choix de supporter le secret. Il savait… Mais quoi qu’il en soit, ce secret n’était pas lourd à porter… Et puis, il s’agissait de Luka. Si Bel pouvait avoir une confiance aveugle en quelqu’un, c’était bien lui… Ou en tout cas, le Luka qu’il avait connu il y a quelques années… Est-ce que le nouveau Luka serait fidèle à cette qualité que Bel lui a toujours reconnue ? Il en est intimement persuadé…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Nick Bateman
CREDITS : .
TICKETS : 562
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Sam 28 Oct - 17:42

the detention of the silence....
Belphégore & Luka

 
Il plonge son regard dans le mien alors que j'attends sagement qu'il me réponde. Il répète ce rituel qu'on a mis en place depuis le début de notre entretien. Une bouffée de cigarette pour se donner du courage, puis une réponse difficile, vient ensuite la question à l'autre et le manège recommence.

« J’ai atteint l’apothéose de ma carrière… »

Je fronce un peu les sourcils, ne comprenant pas où il veut en venir. En quoi le fait d'avoir atteint l'apothéose de sa carrière justifie qu'il s'en est fait virer? J'attends à nouveau qu'il précise sa pensée, qu'il m'explique ce qui lui est arrivé.

« Le lendemain de ma majorité, j’ai pris l’avion pour l’Autriche sans rien dire à personne. J’ai retrouvé la maison de mon père et le lendemain matin, après qu’il soit partit, j’y ai mis le feu… Tout a brûlé... C’était le plus beau spectacle qu’il m’a été donné de réaliser… Mon chef d’œuvre ! »

Mon visage ne trahit aucune émotion alors qu'il m'avoue avoir commis un crime. Je le comprends. Il m'a déjà parlé de son père. Je connais par coeur la souffrance qu'il ressentait à l'évoquer enfant. Je ne suis pas étonné qu'il ait cherché à se venger. Ne ferais je pas la même chose pour mes parents? Non c'est un mauvais exemple, je ne leur en veux pas d'être ce qu'ils sont. J'ai fait ma vie sans eux et je les ai oublié. Non... je ferais la même chose, voir même pire, si je retrouvais l'homme qui nous a foncé dedans. Je sais qu'il est en prison pour quelques années mais je ne sais rien de plus. Je ne veux pas connaitre son nom ni son visage car après je serais tenté de me venger. Et je ferais certainement pire que de mettre le feu à sa maison.

« Les artifices ont empêché les pompiers d’intervenir. J’ai vu tant de choses dans le regard de mon géniteur que cela l’a presque rendu humain à mes yeux… Une bonne partie de sa fortune réduite en cendre par un fils qu’il croyait mort… Imagine… »

Oui j'imagine très bien... la vengeance parfaite. Je le comprends, mais j'ai peur de découvrir ce que cette vengeance a pu lui couter, en plus de son interdiction d'exercer le métier dont il rêvait.

« … À la suite de ça, il m’a fait enfermer. Après la prison, je suis rentré au cirque en compagnie de ma mère que j’étais venu chercher, sous l’interdiction d’exercer mon art et d’en divulguer les raisons… »

Je pose ma cigarette sur le cendrier et me penche en avant pour poser ma main sur la sienne. Je regrette encore plus de ne pas avoir gardé le contact avec lui, de ne pas avoir été là alors qu'il en avait besoin.

- Je suis désolé...

Je m'en veux pour tellement de choses que ce serait difficile de tout sortir maintenant. Mais je suis heureux de l'avoir retrouvé alors que je pensais ne plus jamais le revoir. J'attends un peu, c'est son tour désormais et je redoute ses prochaines questions. J'ai peur qu'une question pour lui anodine ne me pousse à raconter des choses trop douloureuses. Je ne voudrais pas en parler mais je sais que je dois le faire. Ne serait ce que parce qu'il a été honnête avec moi, je lui dois bien ça. Mais aussi parce que c'est Nath, et que je sais que je peux tout lui dire.

J'attends... mais ses questions ne viennent pas. Je lâche finalement sa main et reprend ma cigarette, tirant une bouffée dessus. J'ai tellement de questions à lui poser encore que je profite de son silence pour rompre notre rituel et poser une question à nouveau.

- Pourquoi ces tatouages et... pourquoi ce travail? Tu... tu es heureux maintenant?

C'est bien ce qui m'importe le plus. Je tiens à mon ami et je veux le voir heureux, savoir que sa vie n'a pas complètement été gâché par son père.
made by black arrow




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV: Blake / SI : KSS ©
TICKETS : 3450
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Mar 31 Oct - 12:44

Le surveillant du regard, Luka n’avait rien laissé transparaître sur son visage… Bel en déduis qu’il n’était peut-être pas étonné de sa démarche et de sa réaction envers son géniteur… C’est vrai qu’il lui en avait déjà parlé lorsqu’ils étaient petits. Avec le temps, Luka avait du comprendre que cette situation n’était pas naturelle et pourtant, c’était tout ce que Nath’ connaissait alors… Il faut souvent du temps pour réaliser la nature des choses lors qu’on est dedans et qu’on ne connait que ça… C’est une prison trop subtile pour l’esprit d’une enfant.
Mais son père était allé trop loin… Il était venu chercher sa mère. Sa propre mère. Celle qui l’avait sorti de ce monde inhumain. Celle qui lui a fait découvrir ce nouveau monde de tous les possibles… Pour le protéger. Pour qu’il puisse grandir dans un monde plus ‘vivant’ que celui qu’il avait connu entre les murs de cette maisons… Il était venu lui enlever cet ange gardien. Il était venu la rechercher… De ses serres viles et pourries par le vice, il était venu rechercher l’être qu’il a toujours aimé… D’un amour peut-être un peu trop violent certes, mais elle ne s’est pas défendue, laissant son enfant ‘pour mort’ pour éviter justement qu’il ne revive ce qu’il a vécu… Ce geste de sauvetage, Nath’ le lui a rendu en revenant la chercher en Autriche, la tirant des griffes de son bourreaux paternel.

Belphégor termine sa conclusion en avouant à Luka, son séjour en prison que personne n’est sensé savoir… même pas lui, techniquement !
Il pose sa cigarette sur le cendrier et il pose sa main sur celle de du montre. Ce geste… Ce simple geste de contacte et de soutient… Nath’ est encore sensible… Nath’ est encore touché par cette nature chez Luka, qui repousse l’image physique et qui brave les barrières habituelles des êtres humains et de leurs réactions instinctives… Luka n’est pas comme eux. Il s’en fout. Il se fiche bien de l’aspect physique de Bel’, tout comme il se fichait bien de l’aspect physique de Nath’, le petit garçon qu’il avait rencontré il y a bien longtemps. Ce contacte le marqua… Ce simple contacte lui renvoya l’image de leur rencontre et du premier contact physique. La main de Luka et celle de Nathaniel sans complexe, qui s’attrapaient et qui se tenaient… Faisant fi des bandages. Faisant fi de tout le reste…
Les yeux de Bel’ se mirent à briller au souvenir en image produit par ce contacte presqu’oublié…

« Je suis désolé… »

Lui confia-t-il… Ses yeux brillants, il revint prendre le contact visuel avec son ami.

* Si seulement tu savais à quel point moi aussi je suis désolé de n’avoir pu te donner de nouvelles… De n’avoir pas cherché plus loin lorsque je suis revenu… D’avoir presque abandonné l’idée… D’être resté sur celle que tu étais parti faire ta vie ailleurs, en pensant que tu gardais un mauvais souvenir de moi, t’ayant trahis d’une certaine façon… *

Normalement, c’était au tour de Belphé’ de poser une question… Mais sa gorge commença à se serrer… Trop d’émotions, trop de souvenirs commençaient à refaire surface et le monstre voulait en profiter… Ce contacte trop déstabilisant pour lui, lui avait tellement manqué… Il ne s’attendait pas à ce que l’absence de Luka ait creusé un tel gouffre en lui… Il pensait être plus fort que ça. Moins sensible que ça… Mais non. Sur ses propres faits, la digestion est faite. Mais sur ses propres manquements, visiblement, ce n’était pas encore le cas…
Alors, il laissa le silence à la place de sa voix, profitant de la chaleur que la paume de la main de son ami dégageait sur le revers de la sienne…

* Sans le savoir mon amis, tu viens d’exercer sur moi, une pression qui me paralyse… Tu viens de me mettre en prison à nouveau… Mais si tu savais à quel point ça m’avait manqué de te toucher et de ressentir ton contact si humain et si spontané… ?! *

« - Pourquoi ces tatouages et... pourquoi ce travail? Tu... tu es heureux maintenant? »

Ravalant sa fausse fierté, Belphé prit quelques secondes avant de reprendre le rituel qu’ils s’étaient imposé… Il tira sur sa cigarette, et en soufflant, il répondit :

« Ce jour-là, je suis né une deuxième fois… J’ai compris qui j’étais. Mon père me pensait mort et pour lui, je n’étais qu’un démon abominable sorti d’outre-tombe pour se venger alors, lorsque je suis rentré, j’ai décidé d’incarner cette nouvelle personne que je suis devenu là-bas. Mon oncle m’a entièrement tatoué pour "cacher mes cicatrices" et on m’a baptisé Belphégor comme le démon biblique… »

Affichant un sourire sincère et entier cette fois, il ajouta en se penchant vers Luka pour appuyer la sincérité de ces prochains mots :

« … et crois-moi, je ne me suis jamais sentis si vivant et si heureux depuis cette renaissance... Dans les yeux de mes clients, je vois encore plus de peur et de plaisir que lorsque je faisais mes spectacles pyrotechniques… Si tu voyais toute la jouissance flamboyante qu’ils ont dans leurs regards en me contemplant, en me touchant et parfois en me laissant pénétrer leur corps,… c’est une dépendance à laquelle je ne suis pas prêt de renoncer… »

Finit-il par dire dans un murmure presque ignoble et salace… On pourrait le prendre pour un fou ou un pervers. Mais il sait que Luka comprendra… S’il a compris sa passion pour la pyrotechnie alors, il comprendra sa passion pour la prostitution et l’exhibition de son corps… La peur n’a jamais autant suscité d’endorphine que les attractions à sensations fortes ! En tant que vétérinaire, ayant un pied dans le monde médical, il doit comprendre au moins ça… !

* … et voilà, tu sais tout maintenant. *

Il se repositionna sur sa chaise, s’appuyant à nouveau sur son dossier.
Puis, regardant Luka, il lui fit comprendre que ça allait être à son tour de répondre à sa prochaine question… Et que celle-ci allait être dur… très certainement ! Alors, il allait s’y prendre autrement. Jouer avec les mots a toujours été un art qu’il avait appris à maîtriser d’année en année…

* Je sais… je sens que tu es profondément blessé mon ami… Mais si tu n’es pas prêt alors, garde le silence. *

« Est-ce que tu veux me raconter ce qu’il s’est passé après ta libération … ? »

Il préféra utiliser le terme ‘Libération’ plutôt qu’autre chose, parce que c’est ce qu’il avait l’impression que ça représentait pour lui…

C’est ce qu’il répondit, comme s’il savait qu’il c’était passé quelque chose… Mais avec cette question tournée de la sorte, il ne forçait Luka en rien. Il le prévenait juste qu’il savait que quelque chose l’avait profondément blessé et qu’il n’était pas obligé de tout lui déballer… Ni maintenant, ni plus tard… S’il voulait garder ça pour lui, il le respecterait. S’il voulait le partager alors, Belphé l’aiderait à supporter ce poids lourd… Cette expérience de vie qui marque un être au fer rouge et pour longtemps… Cette expérience que vous change un ange en prisonnier solitaire…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Nick Bateman
CREDITS : .
TICKETS : 562
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Mer 1 Nov - 18:39

the detention of the silence....
Belphégore & Luka

 
« Ce jour-là, je suis né une deuxième fois… J’ai compris qui j’étais. Mon père me pensait mort et pour lui, je n’étais qu’un démon abominable sorti d’outre-tombe pour se venger alors, lorsque je suis rentré, j’ai décidé d’incarner cette nouvelle personne que je suis devenu là-bas. Mon oncle m’a entièrement tatoué pour "cacher mes cicatrices" et on m’a baptisé Belphégor comme le démon biblique… »

Ca, je le comprends tout à fait. Il avait besoin de renouveau après ce qui s'est passé, de se retrouver et d'enterrer à tout jamais celui qu'il avait été, ce garçon que son père propre cachait par honte. Il s'était retrouvé lui même cette nuit là et ses tatouages lui avaient permis de repartir sur des bases plus saines. Je me rappelle encore son regard surpris quand je lui avais pris la main pour la première fois, malgré ses bandages. J'ai compris à son regard que c'était la première fois qu'on agissait ainsi avec lui. Pour moi c'était naturel, ce n'était pas quelques bandages qui allaient me faire fuir. Surtout que ce n'était pas contagieux je lui avais déjà demandé. Je m'étais insurgé contre ces gens qui refusaient de le toucher à cause de quelques bandes. Il était mon ami et je m'en foutais complètement. Je ne comprenais pas bien, tout gamin que j'étais, à quel point mon geste avait pu le toucher à l'époque.

"« … et crois-moi, je ne me suis jamais sentis si vivant et si heureux depuis cette renaissance... Dans les yeux de mes clients, je vois encore plus de peur et de plaisir que lorsque je faisais mes spectacles pyrotechniques… Si tu voyais toute la jouissance flamboyante qu’ils ont dans leurs regards en me contemplant, en me touchant et parfois en me laissant pénétrer leur corps,… c’est une dépendance à laquelle je ne suis pas prêt de renoncer… »

Je lui offre un léger sourire en réponse à ses paroles. Ce n'était pas le genre de carrière que je pensais qu'il embrasserait un jour. Je l'avoue, j'ai cette image un peu ringarde des prostitués qui ne font pas ça par choix, qui choisissent ce métier parce qu'ils n'ont plus rien d'autre et qui en haïsse chaque instant. Mais je vois dans le regard de Nath' que ce n'est pas le cas. Il y a un plaisir chez lui à voir cette lueur qu'il allume dans le regard de ces clients. Une certaine part de revanche aussi peut être, lui dont le contact répugnait les gens autrefois, se fait maintenant payer pour ça.

« Est-ce que tu veux me raconter ce qu’il s’est passé après ta libération … ? »

Je souris légèrement en entendant le mot "libération". C'est tellement vrai que ça en est presque drôle. Ils ont cru me faire du mal, me mettre dans la merde en me virant de chez eux, alors qu'en fait ils m'ont juste permis de m'enfuir de cette prison dans laquelle ils m'avaient enfermé.

Je me redresse et lâche sa main. J'ai besoin de reprendre ma cigarette, de reprendre une dose de courage en même temps que de nicotine, pour continuer mon histoire. J'ai fait le plus facile. Maintenant je sais que les mots auront du mal à sortir de ma gorge. Pas les premiers, ceux là seront faciles, mais tout ceux qui suivent le moment où je l'ai rencontré... Penser à lui me fait encore beaucoup trop souffrir.

Je laisse la fumée s'écouler lentement entre mes lèvres avant de me lancer dans la suite de mon récit.

- J'ai terminé mes études de vétérinaire... comme tu t'en doutes.

Je souris, pour cette petite blague que j'ai lancé, mais surtout pour chasser le malaise qui m'a saisi. Je ne sais pas encore si j'aurais la force de parler de lui...

- Je suis parti travailler dans une réserve en Afrique. Je ne sais pas si tu es déjà parti là bas Nath mais si tu voyais ça... Le désert à perte de vue, la nature si sauvage... comme si l'homme n'avait pas réussi à imposer sa marque là bas. J'adorais m'installer le soir dans un coin à l'écart de notre baraquement pour simplement regarder le soleil se coucher sur le désert. Je ne m'en suis jamais lassé...

Je l'avais emmené là pour notre premier rendez vous. Il avait voulu m'amener au restaurant et cette remarque m'avait fait tellement rire. Le plus proche restaurant était à au moins une demi journée de route en voiture. Alors je l'avais emmené dans mon restaurant privé avec un panier de pique nique. Il avait contemplé avec moi cette vue magique et en avait fait une photo que je garde encore précieusement, la première qu'il m'ait offerte.

Les mots me serrent la gorge et je ne peux plus parler. Parce que la suite de mon histoire c'est lui... c'est ce premier rendez vous au coucher du soleil en Afrique, c'est mon départ avec lui pour Paris, comment j'ai tout plaqué pour lui... c'est ce jour fatidique où j'ai tout perdu...

Une larme perle doucement à mes yeux et je baisse le visage pour qu'il ne la voit pas. Je ne peux pas...
made by black arrow




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV: Blake / SI : KSS ©
TICKETS : 3450
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Jeu 16 Nov - 19:13

À sa question, il sourit sur le terme ‘libération’. Il approuve silencieusement ce terme qui ne pouvait pas être mieux choisi…

Il se redresse et lâche la main du tatoué. Il reprend sa cigarette et retombe dans ce schéma qu’ils s’étaient imposé, venant chercher du courage là où ils pouvaient, pour se faire part de leurs histoires manquées…

Il commença par des mots inutiles pour le monstre… Mais Bel se douta que c’était pour se lancer et pour donner du courage aux prochains mots qui allaient devoir sortir, pensant que ça les aideraient à se faire entendre… Agrémenté d’un sourire que le tatoué devine faux… Il est mal à l’aise et il le ressent. C’est quelque chose de très grave qu’il s’est produit et faire rejaillir ce fardeau est douloureux. Peut-être trop douloureux… Mais Bel sait que s’il y arrive, il sera moins lourd à supporter, parce qu’il sera là. Parce qu’ils seront deux pour le faire. Mais encore faut-il que son ami en ait la force… Et jamais il ne l’y obligera. Il lui donnera toute l’aide dont il a besoin. Il lui donnera toute l’aide dont il ne soupçonne même pas le besoin… Il fera tout pour lui.

« - Je suis parti travailler dans une réserve en Afrique. Je ne sais pas si tu es déjà parti là-bas Nath’, mais si tu voyais ça... Le désert à perte de vue, la nature si sauvage... comme si l'homme n'avait pas réussi à imposer sa marque là-bas. J'adorais m'installer le soir dans un coin à l'écart de notre baraquement pour simplement regarder le soleil se coucher sur le désert. Je ne m'en suis jamais lassé... » Bel ressentait toute la passion qu’il avait au creux de sa gorge. Il était vraiment épris de cette liberté et de ce décor de rêve. Au point même que Bel pouvait parfaitement imaginer la scène. Pour lui, c’était clairement une naissance également. Il avait trouvé sa place visiblement… Mais on la lui a prise… et il en a souffert. Beaucoup. Et il en souffre encore aujourd’hui…

Luka baisse la tête. Il se cache. Il refuse d’aller plus loin… Bel voit sa détresse. Il est impuissant pour le moment… Il faut que ça vienne de lui. Il ne pourra pas deviner la vérité s’il ne lui donne pas des clefs… Il en a déjà donné, mais pas assez. Le monstre sait qu’ils étaient au moins deux là-bas. Peut-être l’amour de sa vie… L’être humain auquel il s’est le plus attaché. L’être humain peut-être qui l’a bousculé voire même blessé à l’intérieur… Mais quelque chose l’a fait partir de cet endroit qui était un refuge de liberté pour lui…

Bel se pencha un peu en avant, et d’une voix douce et compatissante, il prononça son prénom :

« … Luka… »

Dit-il dans un soupire et sur un ton qui inspirait le courage de continuer ou l’absence de jugement s’il préférait se taire… Il ne voulait pas l’obliger à sortir ça… Si c’était encore trop lourd pour lui aujourd’hui…
Sa réaction allait déduire la sienne… S’il continuait, il l’écouterait. S’il s’arrêtait, il n’insisterait pas et lui offrirait ce cadeau du passé qu’il garde encore précieusement contre lui, pour le laisser tranquille avec son secret…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Nick Bateman
CREDITS : .
TICKETS : 562
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Ven 17 Nov - 15:43

the detention of the silence....
Belphégore & Luka

 
« … Luka… »

Je reprends une bouffée sur ma cigarette. Il n'a pas besoin de dire plus. Je sens dans ces mots tout ce qu'il ne me dit pas. Il ne me force pas à continuer de parler. Il me laisse le choix. Je sais aussi qu'il ne me jugera pas quand je lui aurais parlé. Il ne sera pas comme les autres. C'est pour ça que je vais continuer à lui raconter, même si les mots me font souffrir avant même de les avoir prononcer.

- Il était venu de France pour faire un reportage photo. Au début ça m'énervait qu'il soit là. J'étais payé pour m'occuper des animaux pas pour faire faire la visite aux touristes. Et puis...

Un léger sourire se glisse sur mes lèvres au souvenir de ce moment.

- Il a voulu m'inviter au restaurant. En pleine savane africaine tu imagines?

Je souris mais intérieurement je sens mon coeur se briser davantage. Penser à lui, pire que ça parler de lui, est bien trop douloureux. Mais je dois aller jusqu'au bout. Je le dois bien à Nathaniel.

- Alors on est partis dans mon restaurant privé. Je l'ai amené dans mon coin, voir mon coucher de soleil avec un pique nique. Quelques mois plus tard je quittais l'Afrique pour aller vivre avec lui à Paris et travailler dans un zoo.

Je reprends une bouffée de ma cigarette. J'ai besoin de courage. Ce que j'ai raconté ce n'est rien à côté de ce qui m'attend maintenant. Mes mains tremblent un peu. Je baisse mon regard dessus alors que je les serre. J'ai commencé, je ne peux plus m'arrêter maintenant.

- On était parti chercher un chien. Je m'en souviens encore, on était entrain de se chamailler dans la voiture. Moi je n'étais pas pour cette idée. Les petits chiens ça n'avait jamais été mon truc. Quitte à avoir un chien moi j'en voulais un gros. Mais bon un gros chien dans un petit deux pièces à Paris ce n'était pas vraiment une bonne idée. Alors j'avais cédé pour qu'on prenne un petit chien. Et comble du ridicule il avait décidé de l'appeler Kit Kat. Et je ralais dans la voiture...

Elles sont là ça y est. Les larmes commencent à couler sur mes joues et mes mots se bloquent dans ma gorge, sortant avec difficulté.

- On a pas vu la voiture qui arrivait... qui avait grillé le feu... il nous a percuté et...

Je soupire et frotte mes yeux, chassant les larmes qui s'y étaient agglutinées. Je reprend une bouffée de ma cigarette. Ces mots là sont trop dur à dire. Je ne les ai jamais prononcé. Peut être qu'une part de moi se disait que si jamais je les prononçais ça rendrait les choses réelles. Des conneries, il n'était plus là et le dire ou non ne changerait rien à ce fait.

- Il est mort sur le coup... et à en croire les médecins je peux m'estimer heureux d'être encore en vie vu la violence du choc.

Je laisse échapper un petit rire désabusé.

- Comme si je pouvais être heureux d'être en vie...

made by black arrow




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV: Blake / SI : KSS ©
TICKETS : 3450
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Sam 18 Nov - 17:14

Après avoir prononcé son nom, il prend une nouvelle bouffée de nicotine… Il doit vraiment avoir besoin de beaucoup de courage pour continuer… Et visiblement, sa bataille intérieure a commencée. Il ne se laissera pas faire et il compte aller jusqu’au bout pour y arriver. Pour gagner. Pour pouvoir se vanter d’avoir réussi ce combat et clamer haut et fort qu’il a su outrepasser la vérité. Cette vérité qui le ronge depuis trop longtemps. Cette vérité qui l’enferme dans une prison sombre de laquelle il ne peut sortir... Une prison de laquelle il ne veut pas sortir… jusqu’à aujourd’hui.

« - Il était venu de France pour faire un reportage photo. Au début ça m'énervait qu'il soit là. J'étais payé pour m'occuper des animaux pas pour faire faire la visite aux touristes. Et puis... » Il se souvient de ce moment… ça se voit, un sourire apparait. Un sourire bien trop léger mais où le côté doux reste encore intact malgré toute la noirceur qui s’annonce… Même si le contact visuel est perdu, Bel arrive à lire ce qu’il doit lire sur le bas de son visage…

« - Il a voulu m'inviter au restaurant. En pleine savane africaine tu imagines? » Ho que oui, il imagine… Il imagine surtout qu’il nageait en plein rêve et que la chute de son petit nuage fut très longue et trop douloureuse… D’ailleurs, le tatoué pense qu’il est toujours en train de chuter à l’heure où il lui parle… « - Alors on est partis dans mon restaurant privé. Je l'ai amené dans mon coin, voir mon coucher de soleil avec un pique-nique. Quelques mois plus tard je quittais l'Afrique pour aller vivre avec lui à Paris et travailler dans un zoo. » Encore une nouvelle bouffée, et Bel l’accompagne… Il tire aussi. Il l’écoute. Il est là… Il ne bouge pas. Il le regarde. Et de sa présence, il le soutient…

« - On était parti chercher un chien. Je m'en souviens encore, on était en train de se chamailler dans la voiture. Moi je n'étais pas pour cette idée. Les petits chiens ça n'avait jamais été mon truc. Quitte à avoir un chien moi j'en voulais un gros. Mais bon un gros chien dans un petit deux pièces à Paris ce n'était pas vraiment une bonne idée. Alors j'avais cédé pour qu'on prenne un petit chien. Et comble du ridicule il avait décidé de l'appeler Kit Kat. Et je râlais dans la voiture... » Le monstre regarda alors le petit chien qui lui avait sauté dessus tout à l’heure… Il s’agissait de ce chient là… Il l’avait appelé Kit Kat… Cette histoire était récente… Trop récente… D’ailleurs, des larmes commencent à couler sur les joues de son ami d’enfance… Mais il ne bouge toujours pas. Il écoute toujours et il observe… Son cœur s’accélère face à la scène… Son visage de crispe un peu… Sa gorge se noue. Il s’attend au pire…

«On a pas vu la voiture qui arrivait... qui avait grillé le feu... il nous a percuté et... » Il n’a pas besoin d’en dire plus. Bel a compris. Il voit, il imagine parfaitement la scène qui se rejoue dans sa tête… Luka se frotte les yeux en soupirant. Mais il ne lâche rien. Bel l’admire… Il continue malgré tout. « - Il est mort sur le coup... » Ces mots sont comme des lames de couteaux que Bel voit venir mais qu’il sait qu’il ne peut pas les esquiver. Ses yeux se sont mis à briller de tristesse pour son ami… Il aurait tant aimé être là pour le soutenir, pour ne pas qu’il porte ça tout seul… mais malheureusement, ça n’aurait jamais pu être le cas. Sauf si Nath’ ne s’était pas montré aussi égoïste ! «  et à en croire les médecins je peux m'estimer heureux d'être encore en vie vu la violence du choc. » Il laissa échapper un rire jaune avant d’ajouter ces mots horribles : « - Comme si je pouvais être heureux d'être en vie... »

Sur ces paroles, Bel se leva. Dans le même mouvement, il avait lâché sa cigarette, il avait bondit de sa chaise, le visage grave et les yeux humides, touché par cette histoire. Touché par ce bout de vie manqué et qui n’est pas des moindres, de celle de son ami… Dans le même mouvement, il était venu prendre Luka par les épaules pour lui dire face à face, les yeux dans les yeux :

« Moi j’suis heureux qu’tu sois en vie… »

Et sans attendre quoi que ce soit, il le sera dans ses bras. Il était en train de mesurer tout l’absurde de ce qui aurait pu se passer…

* Mon ami… Imagine qu’un jour j’apprenne ta mort… Imagine… Imagine à quel point je m’en serais voulu de ne pas avoir su ce qu’il s’était passé avant… De ne pas avoir cherché à être là pour toi, comme toi tu as été là pour moi quand et où il fallait, comme si tu avais été mon ange gardien… Ma béquille qui me retenait sur cette terre… Imagine… ! … Ce sont peut-être des pensées égocentriques et égoïstes, mais je n’aurais pas pu accepter ta morts dans ces conditions… Ta mission sur cette terre n’est pas terminée mon ami… Et maintenant que tu viens de me dire dans quoi tu es prisonnier, je ferai tout ce que je peux pour t’aider à t’en évader… ! *

Ce genre de comportement n’est pas tellement dans ses habitudes. Mais Luka est bien différent des autres êtres humains. Alors avec lui, il peut se permettre de se comporter différemment…
Cette étreinte était pour lui sa façon de le féliciter, de lui dire merci. Merci d’avoir partagé ça avec lui. Merci de lui avoir fait confiance au point de lui livrer ce qu’il n’a sans doute jamais livré à personne d’autre. Merci d’être lui. Merci d’être encore en vie… Et surtout, merci de lui donner l’occasion d’être pour lui, ce qu’il a été pour ce petit Nath’…

Il mit fin à l’étreinte de consolation spontanée. Se reculant un peu, plongeant son regard entouré de noir dans celui de son ami, il sortit alors de sa veste, l’enveloppe cachée depuis tout ce temps, témoin du souvenir qu’il entrainait de lui, de cette enfance partagée.

* Je n’aurai jamais la prétention de te redonner le goût de vivre mon ami… Mais…*
«  À partir d’aujourd’hui, tu ne seras plus seul… »

Finit-il par dire dans un murmure, se chargeant de la promesse muette de ne jamais laisser son ami seul à porter ce bien lourd fardeau… Non seulement, le monstre sera là pour lui, mais son arrivée au cirque est à l’aube d’un nouveau départ, d’une nouvelle vie… S’il est là, c’est pour démarrer quelque chose de nouveau. Blessé, certes. Le cirque sera son nouveau refuse. Sa nouvelle famille peut-être… Et Belphégor sera là pour l’aider à tenir les crayons qui dessineront ce nouvel avenir. Et lorsqu’il voudra abandonner, lorsque ça deviendra peut-être trop dur, il sera là pour les reprendre, et à le forcer à continuer. Pour lui et pour lui-même, en souvenir du bon vieux temps…

De son torse, l’enveloppe passa au sien, tenue par ses doigts tatoués, en guise d’offrande pour sa nouvelle vie.

« Cadeau de bienvenue, en souvenir du passé… »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Nick Bateman
CREDITS : .
TICKETS : 562
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Lun 20 Nov - 11:38

the detention of the silence....
Belphégore & Luka

 
Je ne le vois pas. Je ne vois pas sa réaction. Mon regard est baissé pour cacher mes larmes, mon coeur est envahi par trop de souffrance. Et derrière mes yeux embués de larmes je ne vois que lui et son sourire... le dernier que je vois quand il tourne le visage vers moi, surement pour me taquiner encore à propos de ce stupide chien. Peut être que si on avait pas été entrain de se disputer à ce moment là, peut être que si il avait regardé la route il aurait pu éviter la voiture ou du moins essayé et le choc aurait peut être été moins violent, il ne serait peut être pas...

Je sors de mes pensées quand je le sens me prendre par les épaules pour que je me redresse, plongeant mes yeux dans les siens. Il a tellement changé, c'est la première pensée qui me vient à l'instant. Mais sous ces tonnes d'encre je reconnais le regard qu'il pose sur moi. Et je sens mon coeur se briser un peu plus quand j'y vois la douleur qu'il ressent. Oh Nath... je ne veux pas de ça. Je ne veux pas te voir souffrir à cause de moi. Je ne veux pas me dire que j'ai posé un poids trop lourd sur tes épaules. Tu n'as pas besoin de ça alors que tu es heureux maintenant.

« Moi j’suis heureux qu’tu sois en vie… »

Je n'ai pas le temps de répliquer et c'est tant mieux, car les mots qui sortiraient lui feraient trop de mal. Car maintenant je me moque qu'il soit heureux que je sois en vie. Je me moque même de l'être. Tout ce que j'aimerais c'est que lui le soit, quitte à payer ça de ma vie. La sienne vaut tellement plus que ce qu'il reste de la mienne.

Mais je ne peux parler, car il m'a pris contre lui, et cette simple étreinte fait craquer le barrage qu'il y avait en moi. Les sanglots explosent, m'envahissant et je ne peux que m'accrocher à lui, incapable de prononcer un mot.

Je fini par me calmer. Pas le choix, son étreinte s'est relachée et je ne vois pas qu'il me voit continuer à sangloter comme un enfant. Que j'ai craqué une fois est déjà beaucoup trop.

«  À partir d’aujourd’hui, tu ne seras plus seul… »

Je souris légèrement, enfin je me force et mon sourire doit ressembler davantage à un rictus. Ses mots me touchent, il veut m'aider, je le sens. Mais je suis seul. Et même si la présence d'un ami me fera du bien, elle ne comblera jamais le vide qu'il y a en moi désormais.

« Cadeau de bienvenue, en souvenir du passé… »

Je baisse les yeux surpris, regardant l'enveloppe qu'il a plaqué contre mon torse. Je ressors les feuilles qu'elle contient et sent mon coeur se serrer. Des dessins... des tonnes de dessins... comme il m'en faisait quand nous étions gamins. Vu le nombre il a du continuer pendant des années, attendant le jour ou peut être on se reverrait pour me les offrir. Je sens les larmes m'envahir à nouveau, d'émotion cette fois. Ma gorge se serre et je ne peux que bredouiller un maigre "merci".

Je fini par tout ranger dans l'enveloppe, ne voulant pas les abîmer. Ils sont beaucoup trop précieux pour ça.

Je soupire et allume une nouvelle cigarette. J'ai besoin d'encore un peu de courage pour terminer mon histoire. Je soupire et reprends là où je m'étais arrêté.

- J'ai passé des mois à l’hôpital après ça...

Je tire sur la jambe droite de mon pantalon, le remontant au dessus du genoux. Les cicatrices n'ont que quelques mois et elles sont encore affreuses. Je doute même qu'elles deviennent un jour agréable à regarder. Elles forment un amas noueux de peau partout de l'intérieur de mon mollet, remontant sur mon genou et se perdant sur ma cuisse. Je regarde sans le voir le résultat de leurs efforts pour me garder en un seul morceau.

- Là encore il parait que je peux m'estimer heureux. Vu les dégâts ils n'étaient pas certain de pouvoir sauver ma jambe...

Le résultat est franchement horrible mais bon ils l'ont sauvé alors je suppose qu'ils peuvent être fiers d'eux. Je laisse remonter mon pantalon et remonte plus lentement l'autre. Ma main tremble dessus. Je m'étais promis de ne la montrer à personne. Mais c'est Nathaniel ce n'est pas pareil, à lui je lui dois la vérité. Ma main tire le tissus et dévoile les morceaux de titane et de carbone composant un simulacre de jambe pour compenser l'absence de l'ancienne. Mes yeux la fixent, perdus dans le vague. Je la vois sans la voir, ne pouvant me résoudre à accepter son absence.

- Là ils n'ont rien pu faire...

Je laisse échapper un nouveau rire jaune.

- Mais je dois m'estimer heureux. Ca aurait pu être pire, j'aurais pu avoir deux jambes en moins. Il m'en reste au moins une.

Il ne reste plus que des bouts de moi même, le reste étant éparpillés un peu partout avec les morceaux de mon coeur. Je laisse retomber la jambe de mon pantalon et reprend une bouffée de ma cigarette.

- Tu sais tout maintenant...

made by black arrow




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV: Blake / SI : KSS ©
TICKETS : 3450
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Ven 15 Déc - 18:47

Ce n’était peut-être pas le bon moment pour le lui donner… Ce n’était surement pas le bon moment pour essayer d’attirer son attention sur autre chose… Ce n’était pas le bon moment pour lui lancer ce cadeau qui les concerne tous les deux, hors qu’il était en train d’évacuer une lourde partie de son histoire… Celle qui manque aux savoirs du tatoué pour comprendre…

Seul un faible ‘merci’ prouve que ce n’était pas l’instant idéal… Sa gorge serrée, des larmes d’émotions prennent la place de celles de tristesse… Des yeux encore fuyants qui essayent de trouver une consolation inexistante dans les dessins qui défilent entre ses doigts… Doigts qui saisissent une autre cigarette et qui se l’allume pour se redonner une dose de courage. L’histoire n’est pas terminée…

Annonçant qu’il avait passé des mois à l’hôpital après ça, il remonta la jambe droite de son pantalon, laissant découvrir les nombreuses cicatrices qui témoignent de la violence de cet accident qui lui a pris son bien-aimé. Bel les regarde. Il les trouve belles mais il sait que ce n’est pas le cas de Luka, les cachant honteusement. Alors, il s’abstiendra de le lui dire… Les cicatrices, c’est son rayon. Il a vécu toute sa vie avec et il vivra toute sa vie avec ces reliefs sur sa peau. Une cicatrice n’est pas l’autre. Les siennes sont plus longilignes, aux couleurs plus vives et plus vivantes ! Elles sont plus jeunes aussi. Si belles… Quant à celle du tatoué, elles sont plus cette forme de tache irrégulière aux couleurs ternes et vieillies… Le monstre regarde attentivement sa jambe et explore sa peau sans rien montrer sur son visage. Ni de dégoût. Ni de choque… Plutôt une lueur d’émerveillement discrète apparait dans ses yeux… Et encore… !

Encore une fois, il ajoute que les médecins lui ont dit qu’il pouvait s’estimer heureux puisqu’ils étaient partis défaitistes quant au sauvetage de l’entièreté de sa jambe… Bel croise les bras. Constatant simplement que son ami est passé par le chas d’une aiguille. Constatant simplement que sa présence ici est une chance ! Constatant simplement que plus jamais il ne laisserait faire le hasard le torturer de la sorte…

Puis, Luka monte alors l’autre jambe de son pantalon, laissant alors découvrir une prothèse à la place de sa chaire, de ses muscles et de ses os… Sa main tremble… Et Belphégor comprend. Il comprend alors pourquoi sa démarche était sensiblement différente… Il comprend pourquoi il y a tant de lourdeur dans les paroles de son ami… Il comprend tout un tas de détails… Il a dû sacrifier une partie de lui pour rester en vie… On ne lui a pas laissé le choix, certes. Et avec ses mots, Bel avait l’impression qu’il préférait être mort plutôt que de vivre dans cet état-là. Et c’est une chose qu’il trouve horrible de penser. Le tatoué n’arrive pas à comprendre comment on peut se foutre de la vie qui nous habite… De cette chance d’être en vie ! De cette chance de vivre encore malgré ça… Visiblement, Luka s’était résilié à attendre la mort, dans son coin du monde, n’ayant plus sa raison de vivre à ses côtés… Même si le monstre ne l’avait pas vécu, il ressentait une partie de cette tristesse qui le touchait aux tripes… Après tout, n’avait-il pas eut ce genre de réaction lorsqu’on est venu lui prendre sa mère ? N’avait-il pas, pendant tout ce temps, programmé sa vengeance ? Sa réaction ?

Luka laisse échapper un rire jaune à nouveau, avant de dire : «
- Mais je dois m'estimer heureux. Ça aurait pu être pire, j'aurais pu avoir deux jambes en moins. Il m'en reste au moins une. »
Dit-il, alors que Belphé regagne sa place en face de son ami, pour s’allumer une nouvelle cigarette à son tour… « Tu sais tout maintenant… » Au passage, il posa sa main sur son épaule, dans un geste de soutien amical…

« J’suis désolé pour toi, Luka… »

Lui avoua-t-il. Et dans ces quelques mots, il y avait là, la promesse d’être là s’il avait besoin de lui. De faire ce qu’il pouvait pour l’aider à rendre sa vie meilleur. D’être à son service s’il avait besoin de quoi que ce soit… Mais en même temps, il savait que c’était un fardeau que seul Luka devait porter. C’était son histoire. C’est son histoire ! Il doit s’en sortir et dépasser ça… Seul. Bel ne serait qu’une béquille de secours et il espérait que Luka comprenne cette promesse muette.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Nick Bateman
CREDITS : .
TICKETS : 562
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Jeu 21 Déc - 14:51

the detention of the silence....
Belphégore & Luka

 
J'y suis enfin parvenu. Je suis arrivé au bout de mon récit. C'est la première fois que je me confie comme ça à quelqu'un, que je raconte tout ce qui est arrivé. Ca n'aurait pas été Nath' je n'aurais certainement pas réussi. Mais malgré la douleur, malgré le fait que ça a été incroyablement dur à dire... j'ai réussi. Je ne vais pas dire que je me sens beucoup mieux, ça serait se voiler la face. Je ne pense pas réussir à aer mieux comme ça du jour au lendemain. Je doute même de réussir à me libérer un jour de cette souffrance. Mais ça m'a fait du bien, de pouvoir m'ouvrir à quelqu'un sans être jugé ou regardé différement.

Nath ne l'a pas fait. Je n'ai pas vu cette lueur de pitié ou de dégout dans son regard quand je lui ai montré mes jambes. Il est, et j'en suis certain, il restera mon ami et rien de plus.

Je souris doucement quand je sens sa main se poser sur mon épaule. Petit geste de réconfort mais il suffit à me faire me sentir encore une fois un tout petit peu plus léger.

« J’suis désolé pour toi, Luka… »

Je soupire et tire une bouffée de plus de ma cigarette. Ces mots là je les ai souvent entendu. Ils font parti des platitudes que l'on entend répéter sans cesse. Je les ai entendu trop souvent pendant ma convalescence et après quand j'ai tenté de reprenre une vie normale. On ne sait pas quoi dire alors on sort cette phrase passe partout je suis désolé... Mais là je devine qu'il y a plus en dessous. Je le connais bien. J'arrive à sentir les sous entendus, les non dits dans ses paroles. Et j'arrive à me retourner vers lui et à lui faire un autre pauvre sourire.

- Merci...

Et je suis sincère cette fois. Ce n'est pas le merci forcé que je sors aux autres, à ceux qui me sortent leur désolé sous forme de platitude. Je suis heureux qu'il soit là pour moi, heureux d'avoir pu le retrouver ici.

- J'aurais préféré te revoir dans de meilleures circonstances... Avant que je ne parte de chez mes parents j'avais envie de te voir. Je voulais te présenter mon copain de l'époque. Mais je me suis barré et il m'a plaqué à ce moment là... Après je t'avoue que j'ai moins pensé à toi. Je me demandais de temps en temps ce que tu devenais mais je n'avais plus vraiment espoir de te retrouver. Et puis quand je suis arrivé ici je me suis dit que je te reverrais peut être... tout en ayant un peu peur de ces retrouvailles...

Parce que je ne suis plus vraiment moi même, que je ne suis plus le Luka qu'il a pu connaitre autrefois. Même si je sais qu'il sera là pour moi je ne sais plus si on peut retrouver notre complicité d'autrefois.

Je pose ma main sur la sienne et la serre doucement.

- Merci pour les dessins... vraiment... merci beaucoup...

Je ne veux pas qu'il croit qu'ils ne m'ont pas fait plaisir. C'est tout le contraire. Ils comptent pour moi plus qu'il ne peut l'imaginer.
made by black arrow




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV: Blake / SI : KSS ©
TICKETS : 3450
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Mar 16 Jan - 21:18

Un faible sourire et un merci. Tout simplement. Un gage de remerciement qui prouve que la promesse muette s’est fait entendre et acceptée. Luka savait. Son ami sait qu’il sera là pour lui, sans qu’il n’ait ni à le dire, ni à le demander.

Reflet d’une réalité, il souligna le fait qu’il aurait préféré le revoir en de meilleures circonstances. Lui présenter son copain, avant que ses parents ne le foutent à la porte et avant qu’il ne se fasse plaquer pour ça. Il ajouta qu’après coup, il avait en effet moins pensé à lui, même si de temps en temps, le souvenir de cette amitié était réapparue, avec le questionnement de qui, d’où, des choses qui étaient en train de se passer dans sa vie, au-delà de ce contacte perdu. Tout comme Nath’ d’ailleurs. Il ne l’avait jamais oublié. Jamais. Même si l’espoir de retrouver l’autre était tombé dans le néant, à cause des fatalités respectives de chacun.
Mais lorsqu’il lui avoua qu’il appréhendait cette rencontre, cette retrouvaille, Bel savait parfaitement de quoi il s’agissait. Il ressentait la même chose, pensant qu’il aurait affaire à des représailles de cet abandon imaginaire qui l’avait rongé tout ce temps. Et ce, dans les deux vies ayant choisies des chemins différents, soit par choix, soit par contrainte…

Lula posa sa main sur la sienne et la serra doucement. Il remercia sincèrement Bel pour ses dessins. Le monstre ressentit toute la sincérité émanant de ces mots. Même si ces derniers n’étaient pas présentés au bon moment, il savait que quelque part, ils pourraient servir de ‘lot de consolation’ traduisant d’une amitié et d’une pensée jamais oubliée. Entretenue malgré tout. Entretenue à des milliers de kilomètres, tant géographiques que temporelles.

« Je t’en prie Luka… »

Lui répondit-il. C’était un faible constat. Constat du plaisir qu’il avait pris à continuer à dessiner malgré le manque de nouvelle et malgré les moyens inexistants pour le retrouver.

* Je sais que tu es resté le même au fond de toi. Tu as évolué, tu as grandis, tout simplement. Tu as vécu tant de choses qui t’ont fait changer selon toi. Mais tu es encore ce Luka que j’ai connu. Même si tu n’y crois pas, je sais qui tu es… *

Retournant près de sa place, la clope au bec, regardant rapidement l’heure pour se faire une idée du timing. Il ne veut pas le déranger. Il sait qu’il a du travail à faire et Bel, quant à lui, il peut repousser son sommeil de quelques heures, ce n’est pas un problème. Il supporte bien la fatigue.

« J’espère que ton arrivée dans ce cirque, sera un nouveau départ pour toi. Bienvenue dans ton nouveau refuge. »

Ajouta-t-il, un peu sarcastique, tirant presque un trait imaginaire et symbolique sur la vie antérieure de son ami.
Il enchaîna directement :

« J’vais te laisser bosser. Les journées ici sont généralement bien remplies et tu n’auras probablement pas le temps de t’ennuyer ! »

Il écrasa soigneusement sa cigarette dans le cendrier.

* Peut-être que ça te fera du bien. Peut-être que tu n’auras pas le temps de penser à autre chose qu’à ta passion première. J’espère que ton séjour ici, pansera un peu tes blessures. J’espère que tu profiteras quand même de ce que cet endroit peut t’apporter. *



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
♦ I'm in the dark ♦
avatar
AVATAR : Nick Bateman
CREDITS : .
TICKETS : 562
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Ven 19 Jan - 18:34

the detention of the silence....
Belphégore & Luka

 
« Je t’en prie Luka… »

Je serre maladroitement les dessins contre mon coeur, me raccrochant à ce cadeau comme à une bouée. Je n'ai plus grand chose dans cette vie, pas beaucoup de choses qui pourraient me faire tenir et m'empêcher de basculer complètement. Mais il est là... et je vais chérir notre amitié plus que jamais.

« J’espère que ton arrivée dans ce cirque, sera un nouveau départ pour toi. Bienvenue dans ton nouveau refuge. »

Je hoche un peu la tête à ces paroles. C'est la raison pour laquelle je suis venu ici. Je voulais tout recommencer à zéro, aller quelque part où on ne me connaissait pas, où on ne connaissait pas mon histoire. Être une page blanche à partir de laquelle je pourrais écrire une nouvelle histoire. Ne plus penser à tout ça, ne plus continuellement souffrir en repassant à lui. Je ne pouvais plus rester à Paris de toute façon, chaque endroit, chaque personne me rappellait trop cruellement son souvenir. J'ai besoin de ça je pense maintenant. Me contenter d'aller d'un endroit à un autre, sans m'attacher à rien ni personne. Peut être que comme ça j'arriverais à ne pas sombrer...

« J’vais te laisser bosser. Les journées ici sont généralement bien remplies et tu n’auras probablement pas le temps de t’ennuyer ! »

Je souris. Ca ne va me faire que du bien alors. Me plonger dans le travail et oublier tout le reste en me noyant dedans. Je pense que c'est ce qu'il me faut dans un premier temps. Après je verrais... après peut être rien du tout, peut être juste la routine du travail qui m'empêchera de penser...

J'écrase à mon tour ma cigarette, regrettant déjà de le voir partir si tôt. Retrouver son amitié m'a fait plus de bien que je ne pouvais l'imaginer. Et même si vider ce que j'avais sur le coeur a été une épreuve, je suis heureux qu'il le sache.

- Ouais... un des responsables doit me faire faire le tour, m'expliquer mon boulot et tout ça... j'ai du boulot qui m'attends. Et tu... enfin tu dois en avoir ou tu dois aller te reposer sûrement...

J'imagine que son boulot s'effectue surtout la nuit, ce n'est pas vraiment le genre de show qui doivent avoir lieu en plein jour enfin... je n'en sais trop rien et je n'ai pas envie de me pencher davantage sur la question.

Je me lève, essayant de remettre un peu d'ordre dans mes vêtements chiffonés.

- Je ne vais pas te retenir si tu dois partir, et moi aussi d'ailleurs... Ca m'a fait plaisir de te revoir et...

Je me mords la lèvre, un peu mal à l'aise, un peu honteux d'avouer cette faiblesse et de me sentir si dépendant du peu d'affection qu'il pourrait me donner.

- J'espère qu'on va se revoir... tu m'as manqué Nath'...

made by black arrow




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Normal people scare me ♦
avatar
AVATAR : Rick Genest
PSEUDO : KSS ©
CREDITS : AV: Blake / SI : KSS ©
TICKETS : 3450
MEMBRE : 05/07/2015


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   Sam 20 Jan - 16:30

Tout en écrasant sa cigarette, il remarque la main de Luka qui serre les dessins contre son cœur. Détail qu’il ne perdra pas de vue. Détail qui lui révèle qu’il a tout intérêt à continuer à dessiner pour lui. De toute façon, il en a l’envie. Et maintenant, de cette envie, il en fera un devoir. Un devoir consentis, un devoir auto-confié. Ça lui a fait plaisir. Ça lui a fait du bien. Alors, si ça peut lui procurer de la consolation, il continuera à le faire. Parce qu’ils seront rares, ces moments où ils se verront. L’oiseau de nuit et l’oiseau de jour, ne se croisent que pour commencer et terminer leurs journées respectives… ! Quoi que l’oiseau de jour aime parfois vivre la nuit, pensant être dans le déni, pensant être un peu rebelle alors que c’est le quotidien de l’oiseau de nuit, qui lui, ne donnerait rien pour vivre le jour. Parce que le jour, c’est trop lumineux. Parce que le jour, c’est trop évident. C’est trop sérieux. Trop calculé. La nuit, reste magique !

Luka écrasa sa cigarette à son tour et il lui dit : « - Ouais... un des responsables doit me faire faire le tour, m'expliquer mon boulot et tout ça... j'ai du boulot qui m'attends. Et tu... enfin tu dois en avoir ou tu dois aller te reposer sûrement... ». Nath’ sourit et haussa les épaules en souriant légèrement. C’est évident. Il a compris que son ami devait aller se reposer. Le soleil, d’habitude, il ne le voit jamais ou que très peu de temps… Bien que ce ne soit pas ça le problème, supportant d’habitude très bien la fatigue, Nath’ savait qu’ils allaient avoir un peu de mal à se coordonner pour se voir. Mais cette rencontre, cette retrouvaille était essentielle pour eux. Nath’ ne pouvait pas se permettre de passer à côté. Mais pour l’heure, il était temps de retourner à leurs tâches. Et pour Nath’, ce serait surtout de se reposer un peu pour pouvoir l’effectuer convenablement le soir venu.

Luka se leva ensuite : « - Je ne vais pas te retenir si tu dois partir, et moi aussi d'ailleurs... Ca m'a fait plaisir de te revoir et... » puis, un peu mal à l’aise, il ajouta à l’intention du monstre : « J'espère qu'on va se revoir... tu m'as manqué Nath'... ».

Il sortit les mains de ses poches et vint enlacer son ami une dernière fois, en guise d’un au revoir et il répondit :

« Toi aussi tu m’as manqué mon Luka… Tu m’as vraiment manqué ! »

Puis, mettant fin à cette étreinte, le tenant par les épaules il ajouta :

« On se reverra, ne t’en fais pas… Quand tu veux. »

Finit-il par lui dire. C’était une invitation. Autant pour l’oiseau de jour que pour l’oiseau de nuit. Mais c’était surtout pour que l’oiseau de jour sache que l’oiseau de nuit serait toujours là pour lui. À n’importe quel moment du jour ou de la nuit. Même s’il dort, il se réveillera pour l’accueillir dans son nid. Pour l’écouter chanter. Le consoler. Le conseiller. L’oiseau de nuit fait la promesse silencieuse qu’il continuera à veiller sur lui, même si le soleil venait à tâcher ses plumes. Il le regarderait d’un œil bienveillant. Et l’oiseau de nuit continuerait à dessiner pour l’oiseau de jour. Parce que même s’ils ne font que se croiser à la fin et au début d’une journée, l’oiseau de nuit déposerait délicatement ses dessins secrets, dans la poche de l’oiseau de jour. Pour que jamais il ne faiblisse. Pour que jamais il ne l’oublie. Et pour qu’il sache qu’il sera toujours le bienvenu, dans le nid de l’oiseau de nuit, qui ne tarda pas à prendre son envol, à contre cœur, mais tenu par les obligations respectives confiés par ces piafs manitous.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haveyouseentheclown.forumactif.org/t454-i-ll-haunt-you-yo
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Beluka ϟ the detention of the silence.... [FLASHBACK]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Remedier a la detention preventive prolongee des mineurs
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» RP flashback en 1623

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAVE YOU SEEN THE CLOWN ? ::  :: behind the scenes :: Shelter animals-